EVIDENCES
Éducation à la Santé et au Bien-Être

Pour sortir plus vivant, sain et conscient de la mascarade du
Conarovirus

Caducée

Dr Eduard et Judith Van den Bogaert

Avertissement

Introduction

Faisons un premier point, utilisons notre esprit critique

Remettre son rapport à l’autorité en question

Danger de Mort ou Opportunité de Vie Nouvelle ?

1) L’environnement : le terrain politico-économico-social

Constats affligeants

La géopolitique

La politique vaccinale mondiale

Les surveillances et protections abusives

L’impact des ondes

L’impact transgénérationnel, la psychogenealogie

L’impact de la périnatalité et de l’épigénétique

2) Les croyances : David (virus) et goliath (mondialisation aux pieds d'argile)

3) Les ressentis conflictuels

4) Les incapacités et les capacités

5) Les comportements pathologiques

6) L'identité : coronavirus ou covid-19

7) Le but

8) Le (bon) sens

9) La sagesse du coronavirus : pour être couronne

10) La prévention

11) La thérapeutique

12) L’après crise : le syndrome post-traumatique ou comment faire contre mauvaise fortune bon cœur on a

Une conférence

Questions-réponses

Avertissement

Cet article a vu le jour en janvier et a été réactualisé au fil des informations qui ont jailli de toutes parts au cours de la pandémie. Nous avons écouté des heures de vidéos et lu une multitude d’articles d’experts de différents milieux (scientifique, économique, écologique, socio-politique…) et ce dans différentes langues pour recouper les informations. Il n’y aura cependant aucune biographie. En ce temps de censure, de corruption et d’avidité sans pareil, chaque citoyen doit apprendre à développer son esprit critique et à suivre ce qui résonne pour lui. Dans toute pathologie et plus encore pour prévenir et guérir celle-ci, trouver sa propre voix dans le respect de l’autre est primordial.

Une synthèse approfondie

Lorsque nous réalisons une enquête médicale pour aider à la prévention et à la guérison nous approfondissons le sujet. Notre synthèse reste cependant encore non exhaustive. Nous avons mis nos prises de notes en article pour que ce travail colossal puisse servir à ceux qui comme nous se sentent réellement concernés.

Vous n’êtes pas notre « produit »

Certains nous conseillent : « C’est trop d’informations, vous ne tiendrez pas l’attention des gens, … ». Soyons clair ! Notre objectif n’est pas de vous attraper, de vous tenir sur notre site en cherchant par de multiples façons à capter votre attention, à accaparer votre audience, à vous convaincre, à vous vendre quoi que ce soit … Vous forcez la main va à l’encontre de nos principes et ce serait qui plus est ne pas appliquer une des sagesses à laquelle le Coronavirus invite l’humanité entière : « arrêter d’utiliser l’autre comme marchepied pour servir son ascension et son expansion personnelle, pour s’offrir pouvoir et richesse financière ».

Ce Coronavirus a eu bon dos pour bon nombre. Sachez que pour nous, tout virus est porteur de vie, d’abondance, de prospérité pour qui sait en accueillir la sagesse. Le Coronavirus peut être perçu comme un coach de renommée mondiale convoquant chacun à un même programme d’évolution pour vivre plus respectueusement ensemble.

Suite à cette lecture, le Dr Van den Bogaert répondra aux questions que vous vous posez encore lors d’une vidéo conférence (voir la vidéo).

Vous trouverez déjà quelques exemples de questions et de réponses dans cette vidéo qui pourrait vous inspirer.

Ainsi qu’une vidéo au contenu plus léger qui est disponible pour ceux qui sont en télétravail.

Veuillez envoyer vos questions au secrétariat (secretariat@evidences.be). Nous ferons un plaisir d’y répondre au mieux.

Introduction

Dans cette crise il est extrêmement difficile de faire la part des choses entre la réalité et la fiction.

Il y a les faits objectifs et les ressentis subjectifs liés à nos inconscients collectif, ancestral, personnel et à tous ce que la crise va nous pousser à réactualiser. Il y a ainsi l’effet subjectif lié aux dogmatismes scientifiques et religieux, aux propagandes, aux conflits d’intérêt économique et politique, aux fake news, aux blessures personnelles, … Comment arriver à se centrer, à se positionner et à être acteur de sa vie au sein du collectif pour mieux se sentir ?

La population semble osciller entre deux états : certains sont partisans du complot, se méfient autant des actions de leur gouvernement que de ceux d’un Nouvel Ordre Mondial et cherchent comment se préparer à contrer une dictature (obligation vaccinale, tracing ; 5G, ...). D’autres semblent faire une confiance aveugle aux dirigeants et être prêts à les suivre servilement, attendant impatiemment de leur obéir, de se laisser tracer pour permettre un déconfinement sécure et de tendre le bras ensuite pour recevoir le vaccin miraculeux qui aura été testé préalablement sur les animaux et nos frères africains sans leurs consentements éclairés. Ce faisant, le peuple dans son entièreté, semble pris dans une spirale victime-bourreau-sauveur qui ne présage rien de bon pour personne à moins d’une prise de conscience et d’un changement radical.

L'objectif de ce décryptage bio médical n’est évidemment pas de critiquer ou d’alimenter des guerres mais de susciter une réflexion différente pour :

  • réduire la nécessité de la contagion et de la morbidité du virus.
  • faciliter la guérison en prenant soin du terrain.
  • prévenir et réduire l'effet nocebo rajouté et lié à la panique et l'angoisse provenant de la gravité instiguée par certains ou dissimulée par d’autres.
  • prévenir et réduire l'effet nocebo lié au confinement et à l’hyper-surveillance qui sont installés.
  • prévenir et réduire l’effet nocebo lié à l’insécurité provoquée par une mauvaise gestion étatique du domaine de la santé.

Ceci pour évoluer positivement.

Cependant, à travers le recoupement des innombrables informations, un fait certain apparait : il y a énormément de choses suspectes dans la gestion mondiale de cette crise du Coronavirus. Jamais de telles mesures dans tout l’histoire de l’humanité n’ont été prises pour les épidémies de grippe bien plus mortelles si nous prenons en compte les chiffres.

Ouvrons donc grands les yeux sur ce qu’on pourrait éventuellement nous dissimuler et trouvons le but, le sens et la sagesse de ce virus pour mieux l’intégrer et augmenter naturellement notre immunité face à la connerie humaine.

Cessons de nous focaliser principalement sur les dangers potentiels de contamination nous plongeant dans un état de psychose pour saisir les opportunités de vie nouvelle meilleure que toute situation peut offrir !

Lavons-nous les mains de toutes les magouilles scientifico-politico-économico-financières délirantes et perverses de ceux qui se croient les puissants et maîtres de ce monde pour ouvrir les yeux et prendre véritablement soin de notre santé.

Apprenons à mettre bas les masques et arrêtons de nous laisser museler et séparer les uns des autres par ce confinement orchestré.

Arrêtons de nous voiler la face, de prendre des gants, d’être gentils et obéissants, de nous laisser prendre pour des con(s) finement.

Désinfectons-nous de nos comportements infectes au sein de notre environnement.

Apprenons à devenir vrais, sains et vivants.

Bougeons-nous, mobilisons-nous et utilisons ce confinement obligatoire pour faire le point, clarifier nos rêves de vie et dresser les plans de leur réalisation.

Entraidons-nous pour mieux nous en sortir car la biodiversité sociale accroît la cohabitation harmonieuse avec le règne micro-myco-bacterio-viral. En effet, chaque poignée de main et chaque bisou constituent un échange de microbes porteurs d’informations vitales pour qui sait les utiliser à bon escient.

Co-créons un monde assertif et sain dans lequel les humains ne se sentent ni surpuissant, ni « sous puissant » ou esclave. Un monde dans lequel les humains prennent leur place au sein de l’évolution du vivant, de manière juste, autant pour se respecter entre eux que pour respecter chaque créature de chaque autre règne et retrouver la Foi en la Puissance et l’Intelligence de la Vie plutôt que de vouloir la contrôler, voire la soumettre. Un tel comportement relève d'ailleurs de la psychopathie.

La définition de la santé que nous donnons n’a jamais autant résonné qu’aujourd’hui. La santé n’est pas qu’une absence de maladie, c’est un bien-être physique, énergétique, émotionnel, mental, social et spirituel avec tous les règnes qui nous entourent (astral, minéral, micro-myco-bactério-viral, mycélial, végétal, animal, humain, spirituel). Le premier constat à réaliser est que depuis que l’homme est mis hors-jeu avec le COVID-19, chacun des autres règnes ne s’est jamais senti aussi bien. Car le voilà temporairement préservé des comportements infectes des humains.

Puissions-nous déjà tous rêver de retourner vers la nature respectueusement et prendre des décisions de changement de conduite dès maintenant. En veillant bien évidemment à ce que les Etats n’utilisent pas encore notre bon cœur pour nous prélever des taxes à visée écologique.

Trouvons comment devenir un exemple de paix intérieure, comment retrouver notre véritable nature, c’est-à-dire un état originel d’harmonie. Nous arriverons ainsi à ne plus sombrer dans le rôle de victime-bourreau-sauveur.

Rouvrons nos cœurs au monde micro-myco-bactério-viral qui est à l’origine de la vie. Réalisons que nous avons été totalement conditionnés à son égard, éduqués à le détester, à le bannir, à le détruire alors que nous sommes constitués par plus de micro-organismes que de cellules. Réalisons toutefois que c’est de lui que le plus juteux des business est tiré aujourd’hui en médecine.

Tout le monde est soi-disant confiné pour empêcher la propagation du plus dangereux et contagieux des virus. Sauf que les experts disent maintenant qu’il n’y a que 6 à 10% de la population qui aurait été contaminée et que le nombre de morts n’est que de 2 à 2,5%. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est la non propagation de la liberté, de l’égalité, de la fraternité et surtout du changement positif tous ensemble qui est visée, non pas la destruction du virus. Cette lutte contre le Coronavirus n’est en fait, sans conspirationnisme, qu’une orchestration pour nous enlever nos droits fondamentaux ; pour que nous soyons encore plus obligés de nous soumettre au diktat de santé et économique dressé par les politiques. Notre bon cœur est manipulé pour nous soumettre et nous faire obéir.

Même si nous laissons le bénéfice du doute au pouvoir politique et économique, il y a parmi eux les fadas du pouvoir, les obsédés du contrôle, désireux de se sentir les rois du monde, nourris d’une illusion de toute puissance, qui, même s’ils agissent avec une réelle intention de protection, prennent des décisions de pure folie.

L’histoire ne peut que se répéter quand elle n’est pas vécue en conscience. Les intentions d’Hitler ou de n’importe quel dictateur étaient et sont louables selon la folie de leur point de vue et de celui de leurs conseillers. Ils savaient cependant tous pertinemment que dévoiler les réels plans pour arriver à leur fin leur aurait fait perdre la majorité de leurs collaborateurs. Ils ont appris à cacher et à juguler pour diriger à leur guise.

Ce goût de toute puissance, de contrôle, d’invincibilité, de productivité, d’épuration du plus faible, du nuisible, de domination de l’autre, … dont ils ont fait preuve n’est malheureusement pas mort avec eux et survit à travers d’autres. Il nous revient d’y veiller et d’en prendre conscience. Tout manipulateur vit au dépend de celui qui l’écoute et est sous sa coupe.

Faisons un premier point, utilisons notre esprit critique

Les parapluies de Hong Kong, les gilets jaunes de France et de Belgique, les militantes mondiales pour les droits des femmes, les opposants aux 11 vaccins obligatoires pour les nourrissons de France et d’Italie, les # Me TOO aux USA, les étudiants défenseurs du climat, les vieux et le personnel médical en colère face aux réductions des pensions et des budgets de santé et tant d’autres manifestants sont rentrés de force à la maison sans avoir été écoutés.

Pour qui ne savait pas se situer dans ces différents débats, le constat est ainsi clair. Ils ont été écrasés par le pouvoir. Le corona est tombé à pic. Les pouvoirs ne pouvaient pas mieux rêver comme arme pour immobiliser et faire taire. La sévérité de la répression des contrevenants au confinement a fait sortir les loups du bois. Chacun voit ce que les gouvernements du monde sont capables de mettre en place pour contrôler.

Mais Greta Thunberg respire enfin et avec elle le monde entier qui est déjà partiellement dépollué ! Les améliorations écologiques sont manifestes. Et dire qu’ils avaient même réussi à faire passer les écologistes pour des extrémistes, les scientifiques pour des ignares et étaient même arrivé à faire douter plus d’un citoyen. Nicolas Hulot doit se réjouir qu’en ouvrant à présent nos yeux de simples citoyens nous puissions tirer les mêmes conclusions que lui, ceci juste en regardant simplement autour de nous. Quant aux caissières, aux éboueurs, aux conducteurs, aux fonctionnaires, aux ouvriers qui ont clamé haut et clair combien on leur manquait de considération, l’état subitement leur accorde de l’attention et leur fait même des promesses probablement vaines. Ils n’étaient rien à leurs yeux hier, aujourd’hui ils existent ! Ils sont même traités de héros !! Pour combien de temps ? Juste le temps de tout orchestrer et d’assurer le respect du confinement ?

Il en va de même dans chaque domaine sauf peut-être pour celui des pensionnés, qui au vu de leur âge avancé ne seront pas soignés, bien qu’ayant cotisé toute leur vie. Car, pour le monde ancien de la productivité et de la rentabilité, ils sont inutiles, coûteux et déjà morts ! Des directives médicales obligatoires sont de mise. Ils sont étiquetés grâce à leur âge dès l’entrée.

Il est évident qu’en ce qui les concerne l’Etat ne les a pas écoutés, ne les écoute pas et ne les écoutera peut-être jamais. Serait-ce eux qui joueraient le rôle des exterminés d’outre-tombe ? Tout comme les africains colonisés et exploités joueront à présent le rôle de cobaye scientifique ? Peut-être que si chacun prenait conscience du rôle que l’inconscient collectif ou ancestral lui fait rejouer, l’histoire cesserait de se répéter dans ce qu’elle a de plus horrible. Puisse la majorité d’entre nous ne pas redevenir des serfs au service de quelques seigneurs féodaux nantis, s’étant laissés scier la branche sur laquelle nous étions assis sans nous en rendre compte, laissant ainsi partir aux oubliettes les droits sociaux et politiques si difficilement acquis par nos ancêtres.

La porte choisie par l’Etat pour mettre ses plans économiques en place semble bien être celle de la santé et d’une soi-disant protection sanitaire. Même si la majorité a ouvert les yeux sur la catastrophe engendrée par la mauvaise gestion du secteur de la santé, par l’état dans le cadre de cette crise, mis à part le rendez-vous de 20H et les applaudissements collectifs, rien ne semble changer. Les réseaux sociaux sont de plus en plus censurés, ce qui prouve que la connexion même virtuelle dérange. Le peuple attend-il véritablement le vaccin ? Vu la sévérité des mesures prises et obligatoires, il y a de forte chance que l’administration du vaccin le soit tout autant. Comment dès lors ne pas succomber au chantage : pas de vaccin, pas de sortie ?

En matière de santé, le peuple semble endoctriné et sidéré ! Malgré les innombrables scandales sanitaires, la majorité continue à s’en remettre aux politiques et à leurs conseillers et aux experts même si ceux-ci présentent des conflits d’intérêts. La majorité semble être conditionnée à ne plus prendre sa santé en main, apeurée par la maladie, apeurée par la vieillesse. Ce sentiment de peur de la vieillesse est légitime, dans une société comme la nôtre, dans laquelle on laisse crever les vieux dans les EHPADs. Les cheveux blancs camouflés et la peau artificiellement retendue ne servent qui plus est pas à grand-chose devant la réalité d’une date de naissance et un classement généralisé sans discernement de traitement. Prendre sa santé en main n’est même plus un gage de soin.

Nous laissons tuer nos vieux, c’est-à-dire nos pensionnés, nous les laissons à la merci des guidelines étatiques et acceptons de perdre notre droit de regard et de surveillance sur eux dans les institutions. C’était déjà de mise pour les soins de santé qui concernent nos enfants, nos personnes handicapées ou internées en psychiatrie, ça l’est à présent pour nos ascendants. Certains vendraient pères et mères pour de l’argent et du pouvoir, d’autres semblent les perdre en s’y fiant. Est-ce à nouveau cet inconscient collectif et ancestral qui se rejoue ? Qui nous a placé dans un état de sidération au point de nous empêcher d’agir à notre guise, de reprendre nos vieux chez nous et de nous confiner avec eux quand c’est possible pour pouvoir les toucher ? Avons-nous laissé nos proches partir sans être certains de les revoir, comme certains ont dû accepter de voir les membres de leur famille partir à la guerre, en camps, … ? Comme certains qui ont accepté la ségrégation ? N’est-ce pas bien trop facile de se dire que nous portons un masque par amour de l’autre ? Que nous laissons les vieux dans les maisons de repos seuls, sans visite ni accompagnement de fin de vie parce que finalement nous ne les supporterions pas chez nous ? Ou que leur état de délabrement dû à un acharnement à la vie est tel qu’il nous est impossible de nous en occuper ? Qu’ayant peur eux aussi de la mort, certains vieux n’en finissent pas d’agoniser ?

Certains ne se réjouissent-t-ils pas enfin de ne plus devoir trouver d’excuses pour ne pas aller voir les membres de leur famille avec qui ils se sentent fondamentalement si mal à l’aise ? Peut-être que ce confinement permettra aux familles de réfléchir ...

Ce petit virus COVID-19 de rien du tout n’est pas grand mais il est vaillant.

Qu’il ait été utilisé pour nous confiner à de sombres fins ou pas, pour nous manger à une nouvelle sauce ou pas, pour répondre au délire d’être plus fort que la nature et de s’octroyer le droit de vie ou de mort ou pas, ce petit virus a réussi à faire s’arrêter et réfléchir la planète entière. Les blessures de l’inconscient au cœur de cette gestion autoritariste et militariste rejaillissent à grands cris et augmentent l’état de psychose créé à dessin ou pas. Ce petit virus réussit même à ouvrir certains les uns aux autres à un niveau planétaire, à unir à nouveau, à ouvrir les cœurs à distance et à en avoir assez de se voir uniquement via les écrans. Avec lui, qui plus est, pas de différenciation sociale, même les grands et les « people » de ce monde sont atteints.

Grâce à lui, on peut même percevoir les humains les plus malades, les « durs à cuire » de l’amour qui, eux, restent fermés et sourds. Ceux qui cherchent à tirer profit de la détresse de leurs semblables et de leurs différends. Ceux qui ne pensent qu’à trouver une opportunité de richesse, qu’à la meilleure manière de relancer la croissance économique mondiale démentielle et qu’à se remplir les poches. La course des petits qui espèrent trouver le filon du siècle pour rejoindre les gros bonnets financiers reste de mise. Ceux qui avait tenté d’y arriver et qui voient leurs efforts se réduire à néant sont par terre. Dans quel état se relèveront-ils ensuite ? Nourris de meilleurs sentiments ? Grandis ou aigris ? Sont-ils les prochains candidats à la réalisation d’attentats ?

Que tout ceci soit orchestré ou pas, comment le pouvoir gèrera-t-il la suite alors même que l’OMS annonçait déjà il y plus de 20 ans, que suite à la génération des parents ayant éduqué leurs enfants en étant sous drogues, antidépresseurs et anxiolytiques, nous allions devoir faire face à une crise sanitaire sans précédent sur le plan de la santé mentale en 2020. Le Dr Boris Cyrulnick annonce, quant à lui, que ceux qui sont rentrés en confinement en se portant mal psychiquement en ressortiront plus souffrants encore ! Comment ceux-là se comporteront-ils ensuite et comment seront-ils gérés par l’Etat ?

Comment en ayant créé une psychose schizophrénique collective, réussiront-t-ils à ce que les enfants retournent à l’école et les travailleurs au boulot sereinement et sans voir l’autre comme un intouchable ? Après la pluie subite et providentielle de billets, la pénurie et les restrictions budgétaires feront vite leur retour triomphal à moins que les nantis soient contraints de plus contribuer à la vie sociale !

Qui se rend compte que l’isolement forcé, orchestré par un pervers narcissique est une stratégie pour parvenir à la maîtrise omnipotente de l’autre, l’éduquer à l’impuissance, le fragiliser afin de mieux le soumettre ?

D’ailleurs lorsqu’il est associé à la terreur il devient l’arme suprême des régimes totalitaires. Les dictateurs l’ont toujours su ; pour contrôler un peuple il faut couper chaque citoyen de toute relation avec autrui et avec lui-même, à travers un bourrage de crâne suffisamment perturbant jusqu’à le pousser à la délation. Ces isolements internes et externes rendent impuissant à agir et à penser. Ces directives qui se veulent soi-disant claires ne le sont jamais et se contredisent en permanence. Laisser accès aux mé(r)dias, aux informations contradictoires et falsifiées, peut ainsi faire perdre plus encore ses repères. Lorsque la liberté d’expression est surveillée, bannie, que l’autre devient un ennemi potentiel, que personne ne peut plus faire confiance à personne, chacun prend ses distances, s’enferme terrorisé et développe une paranoïa. Il faut cependant savoir que tout pervers souffre de maladie, il est angoissé, infantile, terrorisé et dépendant de sa proie. Il est incapable de fonctionner sans emprise car sans sa proie, il ne sait pas survivre. Quitté par sa proie, tout pervers s’effondre tandis que sa proie se reconstruit et répare les blessures qui ont permis au pervers de prendre le pouvoir sur elle. Les pouvoirs n’existent que parce que nous les suivons. Nous sommes leur proie quand la dictature est de mise et leur produit quand l’économie rentre en jeu.

Toutes les espèces micro-myco-bactério-virales, mycéliales, minérales, végétales, animales et les peuples sont les proies des 1% de pervers mondiaux.

La 6ème extinction des espèces ne s’arrêtera cependant pas encore maintenant, cette course à la rentabilité et à la productivité semble bien loin de s’arrêter. Une chose est cependant certaine, les ultras milliardaires et les dictateurs et tous ceux qui ne cherchent que le profit finiront un jour par crever avec toute leur famille, la gueule ouverte, en réalisant que l’argent et le pouvoir ne se mangent pas.

Mais une autre fin est possible. Celle où toutes les proies majoritaires se libèrent de leurs pervers pour ne plus se sentir traitées comme des produits ou des pions économiques. Elles peuvent se mettre à panser leurs blessures et décider de créer ensemble un nouveau monde dans lequel chaque règne du Vivant sera respecté.

Une révolution médicale aura alors lieu. Il ne sera plus question de dépendre de médicaments aux nombreux effets secondaires issus de recherches barbares sur les animaux ou les humains.

Sachez que tout est bien fait et que la lumière a déjà triomphé !

La planète n’a pas attendu l’homme pour se créer. C’est l’univers qui crée et qui orchestre, quelles que soient les convictions de chacun. La planète est née du chaos, d’une explosion astrale, comme nous sommes tous nés du chaos aussi, de l’éjaculation des spermatozoïdes de notre père au sein du ventre de notre mère. Tout ce qui prend vie et se crée appartient à la magnificence de la vie, au pouvoir créateur et secondairement au pouvoir de l’homme. Au cœur de la folie scientifique et de l’ingénierie l’homme semble l’avoir oublié. Il se perd dans les méandres de la psychiatrie de son obsession de contrôle. Il n’a de cesse de s’illusionner sur son pouvoir créateur, oubliant humblement ses origines et ses ancêtres parmi lesquels figurent les Coronavirus.

Les dominants étant les plus atteints en la matière, dès qu’un manque d’accord dans les rapports entretenus avec eux surgit, comme ils détiennent la force de frappe, ils ont vite fait d’imposer leur choix de manière dictatoriale « yang » ou de manière plus pernicieuse « yin ». Chacun d’entre eux, comme Bill Gates par exemple, pensent avoir raison, agir pour le bien en opérant dans l’ombre pour arriver à leur fin. Certains d’entre eux prennent les autres pour des cons (finement ou finis) qui n’y comprennent rien et qu’ils doivent sauver pour mieux en tirer profit. Toute lutte néo-limbique « d’accord - pas d’accord » n’a de cesse de faire tomber l’être humain dans une lutte grégaire de dominance et de soumission. Une guerre d’ombre et de lumière. Mais toute ombre, comme dit sa Sainteté Sri Sri Ravi Shankar, n’est qu’une absence apparente de lumière. Dès que celle-ci se manifeste, l’ombre, aussi grande soit elle, est dissipée et la lumière se fait. Nous finissons tôt ou tard par y voir clair.

Remettre son rapport à l’autorité en question

Le mythe de la création du monde est une magnifique métaphore qui nous éclaire sur ce que nous vivons et qui nous permet de sortir de l’illusion de la toute-puissance infantile dont semble souffrir l’être humain. Présenter un trouble quant à l’origine de la création de toute chose signe un rapport pathologique à l’autorité qui va jusqu’à faire oublier à l’homme l’origine de sa propre nature, jusqu’à lui faire perdre son pouvoir. Il donne son pouvoir à une autorité extérieure, même s’il la trouve malsaine, il s’inhibe et devient incapable de gérer sa souffrance intérieure.

Judith, dans le décryptage du mythe de la création du monde, vous offre une réelle mytho-thérapie à domicile pour clarifier votre rapport à l’autorité et vous ré-approprier votre pouvoir naturel.

Cependant tout ce qui se crée a été validé par la puissance créatrice de la vie afin que l’histoire se répète et que chacun, à tout moment, puisse user d’un libre arbitre non pas téléguidé par ses blessures collectives, ancestrales ou personnelles mais éclairé. Ceci afin d’agir, non pas en fonction de ce que ses ancêtres ou la collectivité a vécu dans son passé, mais bien en fonction de la façon dont il a envie de répondre à ce qui est, avec sa propre parole d’adulte guéri.

L’inconscient ne cessera jamais à pousser l’être humain à se mettre à jour. Une nouvelle opportunité de lumière lui est sans cesse donnée. Freud, Jung et Viktor Frankl, n’ont jamais été si présents. Peut-être qu’au sortir de la crise, Viktor Frankl, malheureusement beaucoup moins connu que Jung et Freud, prendra enfin la place qui lui est due dans la vie de chacun. Il est en effet celui qui prend en compte la nécessité du « sens » et de la dimension spirituelle de la personne pour l’aider à se reconstruire et à trouver sa propre autorité intérieure. Pour lui l’humain ne souffre pas uniquement de frustrations sexuelles (Freud) ou de complexe d’infériorité mais aussi d’un vide existentiel. La névrose révèle avant tout un être frustré de sens. Ce qui conduit à penser que l’exigence fondamentale de l’homme est la plénitude de sens. Par voie de conséquence, l’humain ne peut se désintéresser du spirituel, ni de l’inconscient spirituel comme il semble si souvent le faire. L’inconscient n’est en effet pas uniquement instinctif, pulsionnel et sexuel comme l’affirme Freud. L’homme est et sera toujours une totalité trinitaire physique-psychique-spirituelle. Et par spirituelle, il n’est pas question de religion dogmatique, mais de relience de l’âme à l’Esprit, au fait que chacun est un être spirituel venu faire une expérience terrestre et offrir le meilleur de lui-même.

Sans cette notion, l’homme est désaffecté, aseptisé, insipide, inodore, ou au contraire, il pue, est nauséabond, à vomir dans ses comportements.

Viktor Frankl est le premier psychiatre à avoir aidé tant de gens dans les camps de concentration à survivre grâce à cette quête de sens. Beaucoup de ceux qui en sont sortis en ont trouvé un pour pouvoir survivre, voir vivre ensuite. Il sera sans nul doute une référence porteuse lors de la sortie du confinement.

Puisse chacun avoir envie de donner un sens constructif à sa vie pour le collectif.

Danger de Mort ou Opportunité de Vie Nouvelle ?

L’Idéogramme chinois du mot « crise » composé de 2 caractères signifiant « Danger » et « Opportunité » n’a jamais été autant d’actualité !

Le microbe nous demande de prendre soin de notre terrain.

La vie est sensible et tous les organismes vivants sensibles y jouent un rôle vital, y compris les virus, nos lointains aïeux. Ceux-ci échangent en permanence des informations sensibles et vitales entre eux, ils participent aux cycles magnifiques, brillants qu’est l’apparition biologique de toute vie ! Empêcher ces échanges d'informations vitales et sensibles revient donc à mettre le vivant en danger de mort !

Car comme le disaient à juste titre Claude Bernard et Antoine Béchamp : « Le microbe n'est rien, c’est le terrain qui est tout », ce qu’aurait d’ailleurs aussi reconnu Louis Pasteur sur son lit de mort. Cette vérité pourtant reconnue par tous ceux qui acceptent que la maladie soit multifactorielle, semble sans cesse être oubliée au regard de certaines pathologies et plus manifestement encore vis-à-vis des virus.

Ce décryptage bio médical vise à regarder d'un peu plus près le terrain personnel et collectif propice ou réfractaire au développement de la contagiosité et de la mortalité au contact du COVID-19.

L’opportunité de prendre soin de son terrain est plus que jamais présente, voire incontournable pour qui désire prendre sa santé en main.

La Pyramide de Facilitation de la guérison en 9 niveaux

Le nombre de virus et l'impuissance face à eux ne cessent d'augmenter. Alors que l'industrie pharmaceutique et médicale tente d'accroître son arsenal de frappe chimique, la résistance s'organise tant dans les cellules que dans les micro-organismes.

La solution extérieure n’est donc pas la panacée universelle espérée. Penchons-nous dès lors sur la solution intérieure qui ne doit en aucune façon faire fi des solutions extérieures palliatives offertes actuellement. Les maladies sont toutes multifactorielles. Examinons donc ensemble pour ce faire les différents aspects ou facteurs entrant en compte dans la nécessité de la genèse d’une maladie.

Nous le savons, une maladie survient dans un espace et un temps bien précis, dans une partie donnée du corps, en relation avec une zone bien précise du cerveau et en lien avec un ressenti et des croyances bien précises. Elle n'est donc pas le fruit du hasard, mais un comportement qui apparait en réponse à un changement particulier dans notre environnement particulier. Ainsi nous apporte-t-elle des incapacités(confinement) mais également des capacités nouvelles à découvrir ensemble pour accroître nos chances de survie, voire de vie nouvelle meilleure.

Comme dans tous les cas d’apparition d’un virus, celui-ci s’inscrit dans une bio-logique. Qu’elle se situe au niveau de l’invariant ou de la symbolique, il est utile de la décrypter bio-médicalement pour mieux le prévenir, le soigner, voire en favoriser l’auto-guérison.

Nous vous proposons une approche mytho-biologique en neuf niveaux. C’est-à-dire via la recherche du fil rouge (mythos) de vie (bios) reliant toutes les connaissances existantes (logos) à propos de ce virus.

Chacun pourra alors développer de nouvelles capacités pour se comporter autrement dans le monde et par conséquent, ne plus avoir besoin du COVID-19 à maxima pour évoluer.

1) L’environnement : le terrain politico-économico-social

Constats affligeants

Tout le monde commence enfin à se rendre compte qu’il y a un sérieux problème dans le monde.

Les destructions des habitats naturels (sièges de la biodiversité) occasionnées par des constructions de villes à taille inhumaine, des monocultures et des élevages d’animaux concentrationnaires massifs relevant de la folie, condamnent bien des espèces à disparaître ou à cohabiter avec l’homme pour survivre. Ces conditions infectes accroissent le nombre de porteurs de parasites (moustiques, tiques) et les recours aux insecticides, pesticides et les contaminations entre espèces.

Il est intéressant de relever que les villes foyers du corona en Chine et en Lombardie sont victimes de cette folie et ont le taux de particules fines le plus élevé.

En réalité, si nous devions être en guerre ce ne serait pas contre le Coronavirus mais bien face à ces situations démentielles de destruction massives du Vivant.

Le Coronavirus est une conséquence et non la cause, le grain de sable de plus dans l’engrenage de la vie qui ne fait qu’augmenter le nombre de victimes, de martyres et de criminels de part une mauvaise gestion de la santé.

Ce ne sont pas les contaminés-contaminateurs qui devraient dès lors être considérés comme les uniques victimes, martyres ou même criminels ! Ce serait restreindre son champ de vision et se tromper de cible !

Il est temps de réaliser que les hôpitaux étaient déjà saturés en hiver par la grippe saisonnière suite aux restrictions drastiques des budgets de santé. Les soignants héroïques en avaient déjà fait part à plusieurs reprises aux instances étatiques et au peuple à travers des manifestations publiques restées sans suite.

Ne soyons pas étonnés dès lors que des services entiers aient dû être convertis pour accueillir le tsunami prévu de patients COVID-19 et ce aux détriments des autres patients dont la morbidité et la mortalité risquent de ce fait d’augmenter ou de révéler une surconsommation médicale en temps normal. Une surconsommation qui serait dans ce cas due à qui ? Aux guidelines établies par les instances mondiales et validées par les états sous la pression des lobbies pharmaceutiques ? Ce ne seront dans ce cas plus les médecins qui seront les escrocs comme les campagnes semblent pousser à le faire croire. Patients et médecins seront alors obligés de voir combien ils ont été les dindons de la farce.

Le bilan post crise nous le dira peut-être car comment faire les comptes si le(s) ministère(s) de la Santé associe(nt) chaque mort au Coronavirus. Le non suivi des soins ou des prescriptions par les patients devrait cependant donner de fameux indices aux médecins tout comme aux patients lors des prochaines visites de contrôle. Un fait est cependant déjà certain, le numérus clausus en médecine et le rallongement des études d’infirmières d’un an imposé semble ne pas avoir joué en faveur des équipes de soins en place.

Les médecins semblent en avoir assez d’être sans cesse maltraités. La ministre de la santé belge Maggie De Block vient d’être assignée par son Ordre pour avoir traité ses confrères de « Drama Queens » et de pleurnichards.

Que dire en attendant des stocks de masques périmés qui ont été jetés sans être remplacés par manque de budget. Des Pays (USA, France, …) qui ont racheté à prix fort ou détourné des masques pour l’Italie et l’Espagne. Les commandes faites par la Belgique ont tourné au désastre : les masques ne répondaient pas aux normes de conformité. Aujourd’hui, après un effort effectué pour réduire les sacs en plastique, ce sont des milliards de masques infectés qui jonchent déjà le sol et les océans.

Tout le monde se souviendra de ce débat sans fin sur les masques. Serait-ce un clin d’œil de l’Univers face à cette mascarade ?

En tout cas, les dirigeants ne valent pas mieux que certains électeurs qui se sont accaparés des denrées de base pour lesquelles il n’y avait pas de pénurie (papier toilette, pâtes ..), qui ont volé des respirateurs, pillé le matériel dans les voitures d’infirmières indépendantes, prié certaines infirmières et médecins de quitter leur immeuble ou leur co-location et d’aller vivre ailleurs, incendié des couturières bénévoles sur les réseaux sociaux qui demandaient à être payées pour la matière première, gardé pour eux des stocks de masques et de savons alors qu’un réel appel était fait par la première ligne, …

A un certain niveau, ce pouvoir nous ressemble tout comme nos soins de santé.

L’art de guérir humain empathique est remplacé par un mafieux business inhumain. Une tare basée sur des algorithmes, de la recherche théorique coupée du terrain et d’une recherche effrénée de la rentabilité par l’application du Taylorisme (travail à la chaîne). Ce qui nuit hautement aux malades, aux personnes âgées et handicapées, au personnel soignant et d’entretien qui dénonce le fait d’être en sous nombre, en burn-out et mal rémunéré depuis des années. Ce manque de considération, de respect et de gratitude est un fait si présent dans d’innombrables secteurs. Les comportements infects sont généralisés.

Ne nous y trompons pas, le peuple reçoit les soins qu’il mérite, c’est-à-dire à l’image dont il prend soin de lui et de ses relations, dont il interagit avec le Vivant et dans lequel il laisse sa façon de vivre être conduite par des guidelines internationales de conditionnement marketing. Il est pris dans une course effrénée à l’Avoir.

Dans ce contexte des milliards si souvent refusés sont débloqués !! N’y a-t-il que l’argent pour calmer ? Pourtant, ce n’est qu’une rustine. Des millions de personnes crèvent de voir la roue de ce juteux business s’arrêter. Des millions d’emplois s’effondrent, des millions de faillites s’annoncent, … La situation est cependant différente en Suède où les citoyens semblent avoir accepté d’être pucés et tracés directement pour éviter le confinement, et à Taiwan qui étrangement ne s’est pas laissée surprendre et aurait mis en place directement des directives sanitaires et ne compterait que 6 morts sans confinement, … Il y a vraiment de quoi se poser des questions sur ces différents modes de gestion étatique.

Des voix plus fortes osent s’élever pour faire taire les ministres pantins, critiquer la politique de santé et la gestion chaotique et incohérente de la crise sanitaire qui manque d’anticipation et de coordination. La Belgique compte 7 ministres de la santé et cela ne semble pas rendre la gestion plus efficace.

Des pénuries de lits en soins intensifs, de moyens de protections, de tests fiables de diagnostics du virus et de l’immunisation de la population sont à déplorer. Tout autant d’ailleurs que le manque de personnel soignant, de médicaments essentiels et de respirateurs qui sont produits en Chine par une main d’œuvre à bas coût, surexploitée qui permet sous le couvert d’une mondialisation, d’augmenter sans cesse le taux de profit. Qui se souciait de l’existence des chinois surexploités et fliqués jusqu’à aujourd’hui ? Et qui souhaite qu’ils le soient encore plus pour pouvoir vite les revoir produire le matériel si nécessaire chez nous ? Qui se souciait de savoir les Italiens pris dans un tel marasme sans être soutenu par l’Europe ? Cette crise montre combien les humains souffrent tous d’un terriblement manque d’empathie au sein de leur propre règne.

Mais le malheur des uns pousse à la créativité des autres et éveille le cœur des plus empathiques. Saluons l’ingéniosité et la débrouillardise dont font preuve les soignants et citoyens en aidant bénévolement ou pas pour pallier à tous ces manquements. Ainsi que la créativité exceptionnelle des artistes, des poètes de la vie qui dans cette tourmente réussissent à tous nous faire profiter de leur capacité d’enchantements.

Tout cela ne doit cependant pas faire oublier que 8,8 millions de personnes meurent prématurément chaque année, suite à des inflammations des voies respiratoires causées par la pollution atmosphérique et pour qui jusqu’à aujourd’hui rien n’a jamais été fait par l’Etat pour prendre soin d’eux. Manque de cohérence ?

La géopolitique

L'histoire nous montre que les empires se suivent et se ressemblent par leur désir de grandeur et de conquête, leur autoritarisme, leur opacité, leur volonté de contrôle et leurs sévères répressions violentes, au nom de la sécurité et du bien-être des gens.

Hélas, personne n’y a fait exception ; Que ce soient les anciens empires, du « Milieu » ou russes devenus communistes, indien, égyptien, babylonien, mède, perse et ottoman devenus musulmans, ou les empires grec et romain, portugais, espagnol, britannique, napoléonien et américain devenus chrétiens.

La Chine, qui aspire au titre de première puissance économique et militaire mondiale, connaît un contexte politique et économique très sensible. La guerre commerciale et les accords avec les USA peuvent être intenables, les révoltes à Hong Kong, la victoire de Tsai Ing-wen à Taiwan et l'arrêt de son économie délirante avec l'épidémie depuis janvier en donnent le ton.

Le parti communiste chinois, pour conserver sa « légitimité », 17 ans après le SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère), a déployé des moyens financiers, matériels et coercitifs colossaux sans réellement évaluer la pertinence des actions entreprises ni se soucier du coût et du bien-être humain. Ne prenons pour exemple que la construction hallucinante de deux hôpitaux préfabriqués de 1000 lits que les chinois ont réalisés en 10 jours, travaillant jours et nuits.

Cependant, le vent tourne quelque peu. Le pacte faustien de confiance depuis l'épreuve de Tiananmen il y a 30 ans entre le parti communiste dictatorial, qui promettait sécurité, enrichissement et fierté nationale et la population majoritairement soumise, est ainsi rompu. Le peuple est en colère, il commence à oser se révolter plus ouvertement contre le contrôle féroce des sujets sensibles par les autorités. Serait-ce pour cela que la liberté d'expression déjà réduite à une peau de chagrin et la liberté de mouvement déjà extrêmement mise à mal, auraient été réduites à néant avec le confinement total depuis mi-janvier ?

L'interdiction de circuler à l'intérieur et à l'extérieur du pays est survenue au pire moment ou au meilleur. Elle ne pouvait en tout cas qu’être mal accueillie par le peuple chinois et les révoltés intérieurement. Le Nouvel An, l'une des fêtes les plus importantes en Chine, fut l’occasion de 283 millions de trajets, de quoi brasser et contaminer mortellement l’air. La mise à l'arrêt pendant des semaines de l'économie chinoise qui représente 17% du PIB mondial (contre 4% en 2003) et contribue à 30% de la croissance mondiale se fait déjà sentir. L'endettement des entreprises chinoises est très important et la croissance chinoise dépend plus aujourd’hui de sa consommation intérieure (60%) qu'en 2003 (40%). Des grandes enseignes américaines (Apple, Starbucks, Mac Do, Pizza Hut, KFC, ...) et le géant FOXCONN, principal fournisseur mondial de composants électroniques ont fermé. Les répercussions sont déjà considérables dans de nombreux pays dépendants des approvisionnements en composants ou en produits finis « made in China » : Airbus, Renault, PSA, Nissan, Toyota, Hyundai, Fiat, Chrysler .... ont dû fermer des usines d'assemblage en Asie comme en Europe.

Les bourses asiatiques et mondiales, les valeurs boursières du baril de pétrole, surtout américain, dont la Chine est grande importatrice, les enseignes de luxe, de voyages, de loisirs dégringolent. Pour une trentaine de pays, dont l'Allemagne, la Chine est le premier destinataire d’exportation.

Le Coronavirus rebat les cartes de la nouvelle route de la soie. Il nous ouvre les yeux sur cette situation démentielle.

La pandémie médicale et économique, de faillite, de chômage technique, de récession mondiale et de précarité ne cesse de s'accroître.

Après la Chine plus de la moitié de l’humanité est confinée à la maison, fait du télétravail quand c'est possible et n’a aucune stratégie de sortie du confinement.

Les petits commerces, les restaurants, les lieux culturels et les écoles, qui sont eux, jugés comme non essentiels, ont dû fermer également. Rien n’a été réellement clair dans les interdictions de travail et pourtant tous ou presque ont cru devoir s’arrêter.

Et subitement, dans ce marasme, comme en Belgique, certains magasins, comme ceux de bricolage se voient réouverts et tout le monde peut à nouveau s’y rendre comme par enchantement au prix d’attentes dans une queue interminable respectant la distanciation sociale comme dans l’ex-URSS.

Le chaud et le froid ne cessent d’être soufflés. Dans quel but ?

Qui finalement décrète ce qui essentiel ?

Les élus démocratiquement ou les dictateurs qui se sont octroyé les pleins pouvoirs ou des pouvoirs spéciaux pourront de ce fait aussi imposer la 5G ou le VACCIN MIRACLE à venir. En Chine, selon les renseignements peu fiables du Parti, l'épidémie semble aujourd’hui régresser d’une part et reprendre d’autre part à cause de ceux qui reviennent de l’étranger, alors que la pandémie régresse ou explose dans le reste du monde et surtout aux USA et au Brésil.

Le déconfinement a cependant malgré tout commencé en Chine et bien évidemment en Autriche, Allemagne, Suisse qui ont les plus faibles taux de mortalité d’Europe.

Il est évident que l’annonce du confinement faite la veille d’un week-end a eu un effet certain sur la propagation du virus ; en effet, beaucoup se sont rassemblés pour faire une dernière fête ou un ultime resto sans précaution spéciale le vendredi soir. Certains se rappelant « l’état d’alerte de la grippe H1N1 », à laquelle personne à l’époque n’a cru à juste titre, se sont carrément mis au vert, ont fui les villes pour retourner dans leurs familles ou leurs secondes résidences.

Les frontières ont finalement été fermées et ceux qui ont pu être rapatriés ont été placés en quarantaine. Des bateaux de croisière, équipés de 5G, comme le Diamond Princess ont été mis à quai, et des milliers de passagers ont été condamnés à rester en quarantaine enfermés dans leur cabine minuscule. D’autres bateaux par contre n’ont reçu nulle part l’autorisation de rejoindre un port et bannis, ont dû rester en mer.

La plupart des liaisons aériennes civiles sont interrompues pour des mois et tous les déplacements et les rassemblements en tous genres sont depuis interdits.

Selon les différents pays, en cas de non suivi des lois, des amendes, des emprisonnements, des violences physiques policières ou militaires sont prévues voir même, comme au Philippines, le droit d’assassiner des contrevenants ou des dissidents. Les populations sont, quant à elles, encouragées à la délation comme lors des heures les plus sombres des guerres mondiales.

La politique vaccinale mondiale

Il est intéressant de noter que presque tous les virus d’épidémies animales et humaines ont trouvé leur origine en Chine, sauf Ebola ou le SIDA en Afrique, au sein de villes tentaculaires, surpeuplées, congestionnées, inhumaines où l'air y est tout simplement irrespirable au propre comme au figuré.

Même l'épidémie de grippe « Espagnole » fut liée à une souche originaire d'Asie propagée par les soldats américains vaccinés avant leur départ pour l’Europe. Si cette dernière porte un nom qui prête à confusion, c'est tout simplement parce que l'Espagne qui ne s'était pas engagée dans la Première Guerre mondiale, publia en premier les informations relatives à cette épidémie. Les cas français étaient quant à eux tenus secrets pour ne pas révéler à l'ennemi que l'armée était affaiblie. Cette épidémie apocalyptique a fait suite à la première guerre mondiale qui a terrorisé, horrifié, affamé et confiné la population. En un an, elle a fait entre 20 à 40 millions de morts, 30 millions selon l'Institut Pasteur, voire 100 millions selon certaines réévaluations récentes. Mais cette mortalité exceptionnelle pourrait aussi s’expliquer par l’usage exagéré d’aspirine (Bayer) qui aurait provoqué des hémorragies massives notamment pulmonaires. Elle serait la pandémie la plus mortelle de l'histoire de l'humanité avant les 34 millions de morts (évalués) de la peste noire ayant décimé les deux tiers de la population de l'époque. Elle fut suivie par la grippe asiatique en 1957 (2millions), la grippe de Hong Kong en 1969 (1million), le SIDA en 1985 (25millions), le SRAS en 2003 (800) et la grippe H1N1 en 2009 (200.000).

Pour cette épidémie COVID-19, tout semble commencer en 2003 quand un Brevet européen EP1694829B1 de Coronavirus made in France est déposé par l’institut Pasteur. Ses inventeurs ont fait un prélèvement à Hanoï pour faire un vaccin administré à 1.300.000 citoyens chinois. Ensuite en 2017, les français ont construit à Wuhan le premier laboratoire chinois de sécurité maximale, dit P4 (pour pathogène niveau 4) sur le modèle de celui Jean Mérieux à Lyon, effectuant des recherches notamment sur les virus militaires et médicaux les plus dangereux et notamment du SIDA dans l’espoir de trouver un vaccin. Il a été inauguré par l’immunologue Yves Levi, mari de la ministre de la santé (maladie) Agnès Buzin en France qui en début d’année a fait classer la chloroquine dans les médicaments interdits. Une combinaison de 2 virus SRAS et CORONA y aurait été testée. La revue Lancet s’en était inquiétée à l’époque au vu des antécédents de fuite de virus du SRAS d’un laboratoire pékinois. Quant à l’hypothèse d’un virus modifié à des fins de guerre bactério-virologique, même si elle semble écartée par beaucoup de spécialistes, certains évoquent quand-même des modifications non naturelles.

Le professeur Montagnier, qui a reçu le prix Nobel pour la découverte du virus du SIDA et qui est discrédité pour avoir repris les travaux sur la mémoire de l’eau de Jacques Benveniste, un autre chercheur de génie discrédité, a identifié dans du COVID-19 une séquence commune à celle du virus du SIDA. Ce qui a été directement démenti par les autorités qui, à l’image de la gestion qu’elles font de leurs « vieux », l’ont traité de « vieux gâteux ». Voilà comment la France, à l’inverse des USA et de la Chine, traite ses plus grands savants, y compris le professeur Raoult.

Cette éventualité n’est pas à prendre à la légère, car si c’était le cas il se pourrait que ce soit pour neutraliser notre système de défense immunitaire personnel au profit de moyens extérieurs. En Homéopathie les pires poisons peuvent devenir les plus puissants remèdes. Les vaccins protecteurs peuvent eux à l’inverse favoriser les infections, l’autisme et probablement bien d’autres maladies de par leur composition démentielle et leur usage excessif comme avec les anti-biotiques jusqu’à ce que les états aient dû en réglementer les usages. Pour les vaccins étonnamment au lieu d’aller vers une réglementation plus stricte sur leur usage on assiste à une augmentation de leur obligation faisant fi de la liberté thérapeutique et du consentement éclairé du patient.

Une récente étude américaine publiée dans le journal Vaccine montre que le vaccin contre la grippe saisonnière administré en masse aux personnes âgées en EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) favorisait ainsi les infections respiratoires virales dont le COVID-19.

Ce phénomène d’interférence virale post-vaccinal serait à l’origine de cet affaiblissement du système immunitaire permettant le phénomène de remplacement épidémique par la réactivation de virus dormants ou la contamination par de nouveaux. Le même constat a été dressé en Lombardie, épicentre italien du COVID-19, où un vaccin contre la méningite a été administré à 33000 personnes à l’automne 2019, avant que, comme en Chine qui a initié une vaccination massive de sa population dès le 1er décembre 2019, des pneumonies étranges ne fassent leur apparition. A l’inverse, les enfants multivaccinés semblaient protégés par leur vaccin contre la rougeole dont le virus présenterait des similitudes avec le Coronavirus. Mais une recrudescence chez des jeunes patients dont certains positifs au COVID-19, au Royaume-Uni, en Italie et en France, du Syndrome de Tomisaku KAWASAKI pourrait abonder dans le sens du rôle des vaccinations. De plus, le bouleversement de l’écologie microbienne pour empêcher les maladies infectieuses infantiles contribue au déplacement épidémique c’est-à-dire que l’on retarde la survenue de ses maladies vers les autres générations plus jeunes ou plus âgées.

Depuis plus de 20 ans, la Fondation Bill et Melinda Gates (FBMG) avec le soutien d l’OMS vaccine à tour de bras des millions d’enfants des régions reculées des pays pauvres principalement d’Afrique et d’Asie. Les résultats furent à ce point désastreux que la FBMG a été chassée de ces pays et poursuivie en justice par des gouvernements du monde entier (Kenya, Inde, Philippines, …). Des enfants ont développé les maladies contre les lesquelles les vaccins étaient sensé les protéger et certains en sont décédés. Des femmes ont été stérilisées au Kenya par le biais de vaccins antitétaniques modifiés. Ces campagnes ont été imposées avec des argumentations falsifiées et de la corruption sans le consentement éclairé des enfants, des parents, des tuteurs, des enseignants et des autorités gouvernementales. De telles pratiques ont été observées en Europe notamment avec la vaccination contre le papillomavirus. Cela laisse dubitatif par rapport au vaccin contre le COVID-19 qui pourrait être imposé au monde entier pour un retour complet à la normale. Et quand en plus on sait que Bill Gates ne cache pas son funeste projet de réduire la population mondiale, on a de quoi s’inquiéter.

D’autant que les autorités sanitaires de nombreux pays semblent faire l’impasse sur ces informations et recommandent de ne pas porter préjudice au bon traitement d’une maladie chronique en refusant des anti-inflammatoires ou des programmes de vaccinations qui accroissent les risques d’infections de 30% dont le Covid.

Certaines informations laissent penser que des cas diagnostiqués comme grippe aux USA dès l’été 2019 pourraient être des cas de Covid. Le premier cas officiel de Coronavirus incontrôlable serait déjà apparu selon les officiels chinois dès le 19 novembre 2019 dans l'épicentre de l'épidémie, le marché aux poissons, de fruits de mer et d'animaux sauvages (chauves-souris, pangolins, civettes, ...) de Huanan, situé dans la ville de Wuhan, capitale de la province de Hubei, sur le fleuve bleu Yangzi Jiang (Yang Tsé). Cette ville est une plaque tournante essentielle du réseau de transport commercial, un centre industriel et de recherches majeur. Est-ce un hasard ?

Mais 1/3 des cas initiaux n’était pas lié au marché ce qui fait planer un doute sur le rôle initial qu’on veut lui attribuer.

Ce qui met également de l’eau au moulin de qui soupçonne une manipulation génétique et une possibilité de véracité dans les propos du professeur Montagnier.

Emmanuel Macron a clairement annoncé que tous les organismes en lien avec la santé, (OMS, Banque Mondiale, acteurs privés pharmaceutiques, chefs d'état…) vont s'unir dans un partenariat inédit autour des vaccins. Tous les pays du G7 et du G20 seront mobilisés pour participer à cette lutte contre le COVID-19. L'espérance est bien évidemment de réussir à rallier les Etats-Unis et la Chine qui se sont désolidarisés de cette politique de santé écrasante mise en marche.

Ces deux pays refusent d'investir dans cette stratégie d'écrasement de temps et d'espace. Stratégie de temps, car ces nombreux acteurs comptent investir argent public et privé sur plusieurs familles de recherche pour pouvoir manufacturer le plus rapidement possible le premier vaccin trouvé.

Stratégie d'écrasement d'espace, car puisque tous les pays et acteurs privés auront investis, le pays où le vaccin aura été découvert ne sera pas de ce fait le premier bénéficiaire. Grâce à cette politique commune d'investissement, tous les populations confondues pourront bénéficier du vaccin au moment même où la découverte sera faite. 

Ouvrons cependant les yeux, il va de soi que les privés ayant investi y feront choux gras. Ils récupèreront haut la main leur investissement. Quant à l'argent public qui sera investi dans ce domaine, il ne pourra pas l'être ailleurs, là où par exemple certains le demandaient à grand cris et entendaient leur gouvernement répondre inlassablement qu'il n'y avait pas d'argent. Réalisons aussi que le remboursement de la sécurité sociale dont nous bénéficierons peut-être, ce sera aussi mis sur notre note.

Aux yeux de ces instances, seule la découverte de ce vaccin et son inoculation permettront un retour au plus vite à une vie normale et le souhait est d'y arriver d'ici la fin de l'année. Unir l'argent public et privé tous pays confondus semble être à leur yeux l'unique solution pour agir face au COVID-19 et les pandémies à venir ou déjà présentes telles la tuberculose, le paludisme, le VIH. Même si ces pandémies touchent les pays les plus vulnérables, elles justifient de dynamiser leur nouvelle politique de frappe unies, d'actions fortes pour l'avenir. 

Les vaccins contre le H1N1 sont restés dans bien des armoires après avoir été commandé par certains Etats. Ils semblent avoir pris bonne note de cet échec financier et ont changé leur stratégie pour que cela n'arrive plus

L'annonce est faite, les sommes engagées. Que chacun d'entre nous se prépare à participer douloureusement à la note et comme toujours à l'enrichissement des investisseurs privés. Le mot obligatoire n'est pas encore prononcé mais cela ne saurait tarder.

Les surveillances et protections abusives

On pourrait naïvement croire que cela ne concerne que les grandes puissances. Et même si c’était le cas, comment par empathie ne nous en sommes pas plus préoccupés ? Peut-être parce qu’elles s’implantent petit à petit, pernicieusement, subrepticement et qu’elles nous sont sans cesse présentées comme un gain de sécurité.

La véritable pandémie est une pandémie de surveillances (trac(k)ing), de profilages, de censures et de répressions, numériques et silencieuse. Elle s’effectue grâce à des machines, de manière « désaffectée », via le traitement par des d’algorithmes de milliards d’informations nous concernant. Elles sont recueillies par des millions de caméras de surveillance à reconnaissance faciale même à très grandes distances, des écoutes de téléphones portables rendus indispensables dont la 5G (Huawei en tête de déploiement) ne fera qu’améliorer la surveillance, incitant à des paiements électroniques plus sécures afin d’éviter la monnaie liquide, soi-disant porteuse du virus. Les consultations et partages sur les réseaux sociaux le sont et le seront sans cesse plus encore dans le monde entier.

Nous imaginons ne pas être les seuls à avoir constaté que juste après l’utilisation d’un nom de produit ou de site apparaisse instantanément la pub en rapport. Certains ont déjà même reçu sur leur Facebook un avertissement pour avoir propagé une fake news ou ont été menacés de fermeture de compte. Des milliers de communications disparaissent sur Youtube et autres.

L’Intelligence Artificielle, dont 11 des 20 premiers sites internet mondiaux sont chinois, 8 américains et 1 russe, permet d’analyser les faiblesses et les forces de chaque être vivant (bactéries, virus, parasites, plantes, animaux, élèves, employés, malades) dans leur domaine respectif et d’adapter les programmes en conséquence pour les aider à s’améliorer ou à disparaître.

Avec une politique numérique cohérente et musclée, la Chine est en quête de la souveraineté numérique mondiale par le biais de l’IA (intelligence artificielle).

La surveillance numérique des faits, gestes, écrits et images est accrue pour toute personne ayant un lien avec le terrorisme, les sectes, les crises migratoires, les révoltes sociales (printemps arabes, gilets jaunes, parapluies de Hong Kong, les kurdes, manifestations pour le climat, …) ou ayant recours à des pratiques alternatives ou complémentaires via le net qui visent à la responsabilisation et à l’autonomie spirituelle, psychique, agro-alimentaire, médicale et énergétique. Bien évidemment, une telle surveillance est à nouveau officiellement prônée pour protéger les citoyens !

Il est évident qu’il s’agit de pratiques visant à ramener les « dissidents » (mouton noir) dans le troupeau des moutons blancs « bénis-oui-oui » manipulables à souhait. Cependant, un fait est certain, la bombe sociale à retardement a été déclenchée et les moyens mis en place pour la désamorcer sont d’ores et déjà voués à l’échec.

En fait, rien de nouveau, tout s’amplifie.

En 1823, Emmanuel de Las Cases dans son « Mémorial de Ste Hélène » révélait déjà le projet de l’empereur de France Napoléon d’espionnage de la vertu pour améliorer la société. Il a dû inspirer le nouvel empereur de Chine qui va plus loin encore avec le crédit social. Son objectif est une sensibilisation à l’intégrité et à la crédibilité au sein de la société. Son but est de renforcer et renouveler la gouvernance de la société et de répondre au problème du manque de confiance qui règne sur les marchés chinois. Il porte également sur « l’intégrité sociétale » et « une justice crédible ». C’est un système qui note en autre le comportement des citoyens en ligne. Le Parti chinois a fait installer 650 millions de caméras de surveillances publiques et privées avec reconnaissance faciale même à longues distances des passants, des habitants à l’intérieur des immeubles et des voitures pour assurer officiellement la sécurité et prévenir les cas d’incivilité. L’application de ce système permet, par exemple, d’afficher sur des écrans géants le visage et l’identité de piétons qui n’auraient pas traversé dans les passages cloutés au feu vert, et ceci jusqu’au paiement de leur amende. Ou encore priver de transports en commun les citoyens qui feraient preuve d’incivilités. Il s’agit en quelque sorte d’une variante généralisée à tous les aspects de la vie du permis de conduire à points en France.

Le crédit Social, mis en place en Chine pour inciter à la bonne conduite et récompenser les comportements vertueux, octroie également des bons points supplémentaires, en incitant à la délation. Ainsi, il devient même possible de mettre au pilori électronique tous les indésirables et de les excommunier pour leurs incivilités, c’est-à-dire pour avoir fait preuve de corruption, pour une appartenance à une ethnie ou pratique spirituelle (bouddhiste, falun Gong ou musulmane) et même pour avoir répandu des rumeurs comme celles d’un virus très contagieux susceptible de provoquer des SRAS mortels ou de violations des droits de l’homme.

Comme ces processus ne dépendent plus de l’arbitraire sensitif d’une seule personne et qu’ils sont systématiques, scientifiques, transparents et objectifs, puisque réalisés par des machines, on finira par conclure qu’ils sont justes. La même IA est déjà capable de surpasser et donc de remplacer le diagnostic et la prescription des meilleurs médecins pour les conformer au dictat pharmaceutique et même pourquoi pas les jugements subjectifs des meilleurs juges pour les conformer aux dictats du pouvoir. Des avocats du monde entier déposent des plaintes pour violations des droits démocratiques fondamentaux. Certains font l’objet de menaces et de répressions. Mais ce que les informaticiens et les ingénieurs n’ont encore pu égaler ce sont les émotions, l’empathie, la compassion, l’amour, la solidarité et la résilience humaine des soignants et des soignés.

Implémenté dans un pays, ce système permettrait d’exterminer ceux que certains présidents qualifient de « racaille » et de « sans dents », tout comme des illégaux travaillant au noir non-vaccinés, utilisant ou pas un smartphone, pourraient être traçables à souhait via les caméras et les nanopuces. Cette gestion a un goût de nazisme. Tout ce qui n’est pas contrôlable et ne rapporte pas est banni.

Après la mise en place de ce système de crédit social, l’étape suivante, est de créer une psychose pandémique telle que les populations soient désorientées pour un temps et se ruent sur le premier vaccin venu pour être délivré totalement du confinement et de la menace fantôme. Nous pourrions ainsi tous devenir très vite à notre insu des cobayes non rémunérés, comme c’est déjà le cas au Kenya. Certains scientifiques dépourvus de tout éthique se sont d’ailleurs réjouis en direct de pouvoir commencer dans un tel lieu dépourvu de traitement et se gargarisent que leurs études seront ainsi fiables.

En Corée, une nouvelle application, autorisée aussi en Israël et dans d’autres pays pour accélérer le déconfinement, permet de localiser via les smartphones les personnes ayant été en contact avec une personne contagieuse et de les placer en confinement total pendant 14 jours si elles ne sont pas immunisées.

Les USA et UE comme bien d’autres pays ne sont pas en reste en la matière !

Le confinement sélectif et personnalisé permettrait aux personnes immunisées ou saines de ressortir masquées pour aller retravailler et réduire le déficit budgétaire national.

Mais dans le cas de figure où la population refuserait la vaccination ou renoncerait à amener son smartphone partout avec elle, le vaccin agrémenté d’une nano-puce de tracing pourrait être imposé par les états (Chine, USA, Italie, Espagne, France, Danemark, Suède, …) ou par l’OMS qui s’est appropriée ce droit de vaccination mondiale en cas de pandémie.

Cette nano puce au sortir de la crise devrait permettre de tracer chacun à souhait, de répertorier les moindres contacts, faits et gestes pour conditionner tout le monde à l’obéissance au pouvoir local ou mondial.

L’impact des ondes

Il n’y a pas de différence de nature entre les ondes radio, lumineuses et autres électromagnétiques (radar, micro-ondes, satellites) en dehors de leurs fréquences. Par hasard, Wuhan fut la première mégapole pilote totalement passée à la 5G fin octobre 2019. Dans le même temp, la 5G a aussi été installée en Italie du nord, en Espagne et en Suisse. Le 01/04/2019, la Belgique profitant du confinement imposé, en a aussi commencé le déploiement malgré inquiétudes des citoyens. Certains bourgmestres (maires) prudents ou visionnaires, en Belgique, ont utilisé leur droit de véto dans leur commune (mairie).

En Belgique, le déploiement dès le 1/4/2020 de la 5G fut autorisé par le pouvoir fédéral. Malgré des articles rédigés par des organismes de défense des consommateurs pour affirmer la non-dangerosité de la 5G, le peuple semble en effet prendre bonne note de l’avis de certains chercheurs qui ont fait un lien entre les grandes épidémies infectieuses ou d’autres maladies (Cancer, Diabète, Cardio-vasculaire) et le déploiement de nouvelles ondes par les humains.

Selon le Dr Cowan Thomas, la fréquence de Schuman de notre Terre qui aurait été de 7,6Hz pendant des millénaires n’aurait cessé d’augmenter depuis 1995, atteignant 56Hz au début de cette année. Cela nécessiterait une adaptation du corps.

Comme tout virus le COVID-19 a une faible vibration (5,5-14 ,5 Hz) et trouve ainsi un terrain propice chez les personnes malades, âgées, polyvaccinées et soumises à d’innombrables ondes qui présentent des vibrations basses. Dans les gammes supérieures à 14,5Hz il devient par contre inactif et au-delà de 25Hz, il meurt. Il rapporte également que tous les cent ans environ une grande épidémie d’adaptation survient au sein de l’humanité avec une sélection naturelle « effrayante ».

Et cela correspondrait à chaque fois à l’introduction par les humains de nouvelles ondes qui perturbent l’essence de la biologie, l’ADN, comme Arthur Firstberg l’a décrit dans son livre « L’arc-en-ciel invisible, l’histoire de l’électricité et de la vie » :

  • 1720 : Ceste - télégraphe
  • 1820 : Cholera -
  • 1920 : Crippe espagnole - 1ère expérience radio de l’armée américaine
  • 2020 : Coronavirus - 5G

Une personne saine de corps et d’esprit qui écoute ses émotions, évite ou gère ses conflits et cultive des sentiments élevés tels que la gratitude (>40hz), la générosité (95hz), l’unité (144hz), l’amour intellectuel (50hz) pour tous les êtres, inconditionnel (>250hz) vivra dans des vibrations élevées qui lui éviterait de recourir aux virus.

Il est évident que la 5G va nous plonger dans un confinement électro-magnétique sans issue a priori. Elle émet à 60 GigaHz ce qui affecte la synthèse de la mélanine et la vitamine D dont la carence est déjà fréquente dans la population. Elle affecte également l’ADN, la molécule d’oxygène et son absorption pulmonaire, l’hémoglobine qui la transporte mettant ainsi à mal chaque organe et le cerveau(cancers). Déjà 434 médecins spécialistes et généralistes ainsi que 900 professionnels de la santé sonnent l’alerte face à son déploiement massif, irresponsable et inconsidéré, en plus de toutes les autres technologies sans fil. Ils demandent au gouvernement d’appliquer le principe de précaution et d’inciter à mieux évaluer l’impact sur le Vivant et particulièrement les plus vulnérables (femmes enceintes, enfants, personnes âgées et malades).

L’impact transgénérationnel, la psychogenealogie

Un grand stress comme celui que nous connaissons peut réveiller les mémoires traumatiques trans-générationnelles dont le deuil n’a pas été fait. Les premières mémoires réveillées seront bien évidemment en lien avec une perte de liberté d’expression et de circulation par une autorité familiale, professionnelle (ordres), religieuse (inquisitions) étatique, mafieuse ou multinationale. Il va de soi que les mémoires de violences, de vols, de viols, d’inceste, de pédophilie, de séparations, de détentions (carcérale, psychiatrique, en camps de concentration ou de travail forcé), de tortures vont également remonter à la surface. Chacun sera touché sur le plan collectif et ancestral.

Les mémoires de pertes, de manques et de décès vécues lors des 2 guerres mondiales, des innombrables dictatures, des attentats, des autres épidémies, des krachs boursiers, des disputes conjugales et des maltraitances infantiles se réveilleront chez chaque personne qui aura ainsi l’opportunité de les traiter en conscience pour évoluer. Ces remontées généalogiques ne peuvent qu’exacerber la situation actuelle de stress et mettre dans un état de tension insupportable tant qu’elles ne seront pas conscientisées et traitées.

C’est donc le moment par excellence pour œuvrer sur et avec notre arbre généalogique ensemble si possible ou seul de notre côté pour prendre soin de nous-même et traiter nos mémoires cellulaires qui augmentent notre état de tension interne. Nous pourrons, ce faisant, augmenter notre état vibratoire ainsi que celui du monde et contribuer au changement avec le COVID-19.

Les mémoires d’abandons, de maltraitances en tous genres, de trahisons, d’escroqueries, de déloyautés et même de morts prématurées peuvent être de précieux maîtres si nous découvrons que nos ancêtres les ont vécues en vue d’un bien plus grand. Tout comme elles peuvent être de précieux maîtres si elles nous ouvrent les yeux sur nos culpabilités jusque-là inconscientes et nous incitent plus encore à user d’un libre arbitre conscient de réparation ou d’évolution des actes et comportements totalitaires dont certains de nos arbres généalogiques sont porteurs et qui nous poussent ainsi à penser que cette maltraitance pour la productivité est justifiée.

Notre libération peut se faire de l’intérieur à l’image de celle de Nelson Mandela qui a su se remettre en question et trouver le but, le sens et la sagesse de ce qui lui arrivait et offrir ensuite sa sagesse au collectif.

L’impact de la périnatalité et de l’épigénétique

En période de crise chacun ne pourra pas non plus faire fi de sa programmation périnatale et sera obligé de la comprendre pour ne plus la subir et pouvoir l’utiliser au mieux. Dans le cas contraire, une tension corporelle intense pourra s’ajouter à l’éveil de son histoire ancestrale et rendre plus compliqué encore la gestion des évènements auxquels il doit faire face pour tenir la barre de ses émotions pendant le confinement et surtout son après.

Les ressentis des parents et même des grands-parents pendant la période périnatale vont épigénétiquement déterminer la manière dont l’enfant va inconsciemment réagir dans sa vie lors de crises. Plus tard, il transfèrera immanquablement les ressentis qu’il avait éprouvés face à ses parents et ses grands-parents sur d’autres personnes lors de moment de crises.

Nous retrouvons ainsi en période de crise des adultes qui expriment des comportements passionnés et disent inconsciemment par ce biais combien ils ont souffert du fait que leurs parents ne les désiraient pas et ce quelle que soit la raison. Que ce soit à cause du deuil non fait avec un grand amour impossible, un mariage arrangé ou obligé, ou de par le fait que le moment de venir n’était pas le meilleur choisi ou pas dans ce sexe-là, … Regrettant même ainsi parfois de ne pas avoir pu les avorter.

Ces non désirés n’auront pas peur de jouer leur rôle et d’exprimer à travers leurs actes leur programmation périnatale, c’est-à-dire de déranger, de bousculer, de rappeler leur présence et leur droit à la vie. Ceux-là seront tous les futurs empêcheurs de tourner en rond, les dissidents, les rebelles, les révolutionnaires. Ceux qui seront perçus comme indésirables et que les régimes tenteront peut-être de faire taire ou d’éliminer. Ce sont en réalité les innovateurs qui apporteront les solutions nouvelles à la crise. Cependant, s’ils ne maitrisent pas encore leur programme périnatal, celui-ci risque de les pousser à subir des actes de répressions différents selon le régime du pays où ils se trouvent. Toute souffrance nous pousse à développer des capacités et des dons mais comme nous les proposons le plus souvent de manière passionnelle vu que nos blessures ne sont pas guéries, l’expression de nos dons est maladroite, mal accueillie, voir rejetée et nous avec eux. Tant d’innovations géniales et salutaires sont ainsi avortées quotidiennement car elles contrarient notre famille, nos voisins, notre entourage, les intérêts financiers des lobbies ou carriéristes des dirigeants.

En raison de traumatismes transgénérationnels et périnataux, le rapport à l’autorité parentale est souvent malsain. Il provoque bien souvent une béance et une recherche de sécurité chez bon nombre.

Beaucoup de mères deviennent des mères veilleuses nourricières protectrices et beaucoup de pères deviennent des pères sévères défenseurs ou le contraire que l’enfant devenu adulte immature recherchera inconsciemment dans ses patrons, ses médecins, ses soignants et ses dirigeants politiques.

Certains ont ainsi tendance à se mettre plutôt en état de soumission ou de révolte vis-à-vis de toute entité qui représente l’autorité (docteur, avocat, policier, huissier, contrôleur, ...) qui plus est si cette autorité est mal placée et injuste. Pour chacun, toute autorité éveille encore le vécu ressenti auprès de ses parents lorsqu’il était enfant. Elle se répète pour qu’il puisse indirectement la comprendre et la guérir. Que ce soit à travers des actes de soumissions ou de révoltes, ces comportements signent un état d’impuissance intérieure toujours présent, un enfermement dans un trauma infantile non éclairé. Les gestes de l’adulte révolté ne sont ainsi que la métaphore de l’enfant qui se débat en vain intérieurement contre ses parents tout puissants et qui ont toujours eu gain de cause en raison de leur âge. Ou que ce soit à travers une capitulation immédiate, s’avouant vaincu d’avance.

L’annonce d’une sanction possible, d’un diagnostic alarmant voire mortel, etc… secoue sa stabilité intérieure et lui fait perdre son pouvoir. Un état de fait qui perdurera jusqu’à ce qu’il guérisse sa souffrance passée et s’approprie sa propre autorité et sécurité intérieure.

L’industrie agro-alimentaire saura en jouer et se faire passer pour « une bonne mère nourricière » offrant la douceur sucrée et la graisse protectrice polysaturée de merde toujours attendue. Quant à l’industrie pharmaceutique, elle se fera tout autant passer pour « la bonne mère protectrice » affirmant pouvoir offrir une sécurité garantie grâce à ses vaccins et ses médicaments face à toutes les maladies. Et les « bons » médecins, en « bonne mère nourricière », les prescriront, comme le lait en poudre, à outrance et seront même poussés par leurs patients avides de combler ce vide à agir plus exagérément encore parfois.

Toute personne non guérie succombera à la pseudo-sécurité que ces pouvoirs et industries confondus font miroiter.

Chaque régime agira ainsi à sa façon en vertu du principe de précaution et sous prétexte de défendre ses petits sujets nationaux qui se comportent comme des enfants sages obéissants à récompenser ou des ados rebelles à mater.

Certains trouveront ainsi normal, voire sécurisant, que des dirigeants dictatoriaux et inquisiteurs agissent de façon yang .Qu’ils multiplient les surveillances drastiques, les défenses militaires, policières et immunitaires et recourent à des répressions sévères sanglantes (excommunications, emprisonnements, tortures, viols, avortements, camps de concentrations, de travail ou de rééducation politique, exécutions, euthanasies, stérilisations et prélèvements d’organes sans consentement, ...) voire même des épurations ethniques (juifs , amérindiens, arméniens, kurdes, palestiniens, tibétains, ouïgours, rohingyas, cambodgiens, tutsis,...).

Les régimes dit démocratiques agissent quant à eux de façon yin c’est-à-dire que leur approche est plus perverse, insidieuse, cultivant à souhait le triangle infernal victime-bourreau-sauveur, usant de comportements hautement manipulatoires et aliénants.

Le virus chercherait-il dès lors à nous montrer que quelque chose ne tournerait plus rond en Chine et dans chaque pays du monde ? Et ne serait-ce pas grâce à lui, aujourd’hui, que nous en prenons encore plus conscience ?

Le Monde entier inerte, soi-disant infecté et en danger, s'immobilise et s’arrête de tourner rond sauf la Suède et Taiwan, au modèle politico économico-social différent, qui n’ont pas confiné.

Quant à Donald Trump au lire de l’analyse des études et des chiffres, la Belgique serait le pays qui compterait le plus de morts par habitant. Il est évident qu’il parle en observant des tableaux sur du papier, ce qui ne reflète en rien la réalité du terrain. Cette situation nous montre une fois encore comment l’éternelle incapacité de nos dirigeants à traiter une situation de crise est liée à leur incapacité et la nôtre à gérer nos failles intérieures. Depuis un bureau, aucune gestion véritable et efficace de la crise n’est possible. Quant aux tableaux de statistiques, on peut leur faire dire ce qu’on désire ou pas.

2) Les croyances : David (virus) et goliath (mondialisation aux pieds d'argile)

Quand quelqu'un pointe un problème du doigt, le sot regarde le doigt et croit que c'est le problème, mais le sage regarde le vrai problème pointé du doigt. Le Coronavirus, le marché de Wuhan, la chauve-souris, le pangolin, le Dr Li Wenliang et même les dirigeants critiquables, ne sont en effet pas le problème.

Le régime de Pékin a bercé la plus grande et plus peuplée des nations du monde de la douce illusion d'être invulnérable et d'avoir une croissance économique sans limite.

Ils croyaient que le pouvoir matériel émanant de l’argent pouvait tout. Leur illusion de toute puissance leur a fait tourner la tête, ils tombent de haut. Ce petit virus les replace dans la réalité : la santé et le bonheur ne s’achètent pas, ni ne se commandent.

Nombreux croient encore que les régimes forts (Chine, USA, URSS, UE, Brésil, ...) qui entretiennent une culture du mensonge et de la surveillance sont mieux à même de faire face à des défis majeurs par rapport aux dites « vraies » démocraties, en apparence « bavardes et hésitantes » car cherchant le consensus du peuple. Chacune de ses 2 approches, aussi manipulatrice l’une que l’autre, est juste et conduit au même résultat, c’est-à-dire à l’imposition de règles. Or, la fonction première des lois et règles est de ramener à l’amour.

Les dirigeants autoritaires cachent leurs erreurs pour préserver leurs privilèges et profits, et ne donnent pas la parole au peuple dont ils n’ont que faire.

Quant aux « vraies » démocraties elles donnent l’illusion au peuple d’avoir du pouvoir en les laissant mettre en évidence les erreurs commises par les représentants, en poussant même ceux-ci à leur rendre des comptes, à prendre leurs responsabilités en démissionnant, ce qu’ils finissent même parfois par faire avec des parachutes dorés ficelés par des avocats ses jouant des failles des lois, ce qui donne envie de vomir. Ils arrivent même parfois à se justifier ou s’excuser publiquement, sans changer leurs plans politiques pour autant. La liberté d’expression du peuple est devenue trop souvent une illusion, voire même une technique de manipulation, une possibilité de gagner du temps ou de faire diversion à travers de faux débats, afin de faire passer des lois qui risqueraient de soulever une opposition.

Donald Trump, un autre dirigeant autoritariste affiché, s’est érigé en spécialiste de l’infectiologie et a tout d’abord annoncé démagogiquement sur Twitter que l'épidémie s'arrêterait avec la chaleur du printemps, faisant même taire les Démocrates ! Aujourd’hui il incite le peuple à se déconfiner, à défendre sa liberté et à s’autoriser des droits. En pleine conférence de presse, il propose aux médecins de passer les malades aux rayons ultraviolets, de leur injecter du gel désinfectant dans les poumons …Conneries pour ceux qui le suivront à la lettre ou jeu de billard pour casser ses détracteurs quand il révèlera la composition démentielle (désinfectants, UV, chimios, adjuvants en doses toxiques, …) du vaccin qu’on voudra nous administrer.

Quant à Xi Jinping, après des semaines d'absence, il s'est rendu dans la région de Wuhan en pleine épidémie harnaché d’un masque et de gants stériles, pour clamer haut et clair que la Chine vaincrait le microscopique Coronavirus.

Ces deux chefs de puissantes nations rivales (anagramme de viral) semblent ainsi sous-estimer la puissance de changement de ce petit David viral qui nous ouvre les yeux sur le degré de leur folie.

Ce petit David viral a en effet fait descendre de leur piédestal, ces deux chefs de puissantes nations en leur montrant ce qu’est la puissance, l’abondance et une réelle puissance de changement.

A ce jour, nous sommes tous confinés mais sont-ils conscients de tout ce sur quoi bon nombre d’entre nous ont ouvert les yeux et toutes les conséquences désastreuses de ce confinement ?

L'annulation des fêtes du Nouvel An chinois n’a d’ailleurs rien arrangé à l’état de santé psychique de sa population. Celle-ci a été empêchée de faire les dépenses démesurées habituelles comme il est de coutume de le faire pour attirer la prospérité sur l'année nouvelle. Dans un tel cas de figure, cette nouvelle année ne peut, à leurs yeux, que s'avérer funeste. Quand on est désespéré qu’un rituel de cette importance n’a pas lieu, quel peut en être l’impact ?

Mais que ce passe-t-il quand même les distractions ne sont pas laissées au peuple ? Que certains évènements qui les aident à subir et à se mettre du baume au cœur un instant pour oublier et espérer le meilleur est aussi anéanti ?

Ce sera le cas dans chaque pays lorsqu’une fête sacrée ou païenne et porteuse d’espoir (Nouvel an, Carnaval, Pâques, ...) sera annulée. Par exemple à Mons en Belgique, pour certains Montois dans l’âme, si la fête du « Doudou » est annulée et que le dragon n’est pas terrassé par Saint Georges et que le char d’or ne monte pas la rampe, ce sera signe d’une malédiction à venir.

Alors que les chinois étaient assignés à résidence dans le pays, la psychose s’est installée doucement dans d’autres pays du monde, créant des comportements déplacés : magasins et restaurants chinois hors Chine désertés, changement de trottoir à la vue d’asiatiques, … Prémices de notre propre contamination et confinement inimaginables.

La psychose est à présent à son comble depuis que le Coronavirus a fait son apparition en Italie, en Espagne, dans le reste de l’Europe et du monde. Les regards déplacés sont nés entre européens, entre les gens d’une même nation, entre voisins, voire même d’une même maison, d’un même immeuble ou d’une même co-location. Et d’autres par contre se sont rencontrés, se sont rassemblés, se sont unis dans la force et ont coopéré. Ils ont servi et éveillé leur leadership intérieur.

Au vu des prises de décisions politiques, certains se font à nouveau attraper, comme lors de « la grippe H1N1 », et croient en une pandémie apocalyptique. Ils ne croient pas en une manipulation politique mondiale, comme personne ne pouvait imaginer que les ingénieurs orgueilleux avaient commis des estimations techniques erronées et que le « Titanic » insubmersible coulerait.

On peut aisément imaginer l’état de peur de ceux qui étaient déjà alarmés alors que le virus n’était qu’en Extrême Orient, à le voir être à présent dans chaque pays les entourant, voire même dans leur immeuble.

Tout cela ne se passe plus uniquement en Extrême Orient, mais « Cela se passe près de chez vous », voire chez vous ! Et d’un coup, l’empathie se développe chez ceux qui ne sombrent pas dans la paranoïa.

Tous ces dirigeants du confinement, aux comportements dictatoriaux affichés ou démocratiques pernicieux semblent avoir oublié que l’immunité est le cadeau patrimoine de nos ancêtres, et qu’il ne s’achète pas, qu’il se vit. Nous savons en effet que 8% de notre ADN résulte de l'incorporation de virus au cours de l'évolution de la vie. Les imminents spécialistes qui les conseillent semblent l’avoir eux aussi oublié.

La croyance pasteurienne selon laquelle seul le virus serait la cause unique de la maladie et de la mort est alléchante, voire sécurisante pour bon nombre, mais malheureusement fausse ! (Cf. Claude Bernard, Antoine Béchamp, ...)

Il est plus que sidérant alors que le monde scientifique s'accorde aujourd'hui sur le fait que les maladies sont multifactorielles (qualités vitales, naturelles et humaines de l'environnement, terrain, polymorphisme génétique, carences alimentaires, manque de repos, germes pathogènes et dysbiose, stress, peurs, conflits, angoisses, croyances, identifications, absence de projet de vie et de sens dans la vie et surtout de sagesse existentielle...), que certains puissent encore croire et affirmer qu’un vaccin va pouvoir tout solutionner !

L'OMS, après avoir salué dans un premier temp « les énormes progrès de la Chine » lors de la baisse temporaire apparente du nombre de cas, a recommandé de réviser les chiffres (méthode de comptage) de l’épidémie. Les gouvernements créent d’une part la panique et d’autre part cherchent à rassurer par des mesures prises pour éviter que des personnes contagieuses propagent le virus dans tous les pays du monde. Certains, au début janvier, se croyaient loin de ce marasme chinois dictatorial, pensant qu’il n’arriverait pas chez nous et qu’il n'était pas nécessaire d'en faire tout un foin. D’autres moins crédules ou plus paranos se sont immédiatement méfiés du manque de transparence de la Chine au vu de ses précédents et de leurs dirigeants en proie au lobbying pharmaceutique.

Mais voilà, qu’en Europe, en Allemagne entre autres, des médecins, des avocats et des journalistes qui révèlent le non-respect des lois quant aux confinements obligatoires se voient eux aussi être inquiétés ou incarcérés et que des allemands descendent pacifiquement dans les rues pour manifester. Qu’en Espagne, des sanctions d’emprisonnement existent à présent lorsque des critiques du pouvoir sont émises sur Facebook. Il en va de même en Belgique, 5000€ d’amende et de la prison pour les lanceurs d’alerte, voilà le prochain projet de loi de Didier Renders.

3) les ressentis conflictuels

Chaque être humain possède une amygdale cérébelleuse, véritable lanceuse d’alerte, qui est programmée au cours de l'évolution pour nous avertir des menaces immédiates. Elle nous alerte par le biais des émotions de base (peur, colère, dégout, tristesse, joie) et de différentes aires cérébrales qui vont déclencher le stress. Nous sommes, grâce à l’amygdale, prévenus que ce qui jaillit dans notre présent, pourrait nous plaire ou nous nuire, en fonction d’une base de données collective, ancestrale et personnelle préprogrammés que chacun de nous détient. Au vu de l’état émotionnel et de stress que présente chacun dans cette crise, nous sommes nombreux à être alertés par notre amygdale que quelque chose est en train de nous nuire sur différents plans. Ne pas apprendre à traduire les messages que notre amygdale nous envoie peut nous placer dans un état de sur stress extrêmement nocif pour notre santé car tant que son message ne sera pas écouté, elle continuera à travers les hormones du stress à nous alerter et nous éveiller.

Judith propose sur notre chaine Vimeo des vidéos pour en expliquer le fonctionnement et l’utilisation optimale des connaissances en neuroscience pour traverser une crise (voir site www.evidences.be).

Mobiliser les esprits sur des problèmes secondaires de sécurité ou d'épidémie permet de ne pas voir et traiter le problème de fond à savoir l'échec des politiques de santé et de bien-être des Nations. A savoir aussi qu’on nous occupe par de faux débats anxiogènes pour créer une diversion. Cependant cette tactique, ayant déjà été utilisée par les politiques et nous ayant déjà nuit, est déjà imprimée dans notre amygdale qui ne manque pas de ce fait de nous alerter que quelque chose ne tourne pas rond et que nous avons des raisons de nous inquiéter sur le désastre post confinement.

Le peuple chinois, le plus concerné par la dictature du trac(k)ing, se sent surveillé, bâillonné, muselé, terrorisé, leurré et trahi par ses gouvernants, car chez eux la censure tue depuis longtemps déjà et les masques bâillonnent.

Le Dr Li Wenliang, martyr du Coronavirus, fut arrêté pour « troubles de l'ordre public » et mis au pas comme les militaires savent très bien le faire pour favoriser sa contamination et sa mort le 7/2/2020 ; citons aussi les centaines de blogueurs disparus comme Chen Qiushi, qui enquêtait et postait des vidéos alarmantes via le net sur le Coronavirus dans tous les lieux chauds (hôpitaux, supermarchés, funérariums, familles de victimes, taxis, volontaires, ...) et qui a mystérieusement disparu le 6/2/2020. Il a probablement été assassiné comme plein d’autres. Les autorités affirment qu'il a été « placé en quarantaine » sans moyen de communication car il avait passé trop de temps dans les hôpitaux de Wuhan. Pourquoi l’ont-t-ils privé aussi de moyens de communication ?

21 millions d’abonnements mobiles ont été confisqués afin que les témoins ne puissent plus communiquer ni envoyer des photos des horreurs cachées par le pouvoir. Au vu de ce qui se passe dans le monde et des rares témoignages ayant fuité de Chine le nombre de décès devrait peut-être se compter en centaines de milliers comme aux USA.

L’enjeu mondial de cette pandémie est de ne plus pouvoir broncher, respirer, bouger, circuler, contacter socialement corporellement, de peur de déclencher la maladie et de mourir ou faire mourir nos bien-aimés.

La fureur du dragon populaire confiné gronde et son feu (fièvre) enflamme les intestins, les vaisseaux et les poumons.

Qu’y a-t-il comme ressenti plus difficile à vivre pour le corps, le cœur et l’esprit que de vivre en continu l’obligation de se soumettre, de ne plus avoir de contacts, de se sentir impuissant et de ne plus entrevoir d’avenir bienveillant ni pour soi, ni pour sa progéniture ou ses aïeux décimés ?

Nous vous livrons ici la liste des ressentis savamment recueillis par les derniers homéopathes encore vivants. Cette science, comme vous le savez, tellement jugulée alors qu’elle est la seule à avoir fait ses preuves dans les épidémies du passé, se meurt, sous sa forme actuelle en tout cas. A travers leur pratique, les homéopathes ont cherché les remèdes qui correspondent aux vécus et ressentis des patients et les aident à les dépasser en trouvant le but, le sens personnel, généalogique, collectif et la sagesse à en tirer. Seule une mise à jour de notre base de données amygdaliennes et de notre mental peut nous aider à innover pour mettre un terme ensemble à ces horreurs. Des remèdes homéopathiques peuvent nous aider à balayer devant nos portes, à prendre soin des ressentis qui remontent d’outre-tombe grâce à notre inconscient et à évoluer.

Différentes peurs à traiter

  • panique injustifiée créée ou amplifiée par les médias et génératrice de symptômes réels,
  • d’être proche(distanciation sociale)
  • d’être touché, embrassé pénétré,
  • d’être souillé, contaminé, infecté, envahi, parasité, vampirisé,
  • d’être tracé numériquement, dénoncé, interpelé, censuré, intimidé, verbalisé, maltraité, arrêté, torturé, incarcéré, confiné,
  • de sortir (agoraphobie),
  • d’être concentré, rassemblé
  • du vide (vacance)
  • du silence
  • d’étouffer, d’être étouffé, que la vérité soit étouffée
  • des disputes violentes,
  • de mourir, d’être brulé(inquisition),
  • de devenir fou, d’être catalogué de fou , de terroriste ou de conspirationniste
  • de devoir être vacciné et d’en être cobaye,
  • de l’autorité perverse,

Il existe un indice répertorié de la peur lors des périodes d’incertitude mondiale à l’usage du monde financier.

Différents désirs (im)-possibles

  • de rentrer, rester à la maison
  • de liberté, de sortir, de parole, de manifester
  • de bouger, de promener, de courir, de rouler, de nager, de circuler
  • de révolte, de tout casser, de tout faire sauter (terrorisme, gilets jaunes, manifestants de Hong Kong, ...)
  • de créativité (comme en témoignent de très nombreuses manifestations artistiques spontanées)
  • de glucides (sodas, pâtes, riz, farines, féculents, alcools,…),
  • de voyage,
  • de transgresser les interdits,
  • de transformation, de changement,
  • de joie ,
  • d’humour,

Différents sentiments

  • de tristesse
  • de colère,
  • de désespoir
  • d’impuissance
  • de frustration
  • d’abandon
  • de trahison
  • de maltraitance
  • d’escroquerie

Différentes sensations

  • que le ciel m’est tombé sur la tête,
  • de porter le monde sur ses épaules,
  • de tête dans les nuages,,
  • d’être surveillé
  • de ralentissement,
  • de froid dans le corps même couvert,
  • de ne plus être capable de penser,
  • de ne plus être capable de se concentrer,
  • de perdition, de pertes de repères, de désorientation,
  • de fin du monde,
  • de délire mystique,
  • de paranoïa,
  • d’impossibilité de s’en sortir,
  • d’engloutissement,
  • de sensation de disparaître, d’implosion, d’éclatement ,
  • d’être sacrifié (personnel soignant, caissières, éboueurs, …).

4) les incapacités et les capacités

« Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne pas savoir (incapacité) demeurer (rester à la maison ou à demeure) ».

Le mode de vie inhumain en Chine et dans de nombreux pays du monde ne prédispose pas à une respiration vitale ample, profonde et fluide, signe d'harmonie. Il devient impossible pour un nombre sans cesse croissant d’humains de s’adapter et de répondre aux codes de conduites infectes qui leur sont imposés surtout en milieu urbain (mégapoles).

Les médecins et les soignants malgré toute leur bonne volonté et leurs sacrifices, sont incapables de soigner efficacement bon nombre de malades sévères y compris dans leur rang. Afin de répondre aux ordres, ils doivent donc développer la capacité de condamner et sacrifier ceux qui dérangent ou coûtent trop cher (dissidents, vieillards, malades, handicapés, ...), ce qui n’est pas sans rappeler de funestes pratiques du passé. Certains n’ont déjà pas supporté cette charge et se sont suicidés.

Les médecins et les experts sont incapables de se mettre d’accord sur une technique de soin et de médicaments.

L'industrie pharmaceutique est incapable d'offrir rapidement des antiviraux, des anticorps monoclonaux, des vaccins ou des médicaments efficaces et même les antipyrétiques ou des curares pour mettre sous respirateurs. Chacun de ces produits réalisés en Chine pourraient être prochainement en rupture de stock. Le monde fonctionne de plus en plus en flux continu. L’Europe n’a que 4 mois de stock des médicaments essentiels (hormones, « anticancéreux », antipyrétiques, ...), qui sont produits principalement en Chine et en Inde à main d’œuvre à bas coût pour continuer à permettre aux actionnaires de se réjouir des bénéfices croissants.

L'industrie chinoise à l'arrêt, a été incapable pendant des mois de fournir au monde des masques, des vêtements de protection, du matériel hospitalier, des kits de diagnostic en nombre suffisant. Certaines usines de production de médicaments obligent leurs ouvriers à faire des heures supplémentaires pour éviter une rupture de stock. La course à l’enrichissement semble avoir repris comme si de rien n’était. Les voilà devenus de meilleurs esclaves encore, ils bossent par empathie « obligée » pour nous. Quand nous lèverons-nous pour eux ?

Qu’adviendra-t-il des salariés aux salaires d’esclave traité comme des héros actuellement en Europe et soumis aux mêmes pressions et risques ? Que deviendront les promesses de l’Etat face aux comportements responsables des infirmiers, des éboueurs, des caissières, seront-ils capables de tenir leurs promesses ou seulement de surfer uniquement sur la vague pour mieux les sucer après ? Et nous oserons-nous les épauler ensuite, les soutenir ou resterons nous tapis, sidérés, marmonnant que c’est honteux ? Ruminant au mieux cette injustice, sans cesse prévenus par notre amygdale, qui ne cessera de nous dire que l’état est capable de nous traiter aussi de la sorte, que nous sommes les prochains sur la liste et que la non action de nos congénères nous pend aussi au nez.

En Italie, les diminutions de salaire de certaines personnes en télétravail sont déjà d’application pour rembourser la dette vis à vis de l’Europe.

Heureusement les citoyens et des PME ont été capables de vibrer haut. Ils ont fait preuve d’unité, de fraternité, de solidarité et d’une neuro-plasticité lumineuse pour élaborer des plans « B » ingénieux et pallier à la mauvaise gestion étatique et aux déficits provoqués par la paralysie du fournisseur n°1.

Enfin, on a pu observer des capacités individuelles variables de propagation du virus (super propagateurs ou non propagateurs) et d’autoprotection ou pas. 

Les virus ont une capacité exceptionnelle de mutation et de reproduction massive. Mais ce n’est pas à lui qu’il faut en vouloir. Que du contraire, il nous signale combien nous avons été incapables de prendre soin de nous sur le plan alimentaire, sur ce que nous avons avalé sur le plan physique mais également sur le plan émotionnel, psychique et spirituel.

La protéine ACE (angiotensin converting enzyme) est la porte d’entrée (serrure) du virus (la clé) dans les cellules. Plus son expression est élevée comme chez les personnes âgées, atteintes d’inflammations chroniques, de troubles cardiaques, de diabète ou d’obésité et plus le risque de mortalité est élevé et la contagion faible. Moins son expression est élevée et moins la mortalité est élevée mais plus sa contagion est grande. Cependant, elle présente aussi un polymorphisme selon l’âge (différente chez les enfants) et selon les différences génétiques des populations. La forme de la protéine ACE et donc la sensibilité au virus est moindre dans les pays scandinaves et de l’Est que dans les pays occidentaux.

L’hydroxychloroquine bloque l’ACE, et réduit ainsi l’infection, mais augmente aussi les risques d’arrêt cardiaque et d’inflammation.

Si le COVID-19 arrive à bloquer presque toutes les protéines ACE qui protègent contre l’inflammation et les maladies cardio-vasculaires, alors on aura les symptômes sanguins, vasculaires et pulmonaires mortels connus en réanimations.

Une étude chinoise, qui reste à confirmer, suggère que les patients du groupe sanguin A seraient plus contaminables et auraient un taux de mortalité supérieur de 20 % alors que ceux du groupe O seraient moins contaminables et auraient un taux de mortalité inférieur de 33 %.

Le peuple a peur de transgresser l'interdiction de circuler et de communiquer librement, rendant toute capacité de vivifier les relations (conjugale, familiale, amicale, économique, ...) impossible. Le confinement partiel ou total oblige les couples et les familles à faire face à huit-clos de façon brutale et de manière imprévisible à toutes les difficultés transgénérationnelles, périnatales, personnelles et actuelles non résolues. Alors que certains y arrivent comme par enchantement, d’autres voient leur vie devenir un véritable cauchemar.

Les différents gouvernements, même en mâchant leurs mots, sont incapables de sécuriser les populations qui ne sont plus capables de leur faire confiance. L’UE a montré son incapacité à venir en aide aux pays du Sud tout comme avec la crise migratoire. Si nous sommes rationnels, il y a de ce fait peu de chance qu’elle fasse mieux lors de la sortie de la crise. La capacité de l’humain à se bercer d’illusions ou à se lamenter sans poser d’action concrète commence à coûter cher à tous. Restons cependant ouverts au miracle, à la guérison spontanée de certains d’entre eux et à un changement d’attitude.

Et dans tout ce marasme planétaire, Taiwan, à180 km de la Chine et en liens économiques étroits avec elle, a été capable de tirer les leçons de l’épidémie de SRAS (2003). Elle a immédiatement mis en place un plan épidémie avec 124 mesures collectives claires et efficaces. Elle compte seulement 6 morts et ce sans confinement.

Il va de soi que son état de paix ne dépend pas uniquement de sa capacité de production de masques qui est cependant de 13 millions/ jour et du trac(k)ing qui y fait rage.

5) les comportements pathologiques

Il faut d’abord prendre conscience de tous nos comportements suicidaires et maladisants, tant au niveau personnel, ancestral, social que mondial, qui ont prédisposé une partie de l’humanité à une mort prématurée avec le COVID-19.

Parmi les 99% des patients qui décèdent se trouvent ceux ayant développé par leur mode de vie des déséquilibres physiques (malbouffe, sodas, alcools, tabac, drogues, médicaments, vaccins, sédentarité), émotionnels (absence de joie, excès de peur, de colère, de dégoût, de tristesse) et mentaux (croyances maladisantes pour eux-mêmes et les différents règnes du vivant), qui présentent des carences alimentaires souvent ignorées et des maladies latentes ou déjà présentes (diabète, obésité, cardio-vasculaires, respiratoires, digestives, iatrogènes,…). Ils avaient, avant de contracter le COVID-19, d’une à trois maladies.

La folie est d’avoir cru que la médecine et le pharmaceutique pourrait tout soigner, d’avoir perdu son bon sens de santé et de soin du corps en lui infligeant tous les excès. La folie c’est d’être devenu incapable d’avoir des comportements sains, c’est-à-dire qui signent une écoute émotionnelle unie à la pensée. Nos comportements de surhomme ou de sous homme signent notre incapacité croissante à unir nos différentes intelligences au niveau personnel d’abord et sociétal ensuite au service de la Vie.

Réaliser que nos comportements respiratoires sont les mêmes, que nous communiquons à travers le même air, éveillera peut-être la puissance de l'expression du souffle et du verbe dont la fraternité du vivant est capable.

La corona par cette perte de l’olfaction et du gustatif cherche peut-être à nous dire qu’il est grand temps d’apprendre à écouter nos sens et d’adapter nos comportements en fonction pour évoluer dans chaque domaine de notre vie et chaque crise qui les secouent.

Judith vous y aide grâce à sa vidéo de mise en pratique des connaissances neuro-scientifiques par le biais d’un de nos outils préférés : la pyramide de facilitation de guérison.

Les comportements physio-pathologiques du Covid-19 sont :

A travers les comportements du COVID-19, vous pourrez traduire le message unique qu’il offre à chacun quand il le contracte. Tout le monde ne présente pas les mêmes symptômes et leur mode d’apparition est variable. A travers les organes touchés et leurs différentes fonctions, une mise en lumière peut être faite sur ce qui touche plus précisément la personne au cœur de sa vie dans cette crise. Une maladie étant multifactorielle, on « n’attrape pas » un virus par hasard. Un terrain physique, psychique et spirituel s’y prête d’avantage que d’autres.

Décrypter les symptômes que présente le corps en comprenant la fonction des organes aide à mettre des mots sur l’effet que nous font les faits. Chacun vit les faits provoqués par la crise dans des tonalités différentes de la vie.

Grâce au langage du corps, il est ainsi possible de mettre des mots sur les maux. De saisir ce qui dans notre environnement nous rend malade ou nous tape sur le système rien que d’y penser. La maladie nous invite à trouver un sens à ce que nous vivons qui nous dérange, à développer des capacités nouvelles pour y remédier et ainsi à découvrir que ce qui nous arrive de dérangeant a un but, un sens et qu’il nous appartient d’en tirer de la sagesse. Il devient ainsi plus évident de comprendre comment agir et d’être acteur de sa guérison. Nous donnerons dans cet article uniquement la fonction du système pour donner une piste de réflexion. Sachez cependant que chaque organe présente une sous-tonalité supplémentaire ainsi que chaque maladie qui y est associée.

Ce virus vient quoi qu’il en soit, solliciter notre corps dans tous ses systèmes même si l’ordre d’implication varie d’un patient à l’autre. Son message d’évolution ne peut dans ce cas qu’être éminemment profond. Il nous invite en effet à regarder notre vie à travers de nombreux biais, à la passer à travers de nombreux tamis de compréhension, comme celui de Socrate : « En quoi le virus est-il utile, nécessaire et vrai ? ».

Défaillances Physiques systémiques et multiviscérales :

Système digestif

Fonction : di-gérer (gérer la dualité), avaler, comprendre, transformer, assimiler, évacuer

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaine de notre vie : qu’est-ce que tu n’arrives pas à di-gérer (gérer la dualité), avaler, comprendre, transformer, assimiler, évacuer

  • perte brutale du goût (dégoût),
  • goût amer en bouche,
  • absence d’appétit,
  • absence de soif,
  • n’arrive pas à boire, que des petites gorgées,
  • déshydratation,
  • nausées,
  • vomissements,
  • reflux gastro-œsophagien et bronchique ,
  • sténose fonctionnelle du pylore,
  • trouble hépatique,
  • se faire de la Bile (Gates)
  • maux de ventre,
  • gastro-entérite aiguë brève infectante,
  • dysbiose avec putréfaction

Système respiratoire (les poumons des enfants sont plus sains mais ceux de l’économie chinoise et italienne sont bloqués)

Fonction : respirer, inspirer l’air pur, diffuser, saturer, expirer l’air vicié, mourir à ce qui est vicié dans l’air.

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaine de notre vie : qu’est-ce que tu n’arrives pas à respirer, à inspirer (air pur), à diffuser, à expirer (air vicié), à mourir à. (ce qui est vicié dans l’air) dans les différents domaines de ta vie ? En quoi satures-tu ?

Plus la qualité de l'air est vivifiante sur le plan physique, énergétique, émotionnel, mental et spirituel, plus la respiration peut être ample, profonde et harmonieuse. Grâce à l’arrêt de toute activité industrielle et des déplacements, l’air mondial est redevenu respirable et a permis de réduire la mortalité

  • variation de la saturation en oxygène,
  • perte brutale d’olfaction sans rhinite qui signe souvent une carence en zinc,
  • sinusite avec douleur péri-orbitaire,
  • gorge qui chatouille ou gratte,
  • toux sèche puis grasse, quintes de toux sans expectorations,
  • dyspnée non liée à l’angoisse, essoufflement,
  • Syndrome Respiratoire Aigu Sévère dû à une pneumonie virale avec des images en verre dépoli (silicea) au scanner avant les symptômes cliniques ,
  • oppression de la poitrine, comme dans un poumon en métal avec incapacité d’expendre la cage thoracique,
  • respiration améliorée sur le ventre,
  • absence de symptômes malgré des lésions pulmonaires graves Système reproducteur

Système reproducteur

Fonction : se reproduire

On ne connaît pas encore l’impact du Covid sur la fertilité.

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : en quoi tu n’arrives pas à te reproduire dans les différents domaines de ta vie ? Ou à l’inverse qu’est ce qui ne cesse pas de se reproduire ?

Aménorrhée (je ne veux plus donner la vie à des enfants dans un monde pareil)

Système urinaire

Fonction : retenir ce qui est encore utilisable,
évacuer ce qui ne peut plus être transformé, utilisé,
marquer le territoire,
passer une annonce olfactive pour trouver un(e) partenaire sexuel(le),

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quel domaine tu ne retiens pas ce qui est encore utilisable ? dans quel domaine tu n’évacues pas ce qui ne peut plus être transformé ou utilisé ? Dans quels domaines de ta vie tu marques trop ou pas assez ton territoire ? Dans quels domaines de ta vie tu en fais trop ou pas assez pour te faire remarquer par un(e) partenaire sexuel(le).

  • Insuffisance rénale (certains patients sont placés en dialyse)

Système protecteur

Fonction : protéger le cerveau des attaques ou des ondes, de ce qu’on veut lui fourrer (dogmes, croyances, lavages de cerveau, propagandes, mensonges, fake news, publicités, ...)

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quel domaine de ta vie tu laisses ton cerveau être attaqué ? Dans quels domaines de ta vie tente-t-on de te fourrer dans le cerveau ou tentes-tu d’en fourrer le cerveau des autres ?

  • maux de tête par atteinte méningée,
  • ganglions,

Système sanguin

Fonction : capter et transporter l’oxygène (globules rouges) et évacuer le dioxyde de carbone,
défendre (globules blancs),
adhérer (plaquettes).

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie tu n’arrives pas à capter et transporter l’oxygène, à évacuer ce dont tu n’as plus besoin dans ton sang, à défendre, à te défendre ou à défendre l’autre ? à adhérer ou à faire adhérer ?

  • lymphopénie,
  • hypoxie prolongée progressive par atteinte des globules rouges (cf. Malaria) et de l’hémoglobine (méthémoglobinémie) entravant la fixation et le transport de l’oxygène et que l’intubation avec ventilation à haute pression pourrait causer plus de dommages en forçant le parenchyme pulmonaire que d’améliorations,
  • Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée,
  • thromboembolie généralisée,
  • choc septique,
  • fièvre absente ou élevée (feu du dragon) ou hypothermie,

Système cardio-vasculaire

Fonction : circuler, mettre la pression juste pour mieux faire circuler le sang,

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie tu n’arrives pas à faire circuler ? A mettre la pression juste pour faire circuler ?

  • variabilité de la tension artérielle,
  • acrocyanose,
  • engelures,
  • arrêts cardiaques(faire ECG avant traitement a la chloroquine),
  • hémorragie,
  • céphalées pulsatiles, comme un étau qui se serre sur toute la tête ou que le front,
  • myocardite virale,

Système loco-moteur

Fonction : (se)déplacer, circuler, travailler, œuvrer, jouer, rencontrer

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie tu n’arrives pas à te déplacer, circuler, travailler, œuvrer, jouer, rencontrer ? ou a à faire circuler déplacer, travailler, œuvrer, jouer, rencontrer les autres ?

  • les rassemblements (religieux, lock out parties, transports en commun ) ,
  • les voyages (économiques, civils, militaires) ,
  • grande fatigue inhabituelle, hypersomnie (sieste, somnolence, léthargie, prostration, …),
  • frissons,
  • courbatures comme si on avait été battu,
  • douleurs articulaires,
  • douleurs/bas du dos comme avec hernie discale,

Système tégumentaire

Fonction : contacter (peau), marquer (ongles, cheveux)

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie tu n’arrives pas à contacter assez, à marquer assez ou tu contactes trop ou marque trop ? Dans quels domaines de ta vie on ta contacte trop ou pas assez ? On te marque trop ou pas assez ?

  • urticaire,
  • érythème palmo-plantaire,
  • picotements/visage et mains,

Système nerveux

Fonction : ressentir, imaginer, décider, ordonner, réagir, réfléchir, prévoir

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie tu ressens, décides, ordonnes, réagis, réfléchis, prévois trop ou pas assez ? qui te fait trop ou pas assez ressentir, décider, ordonner, réagir, prévoir ?

  • apathie et indifférence tranquille malgré un état grave (faux calme suite d’atteinte neurologique) face à la mort ,
  • courants électriques dans bras et jambes,
  • atteinte neurologique centrale avec dépression des centres respiratoires ou encéphalite via nerf olfactif,
  • convulsions,
  • amélioration suivie de rechute brutale,

Système endocrinien

Fonction : exciter d’autres glandes ou tissus.

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie t’excites -tu ?

  • hyperglycémie (1/3 des patients décédés diabétiques)
  • les œstrogènes semblent conférer une protection supplémentaire

Système immunitaire (s’emballe moins chez les enfants)

Fonction : immuniser, neutraliser, distinguer, refuser, aimer, unifier

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie tu unifies, neutralises, aimes trop ou pas assez ? Qui te neutralise, t’aime trop ou pas assez ?

Chez les patients non traités en homéopathie, il y a aggravation le 5ème jour
Les jours 7 et 8 sont cruciaux, il y a guérison ou plongeon.

  • orage ou tempête de cytokines pro-inflammatoires (trop ou trop longtemps typiques)

Si les dires du professeur Montagnier sont confirmés et que le COVID-19 contient des séquences communes au virus du SIDA, il pourrait induire une immense dépression immunitaire et donc une faible ou absence de réponse naturelle (anticorps) ou vaccinable.

Système endocannabinoïde

Fonction : coordonner, faire le joint (chef d’orchestre) entre tous les systèmes

Question que la fonction de ce système nous invite à se poser au sein des différents domaines de notre vie : dans quels domaines de ta vie tu coordonnes, fais le joint entre tous trop ou pas assez ?

La maladie est :

  • bénigne dans 80 %
  • grave dans 15 %
  • critique dans 5 %
  • mortelle dans 2 à 9% (0,1 %/grippe) avec des disparités selon les régions
  • asymptomatique chez des porteurs sains contagieux

Seul le test biologique (PCR) par prélèvement rhino-pharyngé permet de confirmer la présence du virus et donc la contagiosité de la personne.

En raison de la pénurie, malgré des efforts pour en augmenter le nombre journalier, les plus fragiles sont prioritaires c-à-d les malades présentant des difficultés respiratoires, une immunodépression y compris post-vaccinale ou chimiothérapique, des pathologies chroniques diabétiques, hépatiques, rénales, cardiovasculaires, les personnes âgées (>70ans), les professionnels de santé ,les donneurs (organes, cellules, tissus), les femmes enceintes, les opérés et tous les concentrés et confinés, les employés et ouvriers obligés d’effectuer des tâches essentielles, les handicapés, les prisonniers, les hospitalisés, les vieillards obligés d’être confinés dans des lieux irrespirables comme des animaux d’élevages concentrationnaires où ils sont privés d'air libre, de liberté d'expression et de liberté de mouvement. Les enfants de moins de 15 ans restent peu susceptibles de déclencher une forme sévère malgré le décès d’une enfant de 3 ans et d’une de 12 ans.

Le 6 mars, le centre de référence national signalait une pénurie des plusieurs composants des tests de contamination. En conséquence, seuls quelques échantillons « prioritaires » de patients à hauts risques ou gravement malades furent analysés, les autres furent conservés au frigo pour être utilisés si la personne devenait prioritaire. Mais les universités de Namur et de Liège ont trouvé des moyens de tester plus de personnes par jour comme en Chorée et en Allemagne (>200.000/j) qui ont les plus faibles mortalités parmi leurs contaminés isolés et qui sont ainsi traités le plus vite possible. Il n’y a pas de confinement en Allemagne, en Suède et à Taiwan.

Le test sérologique pour rechercher les anticorps spécifiques au COVID-19 et donc l’immunisation des personnes contaminées permettra, dans la phase de déconfinement partiel par secteurs et tranches d’âges, d’éviter et de limiter un éventuel « effet rebond » de l’épidémie.

Les nombres réels de contaminations, de décès et de guérisons restent très peu fiables vu le manque de tests, leur manque de fiabilité pour certains, les méthodes de comptage peu rigoureuses et peu transparentes des Etats.

Des nouveaux foyers sont apparus dans des Ehpad (MRS) et des prisons où des mutineries ont éclaté.

La Corée du Sud, 2ème foyer asiatique principal, notamment de par les 2000 membres de l’église Shiwcheoni de Jésus qui ont été contaminés lors d’offices, a réussi à contenir la mortalité (174) par des mesures sanitaires exemplaires.

Des décès collatéraux de cette crise sanitaire, c’est à dire toutes les autres urgences et suicides de personnes séquestrées à domicile sans revenu sont passés sous silence et comptabilisés COVID.

En chine, les familles doivent dénoncer leurs malades et la vente d'antipyrétiques a été interdite aux pharmacies pour obliger les personnes fébriles à se rendre à l'hôpital. Les hôpitaux, totalement débordés par les cas sévères, faute de lits, envoyaient les cas désespérés dans des mouroirs. Quant aux malades suspects en bonne condition, ils étaient concentrés, entassés et enfermés manu militari dans des lieux de fortunes favorisant les contaminations de près de la moitié d'entre eux. Les soignants exténués, comme les ouvriers travaillant à la chaine (Taylorisme), ne pouvaient ni boire, ni manger, ni même aller aux toilettes. Ils étaient obligés de porter des masques étouffants et des couches culottes pendant leurs gardes et de faire dans leurs langes pour ne pas perdre de temps ! A quand chez nous ?

Faute d'équipements le personnel ne changeait de matériel d'équipement que toutes les 4 à 8 heures, augmentant les risques de contaminations. Certains pétaient les plombs ou même se suicidaient mais ces statistiques-là sont dissimulées. Des centaines de médecins militaires ont été réquisitionnés. A quand chez nous ? L’armée a déjà dû suppléer dans les EHPADs le manque de personnel soignant.

En Chine, 41,3% des malades ont été contaminés à l'hôpital. 26% ont été placés aux soins intensifs. 47% ont nécessité une assistance respiratoire. 4,3% au lieu des 2 à 2,2% officiels décèdent. C’est la raison pour laquelle en Europe, les patients sont priés de ne surtout pas se rendre au cabinet de leur généraliste ou aux urgences mais d’appeler leur généraliste de chez eux pour être conseillés à domicile ou éventuellement orientés vers les services spéciaux. Devons-nous y voir une préparation aux télécabines médicales ? A la non-nécessité de consulter des médecins, et donc à la justification d’un numérus clausus ? A quoi réduit-on le rôle du médecin ?

Les malades de pays en voie de développement ne disposant pas de tests, les porteurs sains asymptomatiques non testés et les 50 à 70% de faux négatifs du test de diagnostic économique des porteurs contagieux, restent ou sont renvoyés dans leur famille à domicile qu’ils contaminent. Les soignants symptomatiques qui n'ont pas toujours droit au test sont contraints de reprendre le boulot 7 jours après l'arrêt de la fièvre, alors qu’ils sont encore contagieux, faute de personnel. Mais un nouveau mode de détection plus fiable a fait bondir le bilan des contaminés en Chine et inquiété du coup les bourses.

Des contrôles journaliers de la température des voyageurs sont effectués au retour de l’étranger, en ville et au travail.

Xi Jinping est parvenu à centraliser les pouvoirs comme jamais depuis Mao Zedong et à imposer à tous les fonctionnaires une fidélité sans faille grâce à une surveillance drastique et à des sanctions sévères par les commissions d'inspection de la discipline locales. Les initiatives privées sont interdites. L’aide sociale ne peut être acheminée que par les organismes affiliés à l'état-parti. Critiquer le régime ou même faire de l’humour sur le Net est sujet à de violentes répressions, amendes, censures et isolement par interdiction d’utiliser le Net et tous les services associés (banque, réservations, achats, ...). Nous sommes sur cette voie en Europe et dans le monde. La circulation est interdite et les rues sont bloquées par des postes de contrôle des laissez-passer et de la température. Des drones surveillent les sorties et des hauts parleurs hurlent dans les rues dans certains endroits :

« S’il vous plait, ne sortez-pas ! » ou « Rentrez chez vous »

Des spots publicitaires « tous ensemble Contre le COVID-19 » sur les abris de bus et dans les médias enjoignent à rester à la maison et à respecter les gestes barrières pour aplatir la courbe de la contamination et palier aux manques d’anticipation et aux restrictions budgétaires en matière de santé des autorités.

La Chine a aussi contaminé le monde avec son épidémie de port du masque chirurgical constituant un fléau écologique, de l’imposition de quarantaine et de confinement obligatoire depuis le 23 janvier à l'hôpital, à domicile, dans une cabine de bateau ou dans des lieux de concentration de fortune (gymnases, stades, centres d’expositions, hôtels, ...) pour éviter la contamination des ou par des autres, ne répondent pas à l'essence même du système respiratoire sain !

On étouffe derrière les masques ou confinés à l’intérieur avec les disputes conjugales et l’agitation des enfants privés d’air, de mouvement et de jeux avec leurs amis et leurs grands-parents. Dans les transports en commun réduits et au travail le port du masque accroit encore la psychose collective.

De tels comportements contribuent ainsi à aggraver le conflit d'être privé d'air libre et de libre circulation. L'atmosphère irrespirable de tels lieux, lourdement chargée émotionnellement d’angoisses de contamination et de mort est loin de contenir l'énergie vitale (prâna) nécessaire pour le bon fonctionnement du corps humain. Les symptômes de toux, de dyspnée et de détresse respiratoire ne pourront que plus encore se faire sentir si les voies respiratoires et les alvéoles pulmonaires ne peuvent pas s'ouvrir au passage d'un air vivifié et paisible. L’air est notre internet biologique par lequel nous échangeons des milliards d’informations sensibles et vitales y compris par le biais des virus.

Les statistiques du Japan Times ont mis en évidence la censure immédiate effrayante par une armée de censeurs des réseaux sociaux chinois (WECHAT & WEIBO) dès le début des « rumeurs ». Le businessman chinois Hu Li a vu son compte WeChat bloqué en Allemagne pour avoir qualifié « d'échec » la gestion de la crise par le gouvernement. Même l'hymne des pro-démocraties de Hong Kong « Do you hear the people song » a été retiré du Net. 351 internautes ayant posté des vidéos affreuses sur la détresse dans les hôpitaux ou des « rumeurs » sur le Net comme Fangbin ont été arrêtés puis ont disparu. Le monde qui a longtemps fermé les yeux sur les camps de concentration et la propagande nazie semble avoir oublié la leçon. A quand chez nous à nouveau ?

Seulement 40% des informations dans les médias chinois peuvent être consacrés au Coronavirus et le département de la propagande a envoyé 300 journalistes des médias d'état avec des directives les obligeant à raconter des « histoires émouvantes à propos du personnel soignant de première ligne » pour « réchauffer les cœurs » et distraire de la réalité affligeante. On nous fait peur et puis on nous met du baume au cœur en nous montrant de belles initiatives et de l’humour. Depuis début mars, avec la propagation similaire en Occident, les données sur l’évolution du Coronavirus en Chine se font rares. Nous avons aussi eu droit aux mêmes histoires émouvantes pour édulcorer le confinement. La propagande semble s’adapter en fonction de la personnalité du peuple. L’Union Européenne songe déjà à appliquer cette forme de censure et de nombreuses vidéos sont supprimées sur YouTube au prétexte de fake news ou de conspirationnisme.

Les lieux de cultes et de pèlerinages (mur des lamentations, St Sépulcre, Vatican, La Mecque, églises, synagogues, mosquées, temples, …) sont fermés. Le Pape François n’a pas donné ses bénédictions dominicales et Pascale devant une assemblée place St Pierre mais par un lien vidéo. L’Arabie Saoudite a fermé ses frontières pour les nombreux pèlerins qui viennent annuellement à La Mecque.

Cela a-t-il conforté les athées pour qui la religion n’était déjà que des foutaises ? Les croyants ont-ils pu se rallier plus encore à leur foi ou s’en détourner ? Allons-nous connaître plus encore de maladies spirituelles ou moins à l’avenir de par ces actes de leaders spirituels ?

Disney a fermé ses parcs en Asie, France et USA. Les écoles, hôtels, cafés, restaurants, salles de sports, théâtres, opéras, magasins non alimentaires, les déchèteries et les lieux publics sont fermés. Certains ont été terrorisés, sidérés et hypnotisés par les mesures prises brutalement et sont restés confinés comme des moutons dans l’attente d’aides financières, alimentaires ou autres qui n’arrivent pas pour tous. D’autres ont fait preuve d’imagination et de coopération pour traverser l’épreuve positivement.

Toute concentration non contrôlable est interdite !

Des mesures draconiennes sont prises pour empêcher la propagation des virus par la libre circulation et les rassemblements et pour empêcher la saturation des soins intensifs des hôpitaux.

Mais, comble d’incohérence, les français, eux ont pu aller voter pour les municipales et les espagnoles se sont rassemblées par millions pour la journée des femmes début mars. Certains pays interdisent même aux couples de se donner la main ou de s’embrasser dans l’espace public sous peine d’amende. Nous voilà à présent comme en Arabie Saoudite et à première vue selon certains journaux parlés jusqu’en 2021 !

Les chercheurs développent quant à eux de nouvelles recherches et font de nouvelles découvertes mais ils se rendent bien compte qu'ils peuvent bien peu de choses face au règne myco-bactério-viral et à sa capacité de propagation et de mutation vertigineuse qui nous le fait bien savoir ! Le contrôle de l’humain sur la nature est illusoire. Il le sera toujours et elle ne manquera pas de le lui rappeler.

Dans certaines régions où les urgences sont débordées, les malades des Ehpads (MRS) ne sont plus hospitalisés et euthanasiés sans accord du patient et des familles par injection de Rivotril ce qui risque de jeter un discrédit sur le système de santé dirigé par des guidelines internationales dictées plus par la santé financière que celle des êtres vivants.

Quant au confinement, réflexe ancestral primaire, certains l’estiment obligatoire et d’autres inutile voire néfaste sauf pour les personnes à risques, car il détruit le tissu social et économique ce qui est lourd de conséquence.

Les plus fragiles sur le plan physique, psychique, social et spirituel se retrouvent encore plus fragilisés. Ils se sentiront peut-être moins seuls car leur groupe ne va pas tarder à s’agrandir par ceux qui ne savaient pas ce qu’ils enduraient. Aujourd’hui nous sommes tous des soignants et des vieux, des gilets jaunes, des parapluies de Hong Kong ou des Gréta en colère qui doivent faire entendre leurs voix encore plus puissamment.

Folie donc de toujours plus enrichir la « nouvelle route de la soie », les GAFA et Les multinationales qui recyclent nos déchets pour en faire des produits de merdes à prix bas par des esclaves asiatiques et utilisent non données pour nous les revendre.

Mais aussi opportunité de se retrouver Soi ou chez Soi, en couple et en famille, avec nos producteurs, artisans, artistes et autres locaux.

Nos comportements à première vue semblent être sans cesse guider non pas uniquement par notre portefeuille mais aussi par notre non considération de l’autre, à l’image de nos politiques que nous critiquons tous tant.

A quand un comportement issu d’une réflexion de justice sociale et de travail équitablement honoré ?

6) L'identité : Coronavirus ou covid-19

Les chercheurs chinois ont réussi le séquençage de l'ARN du Coronavirus et l'ont communiqué à leurs homologues dans le monde entier. Mais nous avons affaire à un inconnu de la famille des Coronavirus appelé ainsi en raison de leur image en couronne (corona).

Il y a 3 souches de SARSCOV2 circulant actuellement dans le monde :

  • souche Mère A, prédominante aux USA et en Australie (l’origine serait-elle alors américaine ?)
  • souche Fille B, prédominante en Asie
  • souche Petite fille C, prédominante en Europe, Hong Kong et Corée du Sud

En kabbale, corona ou couronne est l’anagramme racine de connerie. Serait-il là pour nous faire prendre conscience de toutes les conneries que l’humanité fait sur terre ? Le conarovirus ou virus aux connards, va-t-il permettre à tous ceux qui ne respectent pas notre terre mère, les règnes du vivant et les défavorisés, de changer.

Quant à Covid(e), littéralement avec (co) le vid(e) de nos rues, commerces, lieux de travail, de spectacles et de récréations, de nos comptes en banque, il nous interpelle sur nos vies bourrées d’activités payantes à faire à toute vitesse. Serait-il là pour nous faire vider nos poumons et nos esprits pollués et nous aider à en remplir le vide avec un souffle nouveau vivifiant et inspirant ?

Pour nous inviter à réfléchir sur l’estime que nous nous portons et que nous portons aux autres ?

L’estime de soi est faite de l’image de soi, de l’amour de soi, de la connaissance de soi.

Quelle image avons-nous de nous même quand nous obéissons au doigt et à l’œil et restons chez nous sans rien faire, sans aider, sans coopérer à changer un monde irrespirable et invivable pour des milliard d’humains ? Quand nous réalisons toutes les injustices sociales et que nous restons les bras croisés ?

Quand nous laissons alourdir la dette à venir de nos enfants et petits-enfants ? Laissons installer la 5G, le trac(k)ing à puce sous la peau des africains et l’essai des vaccins sur eux ?

Nous aimons-nous ? Les aimons-nous ? Sommes-nous toujours des colons pilleurs et meurtriers ?

Qu’est-ce qui dans notre généalogie nous pousse à piller les stocks ou pas ? A faire du marché noir ou pas ?

Ou en sommes-nous en tant qu’être humain ? quelle est notre fonction personnelle et collective ? Est-ce à ces questions que le corona virus vient nous demander de répondre, aidé par les politiques qui en nous enfermant nous permettent d’y réfléchir, nous permettent de nous asseoir, de prendre de la distance et d’enfin y voir clair ?

Nous ne sommes pas des machines ou des esclaves car DU COEUR ON A, VIRUS.

La survie (anagramme de virus) nécessite un CœuR uNi (CoRoNa).

Les hommes représentent 82 % des cas et l’âge moyen des cas est de 63 ans

Nous sommes reliés par le souffle circulant dans le vide entre nous et notre attitude peut influencer à tout moment ce qui se passe ailleurs (effet papillon).

7) Le but

Le virus n’est ni liberticide ni meurtrier. Ce n’est pas le couteau qui tue mais le mauvais usage qu’on en fait. Et même si certains voudraient l’utiliser pour asservir l’humanité, il va servir à l’éveil de l’humanité. Ce confinement mondial unique dans notre histoire nous a offert un temps que certains ont pu mettre à profit pour s’informer via le net sur autre chose que ce que les médias dépendants de leurs financiers pouvaient bien nous dire. Nous n’avons jamais autant ouvert les yeux sur ce qui se passe dans le monde et dans les différents secteurs.

C’est un révélateur de tout ce qui est insupportable au sein de notre environnement et que nous laissons proliférer. Il nous révèle tout ce qui est infecte et qui nous tue à petit feu. Tout ce qu’on ne peut mettre en MOTS (Mal-à-dire) s’exprime par le langage corporel en MAUX, afin de nous inviter au changement et nous rapprocher d’une abondance véritable.

En hébreu,
le mot Maladie signifie arrêter de tourner en rond.
le mot Santé est la capacite d’être dans un élan créateur.

En français,
le mot Guérison est l’anagramme de Seigneur et Soigneur

Autrement dit, le but de toute maladie, même si le virus est trafiqué, est de nous aider à arrêter de tourner en rond, de nous sortir de cet asservissement et de nous en fournir les moyens ; de nous aider à déployer la capacité d’être dans un élan créateur avec le Créateur/Seigneur ; d’être dans un lien au pouvoir de la création qui nous sort de notre illusion de toute puissance ou de toute impuissance.

Le petit Coronavirus apporte une nouvelle information à nos 13 systèmes pour qu’ils mutent et permettent aux mutants sensoriels d’oser broncher, parler, bouger et accueillir le souffle de vie réchauffant qui aide à créer sainement.

Il va nous aider à sortir de l'esclavage industriel commercial et des dictatures ou des « démoncraties » auxquelles nous participons et qui nous privent de la liberté de vivre heureux, de changer d'air et d’aller où bon nous semble quand le cœur nous en dit.

Sur le plan personnel :

Commençons par cerner ce qui a contaminé notre bien-être dans les différents environnements de nos vies pour y remédier.

Voyons d’abord ceux qui ont joué un rôle négatif à nos yeux dans notre vie personnelle et celle de notre planète d’autrefois.

Cernons aussi les comportements infectes que nous avons eu vis-à-vis des autres et qui ont vicié leur air de vie.

Voyons comment mettre fin à cette spirale de victime-bourreau-sauveur.

Réalisons en quoi il peut y avoir des cadeaux cachés dans tout ce que nous vivons pour aider à éveiller le meilleur de nous et créer ensemble un futur lumineux, respectueux des différents règnes du vivant.

La santé ne peut plus exister sans bien-être économique, politique, environnemental pour tous et avec tous. Chacun se doit de changer en ce sens.

Il s’agit pour chacun de mettre fin à ses tendances psychotiques, c’est à dire où l’autre n’existe pas, quel que soit le règne dont il est issu.

Il s’agit d’apprendre à développer l’éveil de ses sens et ses capacités d’empathie vis-à-vis de tout être vivant. A réaliser qu’il existe et qu’il compte. La loi de cause à effet n’a jamais été autant rappelée qu’aujourd’hui. Grands-parents, parents, enfants et petit-enfants n’ont jamais autant pris conscience de l’importance de leurs relations qu’avec ce confinement. Le rendez-vous est mondial, chacun de nous se doit de dresser son propre bilan de bien-être mental et social avec les règnes du vivant.

Où en sommes-nous dans le développement de notre intelligence émotionnelle, sensitive, empathique ?

Ce n’est en effet pas un hasard si cette année au niveau planétaire les étudiants ne sont plus amenés à développer leur quotient intellectuel et ne seront pas évalués pour la plus part.

L’évaluation de chacun se situe à présent sur le plan humain, dans sa façon d’agir et d’avoir agi en son âme et conscience vis-à-vis du vivant.

Chacun a un libre arbitre qui, quand il devient conscient, permet de modifier sa trajectoire pour plus d’amour de lui-même et des autres.

Vis-à-vis de l’autorité :

La fonction de la loi est de ramener les êtres qui n’agissent plus avec amour à l’amour. Car quand on fait les choses avec amour il n’y a pas besoin de loi, de sanctionner ou de répressions.

La gestion du Coronavirus nous a permis d’ouvrir les yeux sur les différentes approches de gestions, de gouverner dans chaque pays et dans chaque commune. La seule commune épargnée accidentellement de la vaccination dans la zone de l’épicentre en Lombardie fut aussi exemptée de cas de Covid et de décès.

Apprendre à gérer l’incohérence dans les règles et leurs applications par les différents pouvoirs, à faire face aux propositions ou aux impositions contradictoires.

Arrêter d’attendre la solution vaccinale miracle des autorités incompétentes ou sous l’influence des lobbies.

Trouver comment s’en sortir au plus vite de façon autonome.

Gérer son insécurité quant à l’incapacité de gestion dont les autorités ont fait preuve dans différents domaines.

Apprendre la flexibilité face aux changements d’action et d’idées proposées par les autorités pour gérer la crise.

Réaliser que des prises de décisions sont réalisées sans nos accords tels que les antennes 5G.

Vis-à vis de la liberté :

Où commence la liberté de nos dirigeants, de nos soignants et la nôtre ? Où s’arrête-t-elle ? Quels sont encore les droits d’un être humain ? Quels sont les droits de chacun dans les différents pays du monde ? Comment les humains se sont-ils laissés priver de leurs droits ? Comment tirer les leçons de la souffrance de ces pertes de souveraineté ? Coopérer au niveau mondial ne signifie pas s’aliéner à un pouvoir mondial !

Sur le plan médical :

Le virus nous a permis de voir combien la prescription médicale électronique obligatoire est sous l’emprise d’instances supérieurs contrôlantes. Combien le médecin a perdu sa liberté thérapeutique de prescription (cf. Chloroquine) et les pharmaciens de préparer ou distribuer eux -mêmes des remèdes. On a vu comment des médecins généralistes se sont laissés confiner en ayant peur d’agir librement selon leur expérience de terrain. Combien le numérus clausus en médecine et les restrictions budgétaires hospitalières imposées au nom de la rentabilité étaient un non-sens que nous allons payer très cher. Nous y avons une part de responsabilité en ayant juste été spectateurs des plaintes des infirmières comme des médecins lors des manifestations sans s’être engagés à leur côté.

Réaliser que la médecine exclusivement physico-chimique ne peut nous offrir de traitements miraculeux nous pousse à prendre plus que jamais notre santé en main au quotidien.

Réaliser que les pouvoirs élus par nous refusent de s’ouvrir à d’autres aspects de la médecine qui ont pourtant fait leurs preuves sur le terrain chez bon nombre d’entre nous, loin de leurs hôpitaux et laboratoires, est interpelant.

Réaliser comment la virusophobie et la psychose créée grâce aux médias autour d’une grippette mortelle comme les autres, la distanciation sociale et le confinement ont rendu les gens plus paranoïaques, hypochondriaques et autistes.

Les différents états en matière de communication ont montré leur incapacité de gestion émotionnelle et à transmettre des messages clairs et rassurants.

Parler de possibilité de nouveau confinement avec une deuxième vague alors que le déconfinement commence à peine est non-sens.

Développer nos capacités de gestion de conflits de diagnostic ou de pronostic est plus que jamais d’actualité dans cette crise et ses suites.

Face à la folie du contrôle, il est indispensable d’apprendre à se gérer seul.

Rapport au vieillissement et à la mort

Les conflits face au vieillissement et à la mort n’ont jamais été aussi palpables que face au confinement carcéral, au refus d’assistance à personnes âgées ou handicapées en danger et à l’euthanasie d’état. Ce qui s’est produit avec eux, qui avaient encore des retraites, risque a défaut de changement radical d’être encore pire pour les générations suivantes. La mort a été banalisée sur les écrans qui font précisément écran aux émotions que nous ne savons plus gérer par rapport à elle avec tout ce qu’on nous montre dans le monde comme horreurs.

Les rituels d’accompagnements des mourants et mortuaires, indispensables au deuil, qui avaient déjà été réduits à une peau de chagrin se sont vus totalement supprimés. Nos aïeux décédés lors du confinement sans présence ni adieu sont des âmes en peine errantes à aider. Quant à leurs familles et leurs soignants, ils auront intérêt à quérir au plus vite un soutien psychologique pour faire leur deuil.

Rapport à l’argent 

Réaliser que des milliards prétendument inexistants, qui ont désespérément été réclamés lors de grèves et manifestations au prix de mutilations et d’arrestations massives, puissent tout d’un coup être débloqués pour éviter une révolution est révoltant. Cette crise a peut-être été utilisée pour obliger les épargnants à puiser dans leurs réserves avant que l’état ne le fasse comme en Grèce.

Heureusement, un retour au bénévolat, au troc et à l’entraide met du baume au cœur.

C’est notre rapport à l’argent et à l’exploitation par le patronat, le système bancaire et les états qui est à réviser.

8) le (bon) sens

Partout dans le monde des lanceurs d'alertes préviennent des conséquences désastreuses de la mondialisation, de la délocalisation, des surendettements qui explosent, de la surexploitation des richesses naturelles, du réchauffement et du dérèglement climatiques, des déforestations et des pollutions industrielles, osant se faire entendre parfois au péril de leur liberté et de leur vie. Ils sont les moutons noirs sensitifs au milieu de tant de moutons blancs anesthésiés et hypnotisés qui, coincés dans leur zone de confort illusoire, d’insouciance ou de désespoir, sont peu nombreux à venir gonfler leur rang. Pendant ce temps, la Chine, les USA et le Brésil, les plus grands pollueurs de la planète, continuent à imposer leur dictat économique meurtrier en toute impunité. Mais pire encore, certains même s’en inspirent à présent.

Mais le Coronavirus, même s’il a eu bon dos, a réussi à faire mieux en moins de temps que toutes les ONG réunies en matière de climat, de dépollution et d’entraide aux « autres » frères humains et des autres règnes.

Partout la biodiversité qui est menacée au profit du « communisme économique mondialisé » a repris du souffle dans ses différents règnes, seul le règne humain a été et est malmené dans cette crise.

Cette pandémie de bureaucratie autoritaire et de violation des droits de l'homme menace d'avantage l'humanité que le Coronavirus qui nous incite à retrouver le Sens de la Vie et la Sagesse ancestrale chinoise.

Ce Coronavirus nous réveille et soutient ceux qui déjà dénonçaient et agissaient face à cet état de fait.

Il a été et sera encore notre plus grand allier pour ouvrir nos yeux autant sur nos propres vies, que sur ce qui se trame d’infecte partout dans le monde.

Tout ce qui est créé dans la vie répond à un projet de vie que certains pourraient vouloir détourner à leur profit ou pour leur projet insensé. Et tout projet de vie a du sens du point de vue de l’évolution.

Accepterons-nous de voir ce sens pour notre vie et celles des autres ?

9) La sagesse du coronavirus : pour être couronne

« Tout est bien fait et bienfait pour retrouver notre souveraineté »

Il n’y a pas de bons ou de mauvais politiciens, banquiers, industriels, patients, médecins, Ehpads, … Seulement des gens tellement affairés qu’ils en avaient oublié de respirer et de vivre librement. Certains cherchant simplement à survivre, d’autres en étant assoiffés de règne, de puissance et de gloire. Qui d’entre-nous a emmuré son cœur au passage ou l’a carrément perdu ?

Nous ne sommes pas sur terre pour travailler douloureusement dans la terreur comme des esclaves pour enrichir des malades passionnés et apeurés en manque, mais pour jouer et œuvrer avec enthousiasme et émerveillement au service de la Vie.

« Nous avons chacun un rôle à jouer pour instaurer un climat de paix authentique. Si, en tant qu’individu, on parvient à désamorcer ses bombes intérieures – en neutralisant ses pensées et ses émotions négatives et en cultivant ses qualités positives – on crée des conditions favorables au désarmement extérieur. » - Dalaï Lama -

La solution est intérieure. Le Corona virus nous invite à reprendre une vie simple connectée a la nature, avec la foi que notre lien spirituel s’épanouira en une vie consacrée a la joie, l’amour et a la paix et au respect de chaque être vivant.

On n’arrête pas une épidémie avec la panique, le confinement ou un vaccin mais avec de l’amour, de l’unité(solidarité), l’intelligence et de la conscience. Non, nous ne sommes pas en guerre ! Il faut arrêter de vouloir combattre, éradiquer, contrer ou contrôler tout ce qui nous dérange et en fait nous aide à corriger nos déséquilibres de vie. Il faut relocaliser les productions essentielles et vitales pour retrouver une autonomie et réduire l’impact carbone des transports.

La mondialisation doit être solidaire et non qu’économique pour perpétuer le colonialisme et l’esclavage des plus faibles et pauvres. La mondialisation est là pour s’aimer en tant qu’humain appartenant à un même règne, pour s’apprécier et se connaître dans nos différences, pour s’épanouir et grandir ensemble forts de notre diversité. Il ne peut pas y avoir de migration touristique saisonnière de masse(vacances) des nantis avec un refus de l’émigration des réfugiés fuyant guerres, famines et dictatures.

Il ne s’agit plus de “team building” d’entreprise payé pour nous rendre plus productif. Le Coronavirus nous convie à un “humanity team building”.

Nietze disait « Il faut du chaos pour que naisse une étoile dansante ».

Puisse ce coup de chaos que nous vivons tous, lui donner raison pour chacun d’entre nous. Devenons les étoiles de nos vies, les stars de nos vies.

Certains experts visionnaires de l’OMS craignent déjà une deuxième vague au moment du déconfinement ou à l’automne prochain avec un Coronavirus muté-20 beaucoup plus contagieux , sans possibilité de vaccin et dont les symptômes pourraient être plus mortels encore pour ceux n’ayant pas intégré la sagesse du COVID-19.La durée d’incubation serait de quelques secondes dès la lecture du présent texte .Il pourrait affecter en premier l’épiphyse et l’hypophyse provoquant une poly- et claire voyance subites entrainant une consommation exclusive de nourriture bio-dynamique locale de saison, majoritairement végétarienne et préparée au vitaliseur de Marion. Une aversion, développée grâce à un usage intelligent de la peur, pour les mafias et les escrocs, les informations perverties anxiogènes des médias, les vaccinations de masse obligatoires, les médicaments toxiques ou frelatés, les crashs boursiers, les guerres, la 5G, …

Le cœur sera particulièrement concerné avec un accroissement des capacités de compassion, d’amour, de gratitude et de vérité !

10) La prévention

Veuillez noter à nouveau que l’État ne prône que la médecine qui rapporte et qui contrôle. Mais la médecine est une. Il est déplorable qu’en ce temps d’épidémie, les autres médecines aient encore été ouvertement mises à mal par les autorités et les médias.

Puissent les débats sur les traitements chimiques adéquats ne pas vous avoir fermé les yeux sur cette réalité.

Même dans les heures les plus noires, l’éviction reste encore de mise.

Veuillez noter également que l’Etat n’est pas responsable du mauvais état de santé de ceux qui ont développé le COVID-19 et qui sont décédés avec. Le syndrome métabolique rend toute anesthésie et mise sous respirateur beaucoup plus dangereuses. L’obésité, le diabète et les maladies respiratoires liées à la pollution sont de réels facteurs d’aggravation de toutes maladies dont l’Etat n’est pas responsable.

Et ce ne sont donc pas la grandeur, la force ou la fortune qui rendent sain mais l'équilibre entre Ciel et Terre et entre tous les êtres vivants des 8 règnes avec qui nous sommes EN CONTACT et avec qui nous partageons le même air sur Terre.

L’hygiène : Les gestes barrières

  • lavement des mains au moins 40 sec
  • éviter de toucher les yeux, le nez et la bouche
  • couvrir bouche et nez en cas de toux ou d’éternuements et port du masque
  • pas de poignées de mains ni de bises
  • nettoyer objets et surfaces
  • distanciation sociale de 1,5 m
  • interdiction de rassemblements car le match de foot en Italie, la réunion religieuse en Chorée ou en France, la manifestation de la journée des femmes en Espagne ont mis le feu aux poudres.
  • confinement partiel (mitigation) ou total (Chine, Italie, France,) quarantaine. L’isolement social est utilisé par les pervers pour augmenter la manipulation et les pertes d’emplois augmentent les risques d’infections virales, de maladies (cardio-vasculaires, cancers, démences) et de mortalité.

Mouvement et respiration

En 1918, des médecins généralistes avaient réussi à éviter à leurs patients grippés de mourir en leur conseillant de se mouvoir (promenades à pied ou à vélo, ...) à l'air libre vivement recommandé aujourd’hui en gardant une DISTANCIATION SOCIALE de 1,5 m. Tout le contraire de l'isolement et du confinement total prônés par la Chine, L’Italie, L’Espagne et la France. S’aérer idéalement en forêt (Sylvathérapie) ou dans les parcs, à la mer ou à la montagne (interdites d’accès) et aérer son habitat tous les jours permet de réduire la concentration en virus dans l’air et d’éviter la surchauffe qui assèche les voies respiratoires.

Et bien évidemment, oser aller dehors là où le vent nous porte, là où l’air nous donne envie de respirer à plein poumons et de dire oui à la vie et à vos envies après le confinement.

L'Empire du Milieu a jadis offert à l'Humanité en devenir une Sagesse de Vie inestimable appliquée dans la Médecine Traditionnelle Chinoise, que le communisme et le capitalisme ont balayée.

Les pratiques de Respiration, du Tai Chi, du Qi Quong (huit pièces de brocart), de la méditation, des prières, des mantras, des Mudras (les chinois attachaient les doigts des malades en coma), de la danse, du chant et de la musique qui augmentent la cohérence cardiaque, apaisent les mœurs et accroissent les capacités de réagir positivement, la sécurité et les relations avec tous les êtres vivants.

Contribuez à la qualité de l’air intérieur de vos demeures où que vous soyez, surtout si vous êtes confinés, dépassez les conflits d’accord - pas d’accord, des jugements binaires de bien et de mal qui enveniment très vite l’atmosphère. Apprenez à prendre de la hauteur, à avoir une vue d’ensemble et à vous positionner au-dessus de la mêlée. Nuancez vos propos autant que ceux des autres, trouvez votre opinion personnelle et faite preuve de créativité pour la vivre et non pas l’imposer.

Micronutrition et Naturopathie

Outre les mesures de confinement et d’hygiène pour aplatir la courbe de contamination et éviter de saturer les soins intensifs et les respirateurs, l’accent peut être mis sur la prévention en médecine générale.

Pour ce faire, il convient d’optimiser le système immunitaire pour qu’il puisse réagir le plus adéquatement possible. Une réaction insuffisante (vieillards, malades chroniques, personnes affaiblies par des médicaments ou des chimiothérapies) ou exagérée (jeunes) du système immunitaire peut être préjudiciable.

Cette optimalisation du système immunitaire passe par un système digestif sain, c’est-à-dire capable d’offrir une barrière efficace aux molécules indésirables et une absorption de micronutriments essentiels pour le bon fonctionnement de la défense de nos cellules.

Pour venir en aide aux généralistes de terrain, un laboratoire belge met à disposition un Bilan d’Investigation Préventif des défenses antivirales mis au point par le professeur Vincenzo Castronovo. Ce n’est pas un test de détection du Coronavirus.

De nombreuses études scientifiques ont mis en évidence des facteurs qui améliorent les capacités des défenses antivirales et réduisent les réactions inflammatoires du système immunitaire sur actif.

Le BIP mesure les taux de zinc, cuivre, sélénium, vitamines A, D, E, du glutathion, de l’acide dihomogammalinoléïque, de l’acide arachidonique, de l’acide eicosapentaènoïque. Mais aussi du rapport acide arachidonique/acide eicosapentanèoïque qui est un indicateur de la gravité de la réaction inflammatoire qui accroît les risques de réanimation et de décès. Parallèlement, un test d’urine peut mettre en évidence un trouble de la flore intestinale (microbiote) et de la putréfaction qui peuvent affecter les capacités de défenses antivirales.

Par cette correction de la dysbiose et la supplémentation en micronutriments, le patient pourra restaurer ses mécanismes de défenses face aux virus.

Macronutrition

De nombreux éléments qui n’ont pas toujours encore fait leurs preuves scientifiques à défaut d’études, sont utilisés empiriquement tels que :

  • l’argile verte,
  • la silice organique,
  • l’argent colloïdal,
  • le chlorure de magnésium,
  • des épices (cannelle, gingembre, curcuma, anis étoilé, thym, origan ,.. )
  • des huiles essentielles (cannelle, thym, origan, eucalyptus, ravintsara, laurier noble, ...) en spray dans l’air ou sur les masques, diffuseurs, aérosols, crèmes ...
  • des boissons chaudes (tisanes, bouillons, soupes, vins chauds et cuisine selon la loi des cinq éléments de la MTC.)
  • L’eau de mer (livrable par poste et à prix abordable chez www.vitanat.be) fut le premier nutriment de la mer(e) originelle car elle contient des traces de 70 éléments du tableau de Mendeleïev et constitue la première protection des bactéries à l’origine de nos cellules contre les ultra-violets du soleil. Elle permet d’accroître la vitalité de nos cellules et leurs capacités de protection grâce à tous ses minéraux et oligoéléments par une à plusieurs prises par jour.
  • L’artémisia annua : En Afrique, 500.000 personnes meurent annuellement avec la malaria c-à-d plus qu’avec le Corona. Les chercheurs africains et chinois ont pu montrer une efficacité remarquable de cette plante sur cette maladie mais la recherche et la publication officielle des résultats sont censurés car contraire aux intérêts financiers. Avec cette action supérieure à celle la chloroquine sur la malaria, elle pourrait agir sur le Corona virus, en tisane ou en capsule. Ce sera peut-être le salut de l’Afrique. La déesse Artémise de la chasse et des animaux sauvage déclenche et guérit des épidémies.
  • La vitamine C a été utilisée en haute dose (11gr/j) en intra veineuse par les médecins chinois et certains européens qui la proposent à leurs collègues italiens. A défaut ,1gr sous forme lyposomale orale à arrêter progressivement peut aussi aider. Les infections virales aiguës en consomment beaucoup. Elle est difficile à doser mais beaucoup en serait carencés.
  • Le Vital Harmony (Biomos) : Cet appareil permet de rééquilibrer la polarisation des membranes cellulaires, d’augmenter la vitalité, de réduire le stress, de gérer les émotions, d’améliorer la qualité réparatrice et récupératrice du sommeil,
  • Le feng-shui : La tradition chinoise a développé un art de l’agencement harmonieux des lieux de vie intérieure et extérieure pour favoriser la circulation des énergies, la santé et la prospérité des habitants. Réenchanter le monde à partir de chez vous, votre balcon votre jardin ou à défaut les parterres publiques.

11) La thérapeutique

Face aux épidémies l’amour, l’unité, la connaissance, le respect et la liberté d’expression, de mouvement du vivant, l’entraide (coopération) sont les meilleurs remèdes pour retrouver la Santé !

L'OMS ne définit d'ailleurs plus la Santé des êtres vivants par une absence de symptôme mais par un bien-être physique, énergétique, mental, social et on pourrait rajouter conjugal, transgénérationnel, professionnel, politique et spirituel.

La santé n’est pas une dépense mais un investissement à faire individuellement et collectivement.

Ce qui nous semble logique n’est pas nécessairement vrai.

Faisons confiance à notre intuition, à ce que nous ressentons et à nos capacités d’innovation.

Une multitude de possibilités existe et il convient de ressentir ou de tester ce qui nous convient vraiment. Ne vous limitez pas seulement à ce que l’on vous propose ou impose, mais ouvrez -vous en restant critique.

Notre polymorphisme génétique, nôtre sexe, notre âge, notre état de santé font que nous ne répondons pas tous de la même manière au virus, aux traitements et aux doses préconisées (imposées) par les firmes pharmaceutiques.

Les homéopathes plus au fait de ce polymorphisme individualisent de longue date les remèdes mais peinent encore à individualiser les nombres et les types de dilutions et dynamisations des remèdes à cause du manque de moyens.

La gestion des peurs et des émotions

Mon épouse Judith a réalisé une série de 3 vidéos remarquables sur « LE CERVEAU FACE A LA CRISE DU COVID-19 » pour nous coacher à la lueur des neurosciences sur ce sujet. Elles visent à permettre à chacun de mieux comprendre comment c’est bien fait et pour quoi nos cerveaux réagissent de cette manière en ces temps de crises. Et surtout, comment faire le meilleur usage de ces cerveaux et de notre intelligence émotionnelle pour sortir plus vivants, grandis et meilleurs de la crise. Elles devraient aider chacun à traverser l’épreuve du confinement et plus particulièrement les malades, les familles endeuillées et les soignants hospitaliers et des Ehpads (MRS) à gérer leurs émotions d’être impuissants et distants face aux décès dans des conditions épouvantables.

Elles sont accessibles sur notre site : www.evidences.be

L’allopathie

La réalité c’est qu’aujourd’hui, malgré l’effervescence de tous les laboratoires à proposer en premier un « vaccin » en 4 mois ou plus pour toucher le jackpot ou des médicaments antiviraux (Lopinavir, Ritonavir, Remdesivir,) il n’y a presque rien, sauf :

Le traitement contesté de l’éminent professeur Didier Raoult, un irréductible gaulois face à l’empire pharmaceutique, l’état et l’ordre, qui a fait ses preuves avec sa nouvelle potion magique. L’application de celle-ci a été testée sur 1000 cas guéris par une administration en début de la maladie pendant 5 jours et non en fin comme le préconisent ses détracteurs pour invalider l’efficacité de son traitement repris avec des résultats phénoménaux aussi par le Dr Vladimir Zelenko, virologue à New York :

Hydrochloroquine (plaquenil) : 200mg 2X/jour
Azithromycine : 500mg1X/jour
Sulfate de zinc :220mg1X/jour

Le traitement de confrères généralistes chez les suspects de COVID-19 :

Macrolides (Zeclar, Rulid, Josacine Ou Zithromax) Per Os

Éventuellement en association avec une céphalosporine de 3ème génération per os (Cefpodoxime) ou injectable (Ceftriaxone)

L’héparine pour prévenir les thromboembolies.

La plasmaphérèse pourrait également être utile.

Le Bleu de Méthylène selon le Dr Laurent Schwartz.

Le courage et le dévouement de toutes ces personnes volontaires ou obligées qui œuvrent pour que nous soyons soignés, nourris, approvisionnés en produits essentiels, libérés de nos ordures, surveillés dans nos incivilités préjudiciables sans répression.

Ces médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, soignants, aidants, ambulanciers, pompiers, policiers, s’exposent au covid-19 et au burn-out en agissant avec les moyens du bord.

Les scientifiques et les médias dénigrent et traitent de Fake news toutes les autres approches qualifiées de « recettes de bonnes femmes ou de grand-mères » qui fleurissent sur le Net. Mais dans les situations d’impuissance et de désespoir, tout ce qui peut générer un effet placebo, notre puissance d’auto-guerison, est bienvenu. L’efficacité du placebo a été prouvée scientifiquement même si certaines pratiques ou usages n’ont pas été scientifiquement prouvés et peuvent parfois présenter des dangers. Mais faute d’étude, rien ne prouve qu’il n’y ait pas un effet autre que le placebo.

Alors, dites à vos proches et vos soignants qu’il existent d’autres moyens de se protéger et se soigner pour éviter d’aller à l’hôpital et avoir 50% de malchance de mourir prématurément.

L’homéopathie

A l'origine de la Medecine Sensitive Cooperative, elle a permis à bien des homéopathes de par le monde comme Hahnemann en son temps avec le typhus, le choléra et les maladies d’enfance, de faire face efficacement à des épidémies quand il n’y avait aucun traitement efficace. Les patients qu'ils ont aidés à guérir, comme en 1918, sont innombrables et ce en utilisant simplement deux remèdes choisis judicieusement : Gelsemium sempervirens pour libérer de la peur de bouger ou broncher et Bryonia pour libérer de la peur de mourir et ainsi rééquilibrer la force vitale.

Elle peut aussi venir en aide cette fois-ci avec des remèdes comme

Belladonna Atropa, dont l'intérieur du fruit sectionné figure une chauve-souris, réservoir supposé du Coronavirus. Atropos, dans la mythologie grecque est la parque qui coupe le fil de la vie.

C'est un remède pour ceux dont la vie ne tient plus qu'à un fil car ils sont terrassés par une fièvre élevée avec délires furieux, présentant des symptômes de congestion, d’hypertension, de toux et de pneumopathie virale sévère. Il est aussi le seul remède connu pour ceux qui rêvent de chauve-souris. Selon la Loi Mosaïque c'est un animal impur devenu le symbole de l'idolâtrie(vaccinale) et de la frayeur (des virus et bactéries). Mais en Extrême-Orient c'est le symbole du bonheur car l'idéogramme FU qui la représente est l'homophone de celui signifiant bonheur. Les cinq chauves-souris disposées en quinconce sur le vêtement du génie du Bonheur représentent les cinq Bonheurs (Wu Fu) : Richesse, Longévité, Tranquillité, Santé et Bonne mort. Sa grosse tête a incité les Taoïstes à pratiquer la fortification du cerveau. Rien d’étonnant, de ce fait, qu’elle constitue une nourriture d’immortalité en Extrême- Orient qui est désormais interdite sur les marchés grâce au Coronavirus. Les animaux sauvages et libres respirent car ils ne peuvent plus officiellement être consommés en chine.

Ironie du sort, le film « Joker » sur l'origine transgénérationnelle du conflit entre Joker et Batman - l'homme chauve-souris libérateur de Gotham City et pendant américain de Mulan libératrice de la Chine - est sorti en salle juste avant le diagnostic et a été primé pendant l'explosion de l'épidémie. Le plaidoyer pour l'environnement de Joaquin Phoenix (Joker) lors de la cérémonie des oscars met bien en évidence combien la majorité de l'humanité est déconnectée du vivant (Atropa) et doit ouvrir les yeux (atropine). Enfin, songez à laisser la chauvesouris vous initier à ne pas avoir la grosse tête et à vivre la tête en bas comme le pendu du tarot. Elle vous apportera richesse, bonheur, longévité et santé ! Elle est utilisée en laboratoire car elle a développé un système immunitaire lui permettant de cohabiter harmonieusement avec le Coronavirus.

Opium extrait du Papaver somnifère, pourrait venir au secours de nos frères chinois en grande frayeur et détresse vis à vis desquels nous avons une dette coloniale et qu'il nous est possible à présent d’aider. En effet l'opium a été utilisé pour soumettre le peuple chinois aux temps coloniaux, dont Mao les en a libérés pour les plonger ensuite dans une dictature qui les paralyse de peur. Le film « Fearless (sans peur) » avec Jet Li, illustre bien le thème de ce remède et vous permettra de vous faire une petite idée de la souffrance vécue par le peuple chinois d'alors. L'opium, est le remède de ceux qui rêvent du paradis et de la vie en rose mais vivent l'enfer mortel de la dictature au quotidien. Celui aussi des Accidents Vasculaires Cérébraux, quand la Vie ne circule plus correctement, que l'hypertension est à son comble et que tout risque de péter. C'est le seul remède connu qui s'adresse aux patients rêvant de dragons, à ne plus (faire) taire assez, animal si cher aux chinois pour son souffle spirituel réchauffant. Selon le Dr Bernard Vial, le patient a l'impression de se comporter en héros lorsqu'il conteste en éternel adolescent révolté l'autorité du père dont il se croit supérieur. Il est paralysé intérieurement (inertie du transit intestinal, blocage respiratoire, paralysie du système locomoteur, ...) par peur de ne pas être à la hauteur de ses assertions. Et comme toutes les Papavéracées, c'est un remède d'exil, de peur de la mort et de la réalité décevante et irrecevable. Il peut aider les patients curarisés à leur sortie des soins intensifs pour relancer leur transit intestinal et plus vite les réveiller cognitivement.

China, la quinine, pourrait être utile aussi. La chloroquine utilisée pour traiter la malaria s'est avérée utile dans le traitement des patients infectés au Coronavirus. C’est le remède de l'archétype de Caïn(C(h)ina) que les hébreux mettent en lien avec le peuple chinois. Il traite les grippes sévères épuisantes. Cette plante de la famille des Rubiacées, selon Bernard Vial, traite l'indigence affective des abusés désabusés qui n'ont plus confiance dans les sentiments mais éprouvent cruellement le manque d'amour. Il agit sur la Confusion entre l'Etre spirituel et la matière (l'âme à tier), avec tendance à opérer un transfert sur les biens matériels comme les occidentaux et les chinois, sans lesquels il croit qu'il ne peut être bien. Le patient s'agite jusqu'à l'épuisement dans des entreprises éparpillées qui doivent lui rapporter monts et merveilles.

Depuis le début de l’épidémie hors Chine, des homéopathes du monde entier recherchent le remède similimum universel de la pandémie, quand chaque personne devient comme une cellule d’un grand corps qu’est l’humanité.

Tous les remèdes ci-dessous ont été recherchés par répertorisation ou accueillis intuitivement par des homéopathes chevronnés du monde entier. Ils reprennent en tout ou en parties les symptômes psychiques et cliniques (Cf. § Comportements) des patients testés rarement et supposés COVID-19, car traités pour ne pas être hospitalisés.

Tous les remèdes classés selon les 8 règnes du Vivant ont été ou sont utilisés quand les laboratoires ou les pharmacies spécialisées acceptent encore de les préparer. Un des gros problèmes actuels, c’est le délai de délivrance des remèdes pouvant atteindre plusieurs jours.

Les remèdes des règnes spirituel, humain et astral ne sont prescrits que « mentalement » selon les principes de L’HoMSHaM ou L'Homéopathie Shamanique

Je vous partage l’Esprit du remède dans la lignée des travaux de Masi, Grandgeorge, Vial et les autres.

Règne Spirituel :

Christ : le Messie, le libérateur, l’enfermé, le torturé, l’assassiné, le sacrifié, le ressuscité

Règne Huminal :

Gandhi : le libérateur pacifique, l’assassiné
Dr Li Wenliang : l’alerteur, l’enfermé, le torturé, le martyrisé
Nelson Mandela : le transformeur, l’enfermé, le torturé, le libéré

Règne Animal :

Carassius auratus (carassin doré) : l’enfermé dans une prison dorée
Chiroptera (Chauve-Souris = souche à virus) : l’immunité diplomatique dans le monde à l’envers
Crotalus horridus : l’horrible, le fourbe
Falco peregrinus : le drone surveillant et tueur
Lachesis mutus : le politicien qui parle pour ne rien dire et se contredit
Manis pendadactyla (Pangolin) : le gentil sacrifié qui se laisse bouffer
Pelican : le sacrifié pour ses petits (vieillards / EHPAD, personnel soignant, ...)
Tela aranea : le confiné pris au piège du net
Sepia : pour vivre heureux, vivons caché à la maison

Règne Végétal :

Artemisia abrotanum : le vampire (le patient COVID-19 prend toutes les places et les soins dans les hôpitaux)
Artemisia annum : sortir de l’esclavage pour reprendre le chemin de sa destinée
Bryonia alba : le demeuré qui veut ou doit rester ou rentrer à la maison, dans le nid brisé (violences conjugales, divorces)
Bambusa bambos : “pandamie”, le coup de bamboo, quand on est dos au mur et qu’on encaisse de sales coups
Belladonna atropa : Joker, le peuple indigné insoumis, Batman, l’enfant
Calendula : “akuna matata” (aucun souci)
Camphora : l’antidote face aux tueurs sans foi ni loi
China : pour retrouver le chemin de sa propre destinée
Curare : le refus de se prendre en charge (des intubés)
Gelsemium Sempervirens : peur de faire le pas libérateur (trac)dans l’épreuve
Baptisia tinctoria : l’écartelé, le disloqué
Lobelia purpurascence : le vaniteux tombé de son piédestal, écarlate de colère
Opium : la fureur du dragon endormi (propagande, médias, …)qui gronde
Thuya Orientalis (l’Arbre de Vie) : pour sortir du labyrinthe par le haut

Règne Mycélial :

le Dr Massimo Mangialavori a étudié les champignons dont je n’ai pas les images ...
Cordyceps Sinensis :
Lariciformes Officinalis
Psilocibine,

Règne micro-myco-bactério-viral :

à l’étioscan, chez les patients COVID-19, de nombreux virus et bactéries liés à des maladies ou vaccinations semblent « réveillés ».
Adenovirus : les disputes parentales
Coronavirus : la distanciation sociale
Medorrhinum (gonorrhée) : sortir de la torture (confinement)
Morbillinum (rougeole) : le contact avec quelque chose de puant et dégoûtant
Meningoccinum : l’épée de Damoclès
Oscillococcinum : la barbarie sans foi(e) ni cœur
Polyinfluenzinum : sous de multiples influences (lobbying, propagande), qui se rue sur moi (rhume)
Rotavirus : on se fait ou on les fait chier
SIDA :le Syndrome de l’Incapacité D’Aimer, le mal d'amour
Staphylococus Aureus : l’amour sous cloche dorée
Streptococinum : les paroles qui restent en travers de la gorge
Tuberculinum : terreur de la peine de mort (Chine, USA, ...)
Typhoidinum : stupeur liée à l’infâmie

Règne Minéral :

Arsenicum Album : angoissé et désespéré face à la mort
Ammonium Carbonicum : de la bénignité apparente à l’extrême malignité (soins intensifs)
Chlorum : pour é-clore du confinement (vivre en vase clos)
Cuprum metallicum : le compétent inconscient qui ne se croit pas à la hauteur (Roi Arthur)
Fullrenum : il aurait pu être un diamant mais il est piégé dans les hautes sphères
Methylenum Coeruleum : le refus de dépasser les barrières par des initiations et initiatives (changements)
Mercurius (cyanatus, solubilis, ...) : l’arnaque qui reste en travers de la gorge
Natrum sulfuricum : sortir de la mer(e), matrice, matière
Phosphoric acidum : l’épuisé (burn out) (les soignants)
Phosphorus : l’enflammé empathique
Plutonium nitricum : la peur d’être jugé publiquement au moindre faux pas(Chine)
Silicea : évacuer l’intrus (vaccin, puce, 5G, propagande, ...)

Règne Astral :

Jupiter : le jeu avec le Père céleste
Pluton : le jugement dernier
Saturne : plombé par les contraintes car ça tourne pas rond

Et dire que l’Homéopathie, cette discipline scientifique a été mise à mal sournoisement durant des siècles et mise au placard dans de nombreux pays par la dictature médico-pharmaceutique comme la Médecine Traditionnelle Chinoise par la révolution communiste. L’ironie serait que les autorités après avoir réussi à les bannir à force de manigances dictatoriales sournoises, se voient obligées de les réintroduire.

Nous ne saurions que trop vous inviter à devenir autonome par rapport au monde médico-pharmaceutique et à apprendre à pratiquer l’HOMSHAM, l’homéopathie Sensitive chamanique pour vous même et les vôtres.

La médecine traditionnelle chinoise (MTC)

Là où survient un problème se trouve aussi à proximité les remèdes. C’est pourquoi je pense que la Chine, où apparaissent tant de viroses, si elle pouvait renouer avec la richesse de sa médecine traditionnelle millénaire et de ses philosophies, pourrait offrir bien mieux au monde que son industrialisation polluante effrénée. Pour retrouver cet équilibre entre le Yin terrestre et le Yang céleste, elle pourrait recourir avec sa sagesse et pas de manière allopathique à ses petites aiguilles (acupuncture) et son énorme pharmacopée naturelle millénaire décimée par la révolution et oubliée par bien des médecins chinois communistes occidentalisés.

Les scans quantiques (etio, physio, ...)

Ces appareils méconnus de la plupart des médecins assez démunis vu la mortalité importante permettent même à distance (soins intensifs) de TESTER étonnamment l’état énergétique des organes des 13 systèmes du corps des patients, l’impact des vaccinations ou des séquelles d’infections antérieures et les moyens les plus individualisés de les soutenir dans leur prévention comme dans leur retour à l’état de santé.

L’ostéopathie

Le confinement a réussi à écarter les ostéopathes de la thérapeutique alors que son fondateur STILL avait lors d’épidémies dans le passé pu apporter des aides précieuses avant l’ère vaccinale.

La capillothérapie du Dr A. Salmanoff

Les capillaires sont essentiels pour la nutrition et la détoxification cellulaire. A partir de 40 ans leur efficacité baisse et après 70 ans 30 à 40 % sont obstrués. Le Dr Eli Thalberg a mis un protocole au point inspiré de cette pratique qui peut aider en présence de micro-thromboses.

12) L’après crise : le syndrome post-traumatique ou comment faire contre mauvaise fortune bon cœur on a

Il est indispensable de prévoir et prévenir dès à présent les innombrables conflits maladisants liés aux stress survenus pendant la crise sanitaire, le confinement et la fermeture des frontières :

  • de la terreur alimentée par les médias d’être contaminés, malades et de mourir,
  • la peur de se rendre aux urgences pour d’autres problèmes graves
  • l’arrêt des consultations et des examens médicaux
  • le report des opérations et des greffes faute de donneurs
  • des séparations avec les familles pour les expatriés, les personnes en EHPAD (MRS), les prisonniers, les handicapés ou les personnes internées en psychiatrie
  • des hospitalisations lourdes et longues
  • des pertes de proches ou de collègues , de contacts
  • des pertes de millions d’emplois , de libertés et de moyens financiers ;
  • des confinements douloureux indéfiniment prolongés en compagnie de parents, partenaire et enfants ou beaux enfants 
  • de la souffrance d’avoir manqué de nourriture, d’eau potable, de toit, de soins, de médicaments, d’hôpitaux, de lits, de respirateurs, de masques, de solutions hydro-alcooliques, de tests, de relations sexuelles, de sorties entre amis, d’activités socio-culturelles, de compétitions sportives pour les supporters, de vacances, ...
  • des injustices par rapport à l’accès aux soins (sociales, raciales, liées à l’âge,), à la censure, aux répressions, aux amendes,
  • des violences conjugales (30% en plus), parentales, infantiles et sociétales (émeutes, mutineries, révoltes, grèves, révolutions, saccage des antennes 5G)
  • des vols et escroqueries en tous genres surtout sur le net
  • des burn-out des soignants, travailleurs en nombre réduit à cause des absents
  • des dépressions de ne plus trouver sa place d’homme ou de femme dans la société,
  • des décompensations psychiatriques (suicides, psychoses,…)
  • d’avortements pour grossesses non désirées dans un tel contexte

Toutes ces problématiques nécessiteront un suivi et une thérapeutique personnalisée pour (re)trouver le goût de la vraie vie commune saine.

 

Newsletter

Je m'abonne à la Newsletter : Infos, articles & vidéos
Saisissez votre

Recevoir : en Fr
Recevoir : en Fr et Nl