ArticlesSectes et gourous : pour en finir avec les personnes et les mouvements liberticides

De l'usage abusif, erroné et liberticide des mots SECTE et GOUROU en Occident chrétien et laïc

De tout temps, il a été plus aisé de voir la paille dans l'œil de l'autre que la poutre dans le sien.

 

Au préalable, passons en revue les définitions qui, actuellement, sont déjà disponibles :

Selon le dictionnaire Robert, le mot « secte » désigne un groupe (une section ou une fraction) religieux (à l'intérieur d'une foi), ou une communauté mystique sous l'influence de maîtres ou de gourous (guru). Péjorativement, le mot « secte » désigne également un clan ou une coterie, c'est-à-dire, une réunion (regroupement) de personnes soutenant ensemble leurs intérêts et se coupant (secare), se mettant de côté ou s'isolant par rapport au reste de la société.

 

Selon le site Wikipédia, le mot « secte » a d'abord désigné soit un ensemble d'hommes et de femmes partageant une même doctrine philosophique, religieuse, etc. soit un groupe plus ou moins important de fidèles qui se sont détachés de l'enseignement officiel d'une Église et qui ont créé leur propre doctrine. Une secte peut aussi désigner une branche d'une religion, une école particulière. En ce sens, ce mot n'a rien de péjoratif.

 

Cependant ce terme a pris une dimension polémique, et de nos jours, désigne un groupe ou une organisation, fréquemment à connotation religieuse, dont on fait le plus souvent croire à la population que les croyances ou le comportement sont obscurs ou malveillants. Généralement, les responsables de ces groupes sont accusés, d'une part, de brimer les libertés individuelles au sein du groupe ou de manipuler mentalement leurs disciples afin de s'approprier leurs biens et de les maintenir sous contrôle, et d'autre part, d'être une menace pour l'ordre social.

 

Ce qui apparaît, c'est l'évolution récente de ce mot et surtout sa double signification : d'une part une signification traditionnelle pour désigner une minorité de conviction, d'autre part une seconde signification polémique pour désigner un groupe déclaré, arbitrairement, liberticide. Cette deuxième interprétation s'est nettement imposée au sein de l'opinion publique et à ce jour, il n'existe aucune locution simple et non péjorative dans le langage courant pour désigner un ensemble (minoritaire) d'hommes et de femmes partageant une même doctrine philosophique, religieuse, etc. C'est un déni au droit à l'existence de tels groupes.

 

Si le terme « secte » signifie simultanément minorité de conviction et groupe liberticide alors, la conclusion qu'en tire l'opinion publique est, inévitablement, la suivante :

 

Minorité de conviction = secte = groupe liberticide.

 

Amalgamer automatiquement toute minorité de conviction à un tel groupe, voilà le résultat bien visible de cette signification double du mot « secte ». Il s'agit là d'un réflexe pavlovien, d'un court-circuit mental qui permet de discréditer, à bon compte, n'importe quelle minorité de conviction, aussi innocente et bienfaisante soit-elle. Cela évite aux antisectes d'apporter la moindre preuve de leurs allégations fantaisistes. La répétition incessante des mots" secte" et "sectaire" leur sert de preuve absolue pour alléguer toutes les contrevérités imaginables, aussi fausses et ridicules soient-elles.

 

Une telle évolution n'est pas due au seul hasard. Elle est le résultat d'une volonté délibérée. C'est au cours d'une réunion tenue au siège de l'ADFI (Association de Défense des Familles et de l'Individu) que le colonel Morin avait proposé de modifier la signification du mot « secte ». Cette stratégie de guerre psychologique menée par des français contre d'autres français s'est avérée d'une redoutable efficacité. Le lobby anti-sectes a remarquablement réussi à embrouiller les esprits, d'abord en France et ensuite, par contagion, dans d'autres pays européens.

 

En fait les sectes au sens de minorités de conviction ne sont que très exceptionnellement des sectes au sens de groupes liberticides. Dans leur quasi-totalité les sectes ne sont pas des sectes ! Leur seul point commun est d'être toutes nommées sectes, mais avec des significations différentes.

 

Actuellement, ces termes sont fréquemment utilisés de manière abusive par les majorités d'opinion politiques, militaires, philosophiques, religieuses, artistiques, industrielles et même scientifiques, pour dénigrer, dévaloriser, stigmatiser, calomnier, harceler, marginaliser, mettre de côté, exclure, isoler, couper (secare) ou priver arbitrairement d'expression (lieux de conférences, Internet, …), d'exercice professionnel (suspension, radiation, licenciement, mise au placard ou sur une voie de garage, refus ou rupture de contrat) ou de la garde parentale (divorce), voire emprisonner, torturer ou assassiner, des individus et des minorités d'opinion dont les intérêts sont contraires aux leurs.

 

Et l'utilisation des termes "dérives sectaires" et "groupes sectaires" n'a en rien amélioré cette situation très confuse. Pour apporter la clarté, la seule solution viable sera de ne plus utiliser les mots sectes et sectaires. De plus, d'autres terminologies équivalentes existent.

 

D'ailleurs, le gouvernement français s'est résigné à ne plus utiliser les mots « secte » et « gourou », car il était incapable de leur donner une définition claire.

 

La langue française est une langue riche et capable d'exprimer toutes les nuances de la réalité. D'autres solutions sont possibles afin de désigner une secte dans sa signification traditionnelle, par exemple : NMR (Nouveau Mouvement Religieux), minorité religieuse, philosophique, spirituelle, thérapeutique, ou plus généralement minorité de conviction. Et pour clore définitivement le dilemme "secte ou pas secte", il suffira alors à l'Etat d'affirmer, d'une part, le droit à la libre existence de toutes les minorités de conviction respectueuses des lois, et d'autre part, son opposition à toute atteinte à la liberté individuelle, toute tentative de manipulation mentale, toute appropriation de biens d'autrui et toute menace contre l'ordre social.

 

"Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément."

 

Nicolas Boileau

 

Dans différents pays européens, des lobbies industriels, religieux ou philosophiques ont fait pression afin que des commissions parlementaires soient créées dans le but de récolter des informations, d'étudier les comportements des associations et organisations qui sont surveillées par les Renseignements Généraux car suspectées de pouvoir, éventuellement, un jour, être nuisibles aux autres citoyens. Ces commissions parlementaires ont refusé de définir clairement les deux termes « secte » et « gourou », néanmoins, elles ont publié, sans aucune vérification ni enquête ou instruction judiciaire démocratique, une liste de 172 sectes en mentionnant en petits caractères : "supposées".

 

Tel qu'il en fût pendant toute l'histoire de l'humanité, aujourd'hui encore, on estime que le pouvoir et les richesses terrestres sont détenus par une minorité de personnes (quelques % de la population mondiale) ; « la secte des nantis » pourrait-on dire.

 

La crainte principale des groupements ou institutions politiques, religieuses, philosophiques, industrielles ou scientifiques les plus influents (lobbying) résulte du danger de la concurrence réelle ou supposée d'individus et/ou de groupements minoritaires vis-à-vis de leurs intérêts.

 

Cette nouvelle forme d'inquisition justifie ses croisades contre les "nouveaux infidèles" des pouvoirs financiers actuellement en place et souvent pervers, en utilisant couramment des arguments qui sont comme par hasard : les abus de pouvoir ou d'influence, l'enrichissement scandaleusement abusif et mafieux, et les pratiques perverses, souvent sexuelles, portant atteinte à l'honneur, la dignité et l'image de nos sociétés.

 

Or, quels sont les partis politiques, les religions, les loges, les multinationales qui peuvent se targuer d'être exemptés d'abus de pouvoir, de maltraitance écologique et humaine (esclavage), de malversation financière et perversité ?

 

L'usage des mots « secte » et « gourou », réservé aux minorités est impropre car il concerne tout aussi bien, sinon plus encore, les majorités qualifiées de démocratiques puisque élues.

 

Ces dernières détournent l'attention des médias et des populations sur les déviations, parfois réelles des minorités, pour éviter qu'on ne s'intéresse à leurs exactions bien plus graves et manquant totalement de respect aux personnes, à la faune, à la flore, au milieu écologique et au climat.

 

Il est plus que probable que la proportion des dérives liées à la nature humaine dans les minorités politiques, philosophiques, religieuses, artistiques, scientifiques et médicales soit identique à celle des majorités.

 

Il est nécessaire, dans une démocratie, de s'interroger sur les raisons profondes qui poussent les gouvernements officiels et officieux à focaliser l'attention de l'opinion publique via les médias sur des faits mineurs, alors que des faits majeurs sont passés sous silence.

 

Il est évident qu'il est plus facile de s'en prendre à des minorités bénéficiant très rarement des soutiens politiques, philosophiques, religieux, artistiques, scientifiques, industriels, tant sur le plan financier que juridique, intellectuel et émotionnel.

 

In fine, cela traduit, comme depuis tous les temps, une difficulté à communiquer et à s'entendre qui débouche sur de fâcheux, et parfois désastreux, malentendus, cela par diabolisation de l'autre, l'étranger (celui qui est étrange), le différent, celui que je n'arrive pas à intégrer dans ma représentation (ma carte) personnelle du monde.

 

Pourtant, les travaux en programmation neuro-linguistique ont parfaitement démontré que ma carte ou représentation du monde dans mon cerveau n'est pas la réalité du monde, mais le fruit de ma perception du monde.

 

En tant que médecin libre-exaministe, particulièrement ouvert aux opinions politiques, philosophiques, religieuses, artistiques, scientifiques et médicales autres que celles acquises au cours de mon éducation familiale chrétienne bourgeoise et universitaire médicale laïque, j'ai eu un réel plaisir à rencontrer des centaines de patients issus de ces prétendues sectes.

 

J'ai pu constater que ces personnes vivaient en général avec plus d'attention et de respect pour eux-mêmes, les autres et le vivant. Leur solidarité et leur fraternité, pour faire face aux difficultés de l'existence, m'ont également touché.

 

Les communautés diverses que j'ai pu côtoyer et parfois coacher ne m'ont paru différentes du reste de la société que par un souci plus important de s'améliorer et de contribuer, à leur façon, à l'amélioration du monde.

 

Certes, j'y ai rencontré les mêmes conflits et enjeux systémiques que dans tous les autres groupes, sociétés, églises, … cependant, avec de réelles envies de trouver des solutions écologiques positives.

 

Ce que j'ai pu constater, c'est que ces communautés regroupaient souvent des personnes fragilisées par leur situation familiale, sociale ou professionnelle, et qu'elles y trouvaient un soutien et un réconfort, somme toute, plus écologique et économique que le prix des médicaments ou des séjours en institutions psychiatriques, par ailleurs, déjà saturées et fort coûteuses à la société.

 

Ce qui m'a plus intéressé encore, c'est de comprendre, au-delà des intérêts de lobbies, ce qui pouvait bien tellement motiver des politiciens, des journalistes, des religieux, des laïcs, des médecins, des parents, des fratries ou des conjoints, des recteurs d'université, des présidents d'ordre professionnel à s'opposer de la sorte aux minorités d'opinion.

 

A l'heure actuelle, je n'ai, à ce sujet-là, qu'un embryon de réponse, car les membres de la commission "secte des anti-sectes", ainsi appelée par le professeur Anne Morelli (sociologue à l'ULB), rejettent plus qu'ils ne fréquentent les médecins, les psychothérapeutes et sociologues qui s'intéressent aux origines transgénérationnelles, périnatales, infantiles et sociétales des comportements sectaires, radicaux et même parfois terroristes.

 

Au cours des générations qui nous précédent, les personnes qui ont été dépouillées de leurs biens, déportées puis maltraitées et tuées dans des camps de concentration, de travail, de rééducation ont vécu des drames ignobles. Il apparaît que leurs descendants ont instinctivement une tendance paranoïde, c'est-à-dire une crainte plus importante, d'origine épigénétique, des actes de manipulations mentales, de dépouillements, de maltraitances morales et physiques, d'enfermements susceptibles de conduire à la mort par privation de nourriture et de soins, ou encore, de génocide pour d'obscures raisons sociales.

 

A ce jour, des millions d'humains sont morts pour leurs opinions politiques, philosophiques, leurs croyances religieuses, leurs expressions artistiques ou émotionnelles, leurs comportements professionnels (médecines alternatives, sorcellerie…), sexuels, ou pour leur patrie (territoire), en raison de la même intolérance à ce qui est perçu comme différent et difficile à intégrer.

 

Dans notre société occidentale moralisatrice, au sein des familles en apparence de « bonne réputation », si, à l'adolescence ou à l'âge adulte, un enfant décide de rejoindre une communauté philosophique ou religieuse, un parti politique ou une manière différente de vivre et de travailler, cela génère chez les parents et la fratrie des inquiétudes. Les fondements de ces inquiétudes sont davantage à chercher dans les dysfonctionnements de la famille d'origine que dans ceux de la "nouvelle famille". En effet, la famille d'origine va projeter ses dysfonctionnements sur la « nouvelle famille » et la qualifier de "secte".

 

Les familles ou les individus déçus par des maltraitances médicales non reconnues, voire volontairement occultées, ont spontanément tendance à se tourner de manière parfois fort radicale vers des pratiques alternatives (Homéopathie, Médecine Nouvelle Germanique, Biologie Totale, …) que le monde médical, ayant des difficultés à entendre ses propres dysfonctionnements, traite de sectes et gourous.

 

Actuellement, l'opinion publique prend conscience, avec la levée du voile, de l'ampleur de la pédophilie dans les internats religieux, du traumatisme refoulé que porte un grand nombre de nos concitoyens réduits au silence durant leur enfance, et qui aujourd'hui, consciemment ou inconsciemment, n'ont plus besoin de jeter le bébé (la spiritualité) avec l'eau du bain (l'Eglise catholique).

 

Il est donc nécessaire d'élever le débat et d'aborder les vraies questions, à savoir : quel est le traumatisme personnel ou familial qui pousse des individus à adhérer ou à combattre de manière aveugle des prétendues sectes ?

 

Il m'a été donné d'observer que plusieurs personnes de la "secte anti-sectes" avaient eu un enfant "embrigadé" (selon leurs perceptions), ou, elles-mêmes, avaient été adeptes d'un mouvement, qu'elles stigmatisent par la suite pour des raisons de maltraitance ou d'abus de personne en état de faiblesse (cf. hôpital) du jour où, à nouveau, elles ont été confrontées devant leur difficulté refoulée.

 

La biologie nous montre que, pour augmenter leurs chances de survie, des individus isolés se regroupent et élisent un chef afin de gérer ce groupe.

 

En fonction de leur blessure, les gens ont des aspirations envers des groupes différents, chacun trouvant celui qui lui convient le mieux, au moment opportun.

 

Une fois encore, il me semble plus sage de s'abstenir de juger les groupes et de les classer en bons et mauvais, en fonction de nos propres connaissances (souvent fort limitées), ignorances, opinions, croyances, ressentis, comportements et cultures.

 

La guérison de nos blessures qui sont sources de conflits et d'oppositions, et l'intégration des différences qui nous rendent intolérants, permettent une cohabitation plus riche et solidaire.

 

Il est important aussi de rappeler qu'en cas de crainte ou de désaccord, il est préférable de privilégier la voie du dialogue et de la médiation.

 

Enfin, en ce qui concerne les réelles dérives et abus humains, il reste à encourager nos médecins, magistrats et élus démocratiquement, à exercer leurs fonctions en toute conscience, de la manière la plus libre et la plus juste.

| Contact Evidences : Contact Evidences |