Fondements de la nouvelle médecine intégrative critiqueFondements de la médecine sensitive coopérative®

Il s'agit d'une approche pluridisciplinaire intégrative de manière critique du maximum de connaissances disponibles actuellement sur l'évolution du vivant de ses origines à nos jours.
Cette description écrite pourra paraître rébarbative et inutile.
Son enseignement, oral et futur par film, permet d'en réaliser l'intérêt et l'usage qui peut en être fait pour guérir et évoluer vers du mieux-être.

Codage universel de l'information du vivant

big bangL'origine de l'univers est estimée par les astrophysiciens à 13,7 milliards d'années et l'hypothèse retenue jusqu'à ce jour est celle du Big-bang.


La physique quantique (voir site Jean-Jacques Crèvecoeur) émet des hypothèses sur la manière dont les ondes lumineuses et sonores originelles se seraient matérialisées sous forme de corpuscules de plus en plus complexes au cours de l'évolutionsous l'influence des champs morphogéniques astraux.


Deus courants s'opposent actuellement en occident sur l'origine et l'évolution de la vie : le créationnisme des religieux pour lesquels Dieu a tout crée, et l'évolutionnisme darwinien des athées pour lesquels tout s'est crée au hasard et par sélection naturelle.


En faisant de la mytho-bio-logie, c'est-à-dire en mettant des dates, des mots et des noms (logos) sur la succession des époques (hadéenne, archéenne, protérozoïque, paléozoïque, mésozoïque et cénozoïque) des 6 règnes (astral, minéral, microbien, végétal, animal, mental) et des espèces, il est possible de suivre la phylogenèse ou le fil rouge conducteur (mythos) généalogique , périnatal, périmortel, génétique et épigénétique du vivant avec son apparition, ses structures et sa bioplasticité.


La phylogéographie nous montre les mouvements des plaques tectoniques des continents et leurs modulations, leurs rencontres (création des chaînes de montagnes, éruptions volcaniques, tremblements de terre, ensevelissements, …).


La phyloclimatologie étudie l'évolution des climats et leurs impacts sur celle du vivant.


Le règne minéral constitutif des astres est celui de la "mémoire morte" ou du codage universel de l'information du vivant, pour en garder la mémoire.


L'étude de ces mémoires terrestres se font, pour les naturelles, par la paléontologie, et celles d'origine humaine par l'archéologie.

Formation du vivant

A partir de la mémoire morte contenant l'information, c'est-à-dire l'in-forme, qui n'a pas de forme, il est possible de mettre en forme et en vie, c'est la mémoire vive.
Pour les anciens, ces formes sont influencées par les forces astrales, la gravitation terrestre dont l'effet sur le système locomoteur a été démontré par la conquête spatiale.

Pré-vivant

Univers (macrocosme)

universLa mise en forme de l'univers en perpétuel remaniement (astroplasticité) est le résultat de forces de vie astrophysiques (attraction, répulsion, liaison, séparation) et de réactions astrochimiques (liaison, séparation) ou astroalchimiques (transmutation) donnant l'univers actuel (voies, galaxies, systèmes, soleils, planètes, étoiles, super novas, trous noirs, …) décrit par l'astronomie.

Les missions spatiales internationales étudient ces phénomènes depuis 50 ans.

Le monde astral l'influence notamment (activité solaire, saison), le géoclimat.

Terre (Gé(o) ou Gaïa)

terreLes sciences de la terre (géographie, géologie, géominéralogie, géophysique, géochimie, géobiologie, géoclimatologie, glaciologie) étudient la géoplasticité.
Pour les anciens, notre terre est une mère vivante qui nous porte et nous nourrit, et qui mérite tout notre respect

Vivant (bios en grec)

Les pro biotiques

probiotiquesCe sont les précurseurs biologiques qui vont être intégrés et transformés (biominéralogie, biochimie moléculaire, bioalchimie) par les êtres vivants proprement dit aux yeux de la biologie.
Ils vont être à la base de la structuration génétique et épigénétique du noyau, du cytoplasme et de la membrane des futures cellules.

Les biotiques

biotiquesDans ce microcosme, à partir des microzymas, vont se former des virus, des bactéries, des champignons (mycos), des mycobactéries, des prions que la microbiologie, la mycologie et la parasitologie étudient.

Les unicellulaires

unicellulairesA partir des microbes naissent les premières cellules isolées et individualisées composées de 3 niveaux (noyau, cytoplasme, membrane), dotées d'une quadruple computation (informationnelle, symbolique, mémorielle, logicielle), étudiées en cytologie.

Les pluricellulaires

pluricellulairesLes cellules isolées ont très vite réalisé qu'il était de leur intérêt de se regrouper et de vivre solidairement en communauté cellulaire en se répartissant les tâches et en devenir spécialistes. L'histologie étudie cette biodiversification et spécialisation cellulaire.

Organisation du vivant

embryologieL'embryologie est la discipline qui étudie le développement et l'organisation des êtres vivants, c'est-à-dire la création d'organes à partir de différents types de cellules. Toutes les étapes précédentes se retrouvent en accéléré lors du développement embryologique.

Chaque gamète (spermatozoïde, ovule), après séparation hormonale sur sa planète d'origine (testicule, ovaire) est lancé dans l'espace vaginal et utérin pour le spermatozoïde, et dans l'espace intrapéritonéal pour l'ovule.

Leur rencontre donne naissance à une nouvelle cellule grâce au parasitage de l'ovule par le spermatozoïde. De cet unicellulaire naît, par divisions cellulaires, un être pluricellulaire (morula, blastula) composé de cellules souches totipotentes. Au 16ème jour, chez l'être humain, toutes ces cellules se répartissent en 2 couches sphériques autour d'une cavité interne.

L'interne sera nommé endoderme et l'externe ectoderme.
De ces 2 feuillets embryonnaires ou dermes naîtra un 3ème, le mésoderme, composé pour moitié à partir de l'endoderme et de l'ectoderme.

De l'endoderme, en lien avec le monde intérieur maternel, naîtront les organes les plus anciens du tube digestif, les poumons, les reins et les gonades (ovaires, testicules) nécessaires aux besoins vitaux de se nourrir, respirer, éliminer et se reproduire.
Il gère les acquisitions et les pertes.

Les neurones correspondant à ces tissus sont situés dans le tronc cérébral.

Le mésoderme ancien d'origine endodermique donne les organes de protection et conservation de l'intégrité (méninges, péricarde, plèvre, péritoine, derme cutané) et les glandes mammaires dérivées des glandes dermiques des reptiles secrétant un lait pour protéger (anticorps maternels) et nourrir les petits (la coquille des œufs chez les reptiles).

Ces remparts gèrent les attaques et les coups durs contre soi, la descendance ou l'ascendance.

Les neurones correspondant à ces tissus se situent dans le cervelet;

Le mésoderme nouveau d'origine ectodermique donne tous les organes pour l'action, la locomotion, la conduite, les motivations, séductions et les communications et relations matérielles ou charnelles (cœur, muscles, appareil locomoteur).

Les neurones correspondant à ces tissus se situent dans la substance blanche de l'encéphale.

De l'ectoderme, en lien avec le monde extérieur paternel, naîtront les organes les plus récemment développés dans l'évolution (cerveau, système nerveux, épiderme, organes des sens) nécessaires à l'émotion, la délimitation du territoire interne et externe, l'ordination, la direction, la communication immatérielle et les relations avec les autres individus et règnes.

Les neurones correspondant à ces tissus se situent dans la substance grise de l'encéphale.

Pour étudier les organes, il faut des coupes (tomos)
L'anatomie est la science qui, après les coupes, reconstitue les organes sans coupes (ana-tomie)
L'anatomie comparée des organes des végétaux, animaux et humains permet d'étudier la spécificité de chaque organisation.

Suivant : Orientation du vivant >>

 

| Contact Evidences : Contact Evidences |