Nouvelle Médecine Intégrative CritiqueLa médecine sensitive coopérative® ou La Symphonie des Thérapies

Avertissement

ThérapiesLa médecine, qu'elle soit allopathique, douce, alternative, complémentaire, est en perpétuelle évolution.

 

Ce site ne vise pas le recensement exhaustif de ce qui se fait dans ces domaines, mais une information et une réflexion tant de patients que de professionnels de la santé.

 

Les informations proposées ne constituent pas une recommandation de traitement, une ordonnance, un diagnostic, ni ne doivent être considérées comme tels. Elles ne peuvent remplacer une consultation ou l'avis personnalisé d'un ou de plusieurs médecins qualifiés spécialement dans leur domaine.

 

Dans les différentes approches en médecine, les extrémismes et les excès auxquels ils peuvent conduire ont toujours été inacceptables.

 

Par exemple, les affirmations des uns et des autres que seule leur méthode est efficace et que par conséquent celle de l'autre est inopérante ou du placebo.

 

Les échecs difficilement supportables de part et d'autre nous invitent tous à plus d'humilité et de compréhension de la bonne volonté qui anime également l'autre.

 

Délaisser d'une part les bienfaits des médicaments, de la chirurgie et de la radiothérapie, ou d'autre part ceux des nombreuses approches complémentaires serait criminel quand il s'agit d'un art de guérir.

 

Au XXIème siècle, la science médicale moderne a prouvé que notre santé dépend principalement de ce que nous mettons en œuvre pour la conserver ou la retrouver plutôt que des médicaments qui en masquant les symptômes nous en donnent l'illusion.
Chacun de nous a besoin de savoir comment restaurer sa santé naturellement (Natura Medicatrix) ou avec l'aide de semblables (homœo) ou de contraires (allo).

 

Tous les peuples, à l'exception des occidentaux arrogants et colonisateurs mais novateurs, ont conservé leur ethnomédecine traditionnelle.
Ceux qui y sont familiarisés et peuvent recourir à la médecine occidentale en plus de leur ethnomédecine traditionnelle, vous diront sagement que lors d'états aigus et d'urgence, ils auront recours à la médecine occidentale efficace et rapide dans les situations de crises pour soigner une maladie aigue ou un traumatisme.

 

Par contre, lorsque les maladies aigues sont transformées pour survivre en maladies chroniques, principales causes mondiales de mal-être (OMS), pour guérir véritablement et restaurer sa santé, il convient de faire appel aux médecines traditionnelles de terrain qui travaillent sur les causes, les fonctions et le sens des maladies.

 

L'homéopathie est en Occident l'équivalent de ces ethnomédecines traditionnelles.

 

Ce sont là des EVIDENCES pleines de BON SENS.

 

Combiner efficacement les moyens technologiques et pharmaco-industriels de la médecine scientifique moderne avec le savoir-faire humain ancestral des tradipraticiens pour la prévention, le dépistage précoce, la compréhension des mécanismes naturels de pathogénésie et de guérison, ainsi que la prise en charge des patients est certainement la meilleure chose à faire.

 

La faculté de médecine de Duke (USA) a été une des premières des Etats-Unis et du monde à créer le Duke Center for Integrative Medecine, et à s'intéresser de près aux approches thérapeutiques naturelles dont l'efficacité et les bienfaits ont été démontré ces dernières années grâce à des études pionnières pour les intégrer à la pratique médicale.

 

Ce faisant, elle a jeté les fondements d'une nouvelle médecine sensitive coopérative®.

 

Il est alors étonnant que les découvertes les plus révolutionnaires d'esprits éclairés enfreignant les dogmes, comme les Drs Christian Samuel Hahnemann (Homéopathie), n'aient pas ou si peu retenu leur attention ou éveillé leur intérêt.

 

Il est possible que ces approches constituent un danger pour le paradigme médicaux et les dogmes encore en vigueur actuellement.

 

esprits éclairés : Copernic - Galilée - Darwin

 

De toute façon, le temps des médecins omniscients et omnipotents sur la vie et la mort des patients est révolu.

 

Grâce à Internet aujourd'hui, les patients disposent des moyens pour en savoir plus sur leur maladie et leurs possibilités de traitement que leur médecin de famille et parfois même que leur spécialiste.

 

Les médecins débordés par leur travail et la masse de connaissances nouvelles journalières à acquérir souffrent souvent de burn out et ne savent plus suivre.

 

Il en résulte que le patient est devenu un partenaire précieux et incontournable du médecin pour sa guérison, et que le médecin doit humblement apprendre à déléguer et collaborer.

 

Le médecin qualifié de par sa très longue et profonde formation et son expérience clinique demeure nécessaire pour aider le patient à structurer et gérer toutes les informations, et pour décider du traitement individuel symptomatique et du terrain le plus approprié pour trouver sa propre faculté de guérison.

Définition

La véritable médecine sensitive coopérative®, à mes yeux, devrait être une manière nouvelle, tout en restant critique, de pratiquer l'Art de guérir ouverte aux nouveautés thérapeutiques tant de l'Evidence Based Medecine (basée sur les faits prouvés scientifiquement) que des pratiques complémentaires non encore très bien prouvées.

 

Art de guérirLa science médicale logique et étymologiquement diabolique décompose, étudie et nomme jusque dans les moindres détails. Elle fait appel à l'hémisphère gauche du cerveau et à sa partie occipitale postérieure, et s'impose le plus souvent.

 

Les nouvelles approches, souvent plus mythiques et symboliques, font elles davantage appel à l'hémisphère droit et aux lobes préfrontaux antérieurs du cerveau.

 

L'humanité a, depuis ses débuts, fait plus souvent usage de son cerveau droit jusqu'à l'avènement du cartésianisme français qui s'est imposé au monde occidental.

 

Cependant, les progrès des neurosciences semblent davantage faire pencher la balance en faveur de l'approche de Spinoza plutôt qu'en faveur de celle de Descartes.

 

Toutefois, une approche rigoureuse et intuitive du vivant et de la maladie de type mythologique et diabolien-symbolique, c'est-à-dire en utilisant tout notre cerveau, est parfaitement possible.

 

La science se doit de vérifier toutes ces approches, mais ne peut en aucun cas conclure à leur inefficacité si elle ne dispose pas encore des moyens d'investigation et de compréhension suffisants à l'heure actuelle pour poser cette conclusion.

 

Le développement de la science et de la laïcité en Occident, certes en réaction aux abus de pouvoir intellectuels, émotionnels et physiques (inquisition) de l'Eglise catholique, a conduit bon nombre de scientifiques et de dirigeants laïcs (sous la pression des lobbyings industriels) à reproduire les mêmes abus à l'égard des minorités de conviction thérapeutique, philosophique et religieuse d'intérêt publique.

 

La France cartésienne, laïque et républicaine semble retomber dans ses travers inquisitoires et d'intolérance meurtrière à l'égard de ceux et celles qui perçoivent, ressentent, pensent et agissent autrement que ne le recommandent les "experts" d'institutions politiques subsidiées le plus souvent par le monde industriel plutôt que des experts de terrain. La soi-disante pandémie de grippe A/H1N1 en fut une navrante démonstration.

 

Des personnes altruistes avec une éthique et une bonne volonté à guérir ou soulager, et des charlatans malins et sans scrupules à profiter de la faiblesse et du désarroi des malades, existent à part égale dans les deux populations thérapeutiques et même dans les laboratoires pharmaceutiques.

 

Beaucoup de ces pratiques complémentaires ont déjà fourni de nombreuses preuves cliniques de leur utilité à réduire la croissance exponentielle suicidaire des soins de santé, et de leur efficacité même si encore trop peu d'études valables les confirment scientifiquement.

 

Cet état de fait est probablement à mettre en relation avec une politique de découverte mal subsidiée par les états eux-mêmes sous l'influence du lobbying industriel, qui a poussé les chercheurs à se prostituer intellectuellement au monde industriel pour pouvoir mener des recherches orientées par le souci de profit plutôt que de réellement soigner ou guérir.

 

Testez-vous pour voir si vous êtes intégratif ou exclusif :
Trouver 10 avantages et inconvénients à la médecine classique et aux médecines alternatives

 

Médecine

CLASSIQUE

ALTERNATIVE

AVANTAGES

INCONVENIENTS

AVANTAGES

INCONVENIENTS

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

 

Si vous trouvez plus de qualités à l'une et de défauts à l'autre , votre perception est exclusive voire dogmatique, sectaire et extrémiste.
Si vous pouvez percevoir les avantages et les inconvénients des deux et leurs complémentarités, votre perception de la médecine est intégrative, critique et ouverte à la nouveauté…. Car le plus important en médecine est de mettre toutes les chances de son côté !

 

Vous pouvez maintenant consulter la liste non exhaustive que j'ai rédigée et m'aider à la compléter, étant donné que je reste plus critique à l'égard de la médecine classique que des médecines complémentaires.

 

L'exercice de neuroscience suivant, imaginé d'après les recherches et enseignements de Jacques Fradin de l'Institut en Neurocognitivisme et Comportementalité, a pour objectif de conduire vers une plus grande unité entre les parties de notre cerveau et leurs fonctionnements différents.

 

Nous sommes effectivement spontanément et automatiquement enclins le plus souvent à voir nos qualités propres et les défauts des autres pour les rabaisser et les critiquer, ou inversement à accepter nos qualités et les défauts des autres pour sublimer leurs qualités (idolâtrie) et nous rabaisser.

 

Ces intolérances et extrémismes intellectuels et affectifs peuvent faire le lit d'intolérances physiques électromagnétiques, aériennes, aqueuses ou solides (médicaments, aliments, vaccins, …) pouvant aller jusqu'aux allergies et aux maladies auto immunes.

 

Pour passer de l'im-munité à l'unité, il est primordial de voir, d'accepter et de ne pas s'arrêter sur ses qualités et ses défauts et ceux de l'autre.

 

Cet exercice peut être réalisé pour unifier la médecine classique universitaire industrielle et les approches complémentaires empiriques intuitives, et les parties du cerveau qui leurs correspondent.

 

Cet alignement côte à côte des bienfaits et méfaits de ces deux approches permet de les relativiser de manière critique et d'en retirer le meilleur, en mettant par ailleurs tout en œuvre pour en éviter le pire en conscience.

 

MEDECINES

MEDECINE INTEGRATIVE CRITIQUE

CLASSIQUE diabologique

COMPLEMENTAIRE mythosymbolique

+

-

+

-

RECHERCHES

Expérimentation sur des animaux et des humains
Nombreuses découvertes améliorant les connaissances et leurs applications

Massacre annuel de millions d'animaux
Expérimentation humaine sur des volontaires humains moyennant compensations financières ou sur des prisonniers (camps de concentrations, dictatures, …)
Manipulation génétique des animaux pour orienter les résultats.
Rivalité pour les publications permettant des promotions
Conflits d'intérêt fréquents entre les experts et les décideurs

Basées sur l'observation du patient sain et malade dans son biotope et analyse de son histoire
Recherche des liens corps-âme-esprit

Mal organisées
Peu rigoureuses
Rarement publiées
Peu de moyens
Peu considérées
Evincées (concurrence supplémentaire)

ENSEIGNEMENTS

Universitaire long
Légalité (diplômes)
Rigoureux (EBM)
Organisé (cours, congrès, revues, …)
Subsides (moyens)
Expérimentations in vitro
Expérimentations cliniques
Evaluations universitaires
Hyper spécialisée
Accès contrôlé
Vérification des compétences
Limitante

Conservatrice
Dogmatique
Fermée
Influence et contrôle croissant des subsidiants industriels directement ou indirectement via le lobbying sur les institutions européennes, nationales, politiques et religieuses
Sectaire
Refus déguisé d'expérimenter et vérifier les approches qui ne répondent pas au modèle ou paradigme scientifique dominant actuel
Fragmentée
Cloisonnée

Non universitaire
Liberté d'innovation et d'association
Ouverte
Expérimentation in vivo
Expérimentations cliniques humaines et vétérinaires
Holistique avec liens
Pluridisciplinaire
Autre point de vue
Autre manière d'approcher le vivant

Formation de base souvent insuffisante
Non légalité Þ non reconnaissance
Pas toujours très rigoureuse
Mal organisée
Peu ou pas subsidiée
Peu d'expérimentations
Peu d'évaluations personnelles
Peu de moyens (financement, labo, personnel, …)
Accès souvent libre avec non vérification des compétences
Sans limites

PREVENTION

Check up
Biologique (prise de sang, examen urines et selles, …)
Radiologique (mammographie, échographie, …)
Vaccinations massives (comme du bétail)

Faux  +
Faux   -
Erreur de manipulation
Coût élevé pour le contribuable
Minimisation des effets secondaires par les médecins et les laboratoires
Obligation légale (polio) ou illégale (ONE, K&G)
Lobbying pharmaceutique sur les gouvernements
Nécessité et efficacité douteuses de certains vaccins

Individuelle
Examen (physioscan, etioscan, morathérapie, iridologie, pouls chinois, …)
Place active du sujet / personne

 

DIAGNOSTIC

Permet de savoir le type de cellule (histologie), son origine embryologique (endo, méso, ecto), l'organe et le système qui présente un fonctionnement physiologique pathologique, et éventuellement son origine génétique, épigénétique ou biochimique cellulaire

Conflit de diagnostic :
Beaucoup de patients, en entendant "tu-meurs", peuvent avoir une angoisse de mort à leurs couper le souffle, ou en recevant le diagnostic de maladie dégénérative peuvent imaginer avec stress leur handicap à venir
Erreurs de diagnostic fréquentes car les médecins se fient aux machines et non plus à leur sens clinique à confirmer les résultats techniques

Permet de savoir le type de conflit qui a programmé la maladie et à quel moment  (transgénérationnel, périnatalité, enfance, adolescence, vie actuelle), l'événement qui l'a déclenché et à quel moment, le sens de la fonction de survie ou d'évolution de cette maladie pour le patient

Diagnostic illégal pour les praticiens non médecins, ne disposant pas le plus souvent des connaissances et des moyens de diagnostic suffisants pour établir un diagnostic fiable

PRONOSTIC

Basé sur des études statistiques épidémiologiques

Pas généralisable ni fiable à un individu isolé
Impose comme une vérité
Désespérante
Condamnante

Laisse toujours un espoir

Pas encore généralisable à toute la population
"Faux effort", déception, sentiment d'avoir été trompé

THERAPEUTIQUE

Soins remarquables ou efficaces pour :
1/ éradication des symptômes, des germes
2/ contrôler la douleur, …
3/ réparer les traumas
4/ pallier les déficits (hormonaux,

Victimisation et dépersonnalisation des malades ou pactisation avec leur irresponsabilité
Traitement des maladies en ne prenant pas en considération la personne qui la développe
Culpabilisation
Intimidation
Conflit de pronostic
Privation des bénéfices des complémentaires
Nombreux effets secondaires
Maladies iatrogènes (1ère cause de mortalité)

Nombreuses guérisons spontanées "miraculeuses" de maladies dites incurables ou orphelines
Responsabilisation du patient

Difficultés à expliquer et reproduire à grande échelle ces guérisons
Privation des bénéfices de la médecine classique
Accentuation du conflit du patient avec la médecine classique (peur et rejet)

 

La prévention

La préventionC'est l'art de pré-venir, dans le sens d'avertir, et de venir avant que cela ne se produise, pour changer ce qui est possible afin que cela ne se produise pas.

 

Prévenir est cependant totalement différent d'effrayer pour inciter ou dissuader d'avoir un comportement par des campagnes savamment orchestrées par l'industrie pharmaceutiques (ex. : grippe A/H1N1) ou les états (ex. : avertissement sur les paquets de tabac).

 

Prévenir est également différent de vacciner ou de diagnostiquer précocement une maladie pour la contrer dès ses débuts et ainsi éviter aggravations et complications mortelles.

 

La plus belle prévention à mon sens est, comme le suggérait Henri Laborit , de fuir les conflits sources de blessures psychiques et physiques ou de maladies pouvant déboucher sur la mort.

 

Les différentes religions proposent aussi de nombreuses recommandations sensées pour rester en vie et en bonne santé.

Les soins

Les soinsC'est le domaine de prédilection de la médecine classique générale et hospitalière qui trouve son origine chez les religieux (chrétiens, musulmans, …) qui offraient l'hospitalité et les soins aux malades dans leurs hospices.

 

Elle soigne de manière remarquable les urgences, c'est-à-dire les suites d'accidents et les maladies aigues et prend soin de nombreux aspects.

 

Elle contre les infections (anti-viraux, anti-biotiques, anti-mycosiques), les fièvres (anti-pyrétiques), les inflammations (anti-inflammatoires), les douleurs (ant(i)-algiques), les tumeurs (anti-tumoraux), les ulcères (anti-acides), les dépressions (anti-dépresseurs), raison pour laquelle Hippocrate l'appelle l'Allo-pathie, c'est-à-dire la médecine des contraires.

 

Elle pallie par une supplémentation extérieure aux carences ou défauts biochimiques (minéraux, vitamines, acides aminés, protéines, sucres, graisses (omegas 3, hormones, gènes, …).

 

Elle répare ou corrige chirurgicalement les blessures ou malformations.

 

Elle ampute chirurgicalement ou radiothérapiquement (laser, gamma knife) les organes ou tissus malades qu'elle ne peut guérir (gangrène, tumeur, anévrisme, …).

 

Elle remplace les structures déficientes par des greffes animales ou humaines, ou des prothèses.

 

Elle prend soin, via les infirmiers et jadis les religieux, des plaies, des brûlures, des inconforts, … pour accélérer la guérison.

 

Elle revalide ou rééduque via les physiothérapeutes, les kinésithérapeutes, les cures thermales, les sanatoriums (jadis), les logopèdes, les psychologues neurocomportementalistes et cognitivistes.

 

Elle assiste et réinsère dans la vie via les assistants sociaux, les ergothérapeutes et la sécurité sociale qui en couvre partiellement les frais grâce aux lois sociales des travailleurs actifs.

 

Elle évalue l'évolution naturelle des maladies et l'impact de ses soins sur elle via l'épidémiologie.

 

Elle recherche et trouve de nouvelles explications techniques et médications.

 

Elle codifie et élabore des lignes directrices (guide lines) face aux faits établis.

La guérison

La Natura Medicatrix (Hippocrate)

Lors de la phase de vagotonie de réparation naturelle avec fièvre, inflammation et infection, la guérison est spontanée et nécessite repos et jeûne ou diète.

 

Les Semblables (homœo) (Hippocrate)

Il est possible d'aider la force de vie qui nous habite à se rééquilibrer à l'aide de substances naturelles locales minérales, végétales, animales ou humaines en doses pondérales (ethnomédecines) ou homéopathique, ou de techniques de réhumanisation (ostéopathie, chiropraxie, acupuncture, microkiné, kinésiologie, Tomatis, Miron (12"), EMDR, EFT, Mora, PNL, …).

 

La déprogrammation / reprogrammation biologique médicale

reprogrammation cellulaireIl s'agit d'un travail d'aide à la transformation, l'adaptation et l'évolution du vivant grâce aux maladies et accidents dans le but de retrouver plasticité (flexibilité), santé, bien-être et abondance aux 7 niveaux (OMS) :

 

=> De l'esprit : il est nécessaire d'acquérir une autre vision plus grande et de comprendre le sens de ce qui nous arrive. Différents rituels spirituels ont été proposés par les différentes traditions comme la prière, la confession, la bénédiction, la purification, le pardon, l'exorcisme, … dont les effets commencent à peine à être pris au sérieux et à être étudiés.

 

=> De l'âme : les rituels (arbre généalogique, projet-sens, autobiographie, voyage chamanique) et actes psychomagiques (Jodorowsky, Moreno, Hellinger, Salomé, …) de foi, d'amour, de réunification, de restitution, de pardon, de réparation, de libération, … permettent de transformer nos représentés et ressentis pour accéder à la résilience (Cyrulnik) et à la résolution du conflit Les jeux, les rêvesles calculs, les philosophies contribuent à réduire la somatisation des conflits, la mortalité et la morbidité des maladies.

 

=> Du corps : pour vivre et agir grand, c'est-à-dire de manière respectueuse et écologique de soi et de tous les êtres vivants environnants. Il est nécessaire de sortir du programme de sur exploitation des minéraux (industries minérales et pétrolières), microbes, végétaux (agro industries), animaux (élevages concentrationnaires) et humains (esclavage), et de redévelopper un savoir vivre ensemble. Les traditions religieuses proposent des rituels alimentaires (carême, ramadan, jeûne, …), de purification (loge de sudation, purge, …), sexuels (abstinence, tantrisme, …) ou artistiques (chants, danses, peintures, mandalas, sculptures, …).

 

La symphonies des thérapies

Le patient est inconsciemment le chef d'un orchestre de thérapies ( 400 différentes) amenées à l'accompagner symphoniquement à sa guérison. Cela nécessite confiance et respect à l'égard et de la part de ses thérapeutes.

 

La symphonies des thérapies

 

Le patient, de par sa maladie initiatique, sait des choses que peuvent ignorer ses thérapeutes de par le fait qu'il les vit et dispose de temps pour aller se documenter sur Internet ou dans des livres.

 

Par contre, les thérapeutes disposent dans leur spécialité d'expériences et de compétences à aider qui seront profitables au patient;

Si toutes ces compétences différentes, comme les notes de musique ou l'arc-en-ciel, peuvent s'unir les unes aux autres, alors elles accroissent les chances d'auto guérison en pouvant bien dire (béné-diction), c'est-à-dire traduire sans contresens ni glissement de sens, sources de nouveaux conflits.

 

 

<< Décodage bio-médical
des maladies du vivant
: Retour

 

 

| Contact Evidences : Contact Evidences |